Les 72 outils indispensables aux bonnes oeuvres

les_72_outils_indispensables_aux_bonnes_oeuvres_regle_de_saint_benoit

L’obéissance aux soixante-douze commandements de Dieu, contenus dans la règle de saint Benoît, est la base même de la sagesse. Nos ancêtres chrétiens n’ont pas rédigé ces préceptes pour nuire aux âmes, comme veut le faire croire le système médiatique contemporain, mais, au contraire, pour les sauver grâce aux commandements de Notre Sauveur. C’est en renonçant, lentement, mais, sûrement, aux plaisirs terrestres que l’on peut élever son âme et obtenir une place à la droite de Jésus-Christ. L’enfer n’est ni un vain mot et encore moins une invention, mais, une réalité imperceptible pour nos yeux.

On remarque d’emblée que le système actuel, dit moderne, essaye de corrompre la majorité des âmes en les poussant à désobéir à ces commandements. Ce comportement insensé prouve qu’il existe une volonté délibérée de nuire en renforçant les égoïsmes. Des millions d’individus sont en train de se fourvoyer en suivant des hérésies mensongères qui flattent leur orgueil et leur assurent l’enfer après leur décès. Soyons certains que notre âme survit à la mort physique. Que feront ceux qui ont été trompés, lorsqu’ils s’apercevront qu’ils se sont eux-mêmes damnés ? Le goût de l’humour blasphématoire disparaîtra pour laisser la place à un effroyable sentiment de peur.

Lisez avec attention les soixante-douze commandements et vous vous rendrez compte combien le système actuel s’amuse à les caricaturer. Lorsque la France souffrira, il sera temps de se comporter dignement et d’accepter de suivre la voie des anciens. Les attitudes insensées, orgueilleuses, flatteuses, railleuses et violentes ne pourront plus être acceptées. L’imposition tyrannique de ses propres dérèglements, par la faute d’un égoïsme acharné, fera partie d’un passé révolu. Il sera temps d’instaurer des mesures aussi simples qu’efficaces afin d’empêcher ce type de comportement qui est dangereux pour le salut collectif. Nous devrons tous, si Dieu nous prête encore vie, faire preuve de sagesse avec endurance et discipline afin de garantir la paix sociale.

« Les quatre espèces de moines », concept applicable à l’humanité dans son ensemble

« Il est manifeste qu’il y a quatre espèces de moines.

La première est celle des cénobites, c’est-à-dire ceux qui demeurent dans un monastère, militant sous une règle et sous un Abbé.

La deuxième est celle des anachorètes ou ermites, c’est-à-dire ceux qui, n’étant plus dans la ferveur d’une conversion récente, mais ayant subi la longue épreuve du monastère, ont appris, avec l’aide de plusieurs, à combattre contre le diable, et qui, aguerris dans les rangs de leurs frères pour les combats singuliers du désert, et assez fermes pour se passer de l’assistance d’autrui, sont devenus capables, moyennant le secours de Dieu, de soutenir avec leur seule main et leur seul bras la lutte contre les vices de la chair et des pensées.

La troisième espèce de moines, laquelle est détestable, est celle des sarabaïtes. Ce sont des hommes qui, n’étant astreints à aucune règle, et n’ayant point été éprouvés sous la direction d’un maître comme l’or dans la fournaise, mais plutôt amollis comme le plomb, annoncent par leurs œuvres qu’ils gardent leur foi au siècle et mentent à Dieu par leur tonsure. On les voit se renfermer sans pasteur deux ou trois ensemble, même seuls, non point dans les bergeries du Seigneur, mais dans leur propre bercail. Ils n’ont d’autre loi que la satisfaction de leurs désirs ; car tout ce qu’ils pensent ou préfèrent, ils le tiennent pour saint, et tout ce qui ne leur plaît pas, ils le regardent comme illicite.

La quatrième espèce de moines est de ceux qu’on appelle gyrovagues, lesquels passent toute leur vie à courir de province en province, restant trois ou quatre jours en chaque monastère, sans cesse errants, jamais stables, esclaves de leurs passions et adonnés aux plaisirs de la bouche, enfin, pires en toutes choses que les Sarabaïtes. Mais il vaut mieux se taire sur la misérable conduite de ces moines que d’en parler davantage. Omettant donc les uns et les autres, occupons-nous, avec l’aide du Seigneur, à régler la plus forte espèce de moines, celle des cénobites. »

Méditation sur les bonnes œuvres

Méditer sur les 72 outils qui sont présentés ci-dessous. Noter quels sont les points qui nous semblent difficilement atteignables et lesquels nous sont plus favorables. Essayer de se corriger en conservant précieusement en mémoire ce qui nous fait défaut. Il faut prendre le temps de s’améliorer avec douceur et constance, sans se démoraliser. Toujours garder à l’esprit que Dieu est Miséricordieux avec ceux qui s’humilie sincèrement, dans le secret de leur cœur, devant Lui.

« Quels sont les instruments des bonnes œuvres » tirés de la règle de saint Benoît

« 1. En premier lieu, avant tout, aimer le Seigneur Dieu de tout son cœur, de toute son âme, de toute sa force. (Mc 12.30 ; Lc 10.27)
2. Ensuite, le prochain comme soi-même. (Mc 12.31 ; Lc 10.27)
3. Ensuite, ne point tuer. (Mt 19.18-19 ; Lc 18.20)
4. Ne point commettre d’adultère. (Mt 19.18-19 ; Lc 18.20)
5. Ne point faire de vol. (Mt 19.18-19 ; Lc 18.20)
6. Ne point convoiter. (Rm 13.9 ; Ex 20.17) (Mt 19.18-19 ; Lc 18.20)
7. Ne point porter faux témoignage. (Mc 10.19) (Mt 19.18-19 ; Lc 18.20)
8. Honorer tous les hommes. (1P 2.17)
9. Et ne pas faire à autrui ce qu’on ne voudrait pas être fait à soi-même. (Mt 7.12 ; Tb 4.16)
10. Se renoncer soi-même pour suivre le Christ. (Mt 16.24 ; Lc 9.23)
11. Châtier son corps. (1Co 9.27)
12. Ne point rechercher les délices.
13. Aimer le jeûne.
14. Soulager les pauvres.
15. Vêtir celui qui est nu. (Mt 25.36)
16. Visiter les malades. (Mt 25.36)
17. Ensevelir les morts. (Tb 12.13)
18. Secourir ceux qui sont dans la tribulation.
19. Consoler les affligés.
20. S’éloigner des manières du siècle.
21. Ne rien préférer à l’amour du Christ.
22. Ne point satisfaire sa colère.
23. Ne pas se réserver un temps pour la vengeance.
24. Ne pas avoir la fausseté dans le cœur.
25. Ne point donner une paix simulée.
26. Ne point se départir de la charité.
27. Ne point jurer, de peur de se parjurer. (Mt 5.33)
28. Dire la vérité de cœur comme de bouche.
29. Ne point rendre le mal pour le mal. (1P 3.9)
30. Ne faire d’injustice à personne, mais supporter patiemment celle qu’on nous fait.
31. Aimer ses ennemis. (Mt 5.44 ; Lc 6.27)
32. Ne point maudire ceux qui nous maudissent mais plutôt bénir. (Lc 6.28 ; 1Co 4.12)
33. Soutenir persécution pour la justice.
34. Ne pas être superbe. (Tt 1.7)
35. Ni adonné au vin. (Tt 1.7)
36. Ni grand mangeur.
37. Ni somnolent.
38. Ni paresseux. (Rm 12.11)
39. Ni murmurateur.
40. Ni détracteur.
41. Mettre en Dieu son espérance.
42. Ce que l’on verra de bon en soi, le rapporter à Dieu, non à soi-même.
43. Quant au mal, comprendre toujours qu’on l’a fait soi-même et le réputer sien.
44. Craindre le jour du jugement.
45. Avoir frayeur de l’enfer.
46. Désirer la vie éternelle de toute l’ardeur de son âme.
47. Avoir tous les jours la mort présente devant les yeux.
48. Veiller à toute heure sur les actions de sa vie.
49. En tout lieu, tenir pour certain que Dieu nous voit.
50. Quant aux pensées mauvaises qui adviennent à l’âme, les briser aussitôt contre le Christ. (Ps 136.9)
51. Et les manifester au père spirituel.
52. Garder sa bouche de tout propos mauvais ou pernicieux.
53. Ne pas aimer à beaucoup parler.
54. Ne pas dire de paroles vaines ou qui ne portent qu’à rire.
55. Ne pas aimer le rire trop fréquent ou trop bruyant.
56. Entendre volontiers les lectures saintes.
57. Vaquer fréquemment à la prière.
58. Confesser chaque jour à Dieu dans la prière, avec larmes et gémissements, ses fautes passées, en mettant d’ailleurs ses soins à se corriger du mal en lui-même.
59. Ne pas accomplir les désirs de la chair. (Ga 5.16) Haïr sa volonté propre.
60. Obéir en tout aux préceptes de l’Abbé, lors même (à Dieu ne plaise !) qu’il agirait autrement, se souvenant de ce commandement du Seigneur : « Ce qu’ils disent, faites-le ; mais ce qu’ils font, gardez-vous de le faire. » (Mt 23.3)
61. Ne pas vouloir être appelé saint avant de l’être, mais l’être d’abord, en sorte qu’on le dise avec plus de vérité.
62. Accomplir chaque jour par ses œuvres les préceptes de Dieu.
63. Aimer la chasteté. (Jdt 15.11)
64. Ne haïr personne.
65. N’avoir ni jalousie ni envie.
66. Ne pas aimer à contester.
67. Fuir l’élèvement du cœur.
68. Respecter les anciens.
69. Aimer les plus jeunes.
70. Prier pour ses ennemis dans l’amour de Jésus-Christ.
71. Se remettre en paix avant le coucher du soleil avec ses contradicteurs.
72. Et ne jamais désespérer de la miséricorde de Dieu.

Voilà quels sont les instruments de l’art spirituel. Si nous en faisons un usage constant le jour et la nuit, et qu’au jour du jugement nous les présentons, notre récompense de la part du Seigneur sera celle qu’il a promise, et dont il est écrit : « Ni l’œil n’a vu, ni l’oreille n’a entendu, ni le cœur de l’homme n’a connu ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment. » (1Co 2.9) Or, l’atelier où nous devons travailler diligemment à l’aide de ces instruments, c’est le cloître du monastère avec la stabilité dans la communauté. »

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2016/05/29/les-72-outils-indispensables-aux-bonnes-oeuvres/

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Les 72 outils indispensables aux bonnes oeuvres

  1. Ping : Guide de lecture | Saint Michel Archange

  2. Prismo dit :

    Bonjour,
    Le point 67 : Fuir l’élèvement du cœur, ça veux dire quoi au juste ? svp,
    en vous remerciant

    J'aime

    • Bonjour Prismo,

      Saint Benoît donc, après avoir nommé la contention, remonte tout naturellement à la cause dont elle procède, et qui n’est autre que l’elatio, ou élèvement de l’esprit. L’elatio est une forme de l’orgueil. Notre Bienheureux Père a précisé, au Prologue de sa Règle, le sens dans lequel il entend cette expression, lorsqu’il parle de ceux qui « s’élèvent – se reddunt elatos – de leur bonne observance ». Le vice qu’il veut désigner ici, c’est le sentiment de vanité secrète qui s’allume dans le cœur du religieux, précisément parce qu’il est bon religieux, parce qu’il est fidèle à sa règle, assidu à l’office, exact à garder les moindres observances et à pratiquer les vertus. De tous les périls auxquels le moine se trouve exposé, il n’en est pas de plus subtil que celui-là : il s’insinue partout, et il est extrêmement difficile à découvrir. Les plus grands saints eux-mêmes en ont senti la morsure, et nombre de solitaires, après avoir atteint aux vertus les plus hautes, pratiqué les mortifications les plus dures, nourri les désirs les plus fervents, se sont perdus pour n’avoir pas su discerner et détruire, dans le jardin de leur âme, cette plante vénéneuse.

      Source : http://archives.leforumcatholique.org/consulte/message.php?arch=2&num=215264

      Dieu vous bénisse,

      Aimé par 1 personne

      • Prismo dit :

        Merci pour votre réponse ! Et pour vos articles

        J'aime

      • Merci cher ami,

        Dieu vous bénisse !

        J'aime

      • Souri7 dit :

        Merci chers amis, soyez bénis,
        c’est bien pour cela que le secret de la « réussite », c’est de compter pour rien ce qu’on fait et ce qu’on est. Et de remercier Dieu quand on est humilié car toute humiliation nous aide à déraciner cette plante vénéneuse. On comprend pourquoi plusieurs Saints ont recherché les humiliations et fui les honneurs! Nous ne faisons pas de bons exploits qui méritent des honneurs : c’est Dieu qui donne. Les exploits que nous faisons sont mauvais, ils sont induits par Satan : ils développent l’orgueil, l’aveuglement, la perte des âmes. Tout le bien ne vient que de Dieu seul. A Lui la Gloire éternelle!
        Quand on est content de soi = DANGER!!
        Il faut être content du Ciel qui nous aide, et rendre grâce toujours parce que rien ne nous appartient. La véritable pauvreté évangélique dont l’humilité est le socle.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s