La glorification de l’homme est un poison mortel

la_glorification_de_l_homme_est_un_poison_mortel_nicolas_machiavel

Qu’est-ce que la glorification de l’homme ? Certains disent qu’il s’agit d’un humanisme ou d’une manière de rendre gloire à la créature. D’autres pensent que cette doctrine permet d’unifier et de pacifier la planète. Tous ces discours sont imparfaits, biaisés, et, finalement faux. Ce nouveau texte répond clairement à cette question en donnant des exemples précis et détaillés. Découvrez pourquoi la glorification de l’homme est un poison mortel.

Le vénérable saint François de Sales nous rappelle que l’homme sage sait être patient pendant cette vie. Il se maintient dans l’humilité, la charité et la vertu en imitant du mieux que possible la perfection de Notre Seigneur Jésus-Christ. Ce comportement, s’il est appliqué par tous, grâce à un modèle de société vertueux, maintient la paix au sein de la civilisation puisque chaque individu cherche sincèrement à améliorer ses qualités de cœur. Celui qui est méprisable, par son comportement, devient alors la risée de tous. Cet esprit d’humilité et de charité apaise les relations. C’est pourquoi la qualité des lois qui encadrent la nation est si importante. Lorsque la justice équitable est rejetée, le mal se propage comme une traînée de poudre, comme c’est le cas dans notre époque soumise au joug des médias, de la technologie, de la finance et des multinationales.

L’humanisme, par un effet pervers, est l’ennemi larvé du Christianisme. Jésus-Christ a enseigné aux hommes l’amour de Dieu, les notions d’humilité, de vertu et de charité afin de conduire l’humanité vers son âge adulte. Une civilisation qui a acquis la maturité fait preuve d’amour plénier. L’humanité est encore dans sa crise d’adolescence puisque la glorification de l’homme l’a éloigné du vrai Dieu Vivant. À partir du XVIe siècle, les premiers philosophes, prédécesseurs de ceux des lumières, ont transformé la suprême idée de Dieu en un vague concept pour finir par la reléguer dans le poussiéreux musée de l’histoire. C’est sur ce terreau propice que l’athéisme a pu se développer pour devenir le modèle de la société contemporaine, dans le but de transformer les individus en consommateurs esclaves et soumis aux lobbies.

Cependant, quel type d’homme est glorifié par l’humanisme ? S’agit-il de l’individu humble et vertueux ou celui d’un autre genre ? Le Christianisme adore Jésus-Christ et Ses qualités, c’est-à-dire la sainteté, la vertu, l’humilité et la charité plénière. Tandis que l’humanisme vénère l’être humain qui se révèle socialement fort, orateur, manipulateur, inventeur, puissant et matériellement riche. Autant dire que cette doctrine installe sur un piédestal doré le dirigeant de multinationale, ses dividendes et actions cotées en bourse.

Alors, quid de l’être humain vertueux et pieux qui a gardé intacte sa foi en Jésus-Christ ? L’humanisme considère que l’homme qui n’est pas intelligent, doué pour les affaires ou l’enrichissement personnel, passe au second plan puisqu’il n’est pas conforme à l’idée que le paganisme technologique s’en fait. L’homme charitable n’invente pas de brevets, ne cherche pas à transformer le monde puisqu’il respecte Dieu créateur de toutes choses, ni n’a besoin de modifier génétiquement la faune, la flore ou l’ADN humain pour s’enrichir. Le Chrétien authentique cherche à se perfectionner dans cette vie pour espérer gagner le paradis dans l’autre, tandis que l’individu endoctriné vit égoïstement sa vie terrestre au point de renverser brutalement tous ceux qui n’acceptent pas sa façon de penser.

En faisant progressivement table rase de la vertu, de l’humilité et de la charité, à partir du XVIe siècle, les premiers philosophes bourgeois ont, à travers leurs écrits, poussé les hommes à se conformer à l’idée de glorification d’une caste d’individus. L’homme nouveau devait être capable d’inventer, de financer, de se faire admirer en public, de vendre tout et n’importe quoi à n’importe qui, de miser sur son apparence prestigieuse au lieu de cultiver, dans son cœur, les vertus de l’âme. Ainsi, l’apparence physique est devenue la matière première, la qualité de cœur passant au dernier plan. Un individu qui use et abuse de son portefeuille ne peut être ni charitable, ni pieux, ni humble, ni saint. Au contraire, il est impérieusement talentueux dans l’art du mensonge, orgueilleux comme un paon en rut et manipulateur afin que les autres cèdent à ses moindres caprices. L’adoration de l’homme orgueilleux, des flux financiers et de l’inventivité technologique ont contribué à la disparition des valeurs véritables qui font le saint.

Par conséquent, deux conceptions s’affrontent : celui de la Cité du monde dans lequel la multinationale est au premier plan, et, celui de la Cité de Dieu dans lequel Jésus-Christ est le Roi des rois. Le premier monde hait Dieu pour se vénérer égoïstement tandis que le second s’humilie pour mieux adorer Dieu. La pensée de saint Augustin et des saints est condensée dans ces quelques phrases. La Cité du monde est satanique, par nature, puisqu’elle éloigne l’humanité de Dieu en entretenant l’athéisme, tandis que la Cité de Dieu est divine puisqu’elle réconcilie l’humanité avec Jésus-Christ, Fils de Dieu.

Lorsque la civilisation baignait encore dans l’agriculture et l’élevage, l’humanisme s’appuyait essentiellement sur des écrits fallacieux pour éloigner le lecteur du Christianisme. Désormais, le transhumanisme (humanisme v2.0) s’appuie sur les médias et la technologie pour renverser le consommateur jugé archaïque. L’homme fortuné souhaite utiliser la robotisation pour se transformer en un dieu vivant bardé de métal et de micro-processeurs qui le transformeraient en un « X-men » ou en une espèce de « Robocop ». Un tel individu, semblable à Caïn, serait en mesure d’éradiquer de sa main bionique l’homme, comparable à Abel, qui est encore constitué de chair et de sang.

Désormais, nous sommes en mesure de dessiner un schéma du processus historique. La société païenne a laissé la place à la civilisation Chrétienne. Ensuite l’humanisme a progressivement engendré les guerres (pour réduire le champ d’influence de la royauté et de l’Église), les inventions technologiques, les médias et les multinationales. Les méchants souhaitent désormais passer le cap technologique en inventant l’« homme dieu » avec toutes ses horreurs, incohérences et autres illogismes homicides.

L’humanisme a imposé la pollution, la pauvreté, les guerres, l’égoïsme, la bêtise, la fainéantise, la discorde, la violence, etc… Cette doctrine homicide engendrera la destruction de ce monde pour laisser la place à un autre véritablement vertueux, juste et équitable : il ne peut pas en être autrement. Les ressources de la planète ne peuvent pas assurer la survie d’une humanité technologique, sauf pour un nombre très réduit d’individus. Autant dire que les transhumanistes visent le dépeuplement comme but caché. Cependant, les hommes ne sont pas des dieux et ne le seront jamais, c’est pourquoi le mal est condamné à l’auto-destruction, au suicide. Par exemple, les jacobins qui ont engendré la révolution française ont tous fini guillotinés. Ceux qui engendrent le chaos finissent par mourir de mort violente, éliminés par leur maître maléfique, Satan, qui se retourne, finalement, contre ceux qui l’ont invoqué.

differences_entre_l_humanisme_transhumanisme_et_le_christianisme

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2015/12/13/la-glorification-de-l-homme-est-un-poison-mortel/

 

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour La glorification de l’homme est un poison mortel

  1. Ping : Guide de lecture | Saint Michel Archange

  2. Ping : La glorification de l’homme est un poison mortel | musnadjia423wordpress

  3. Bonjour à vous,

    Vous voulez certainement parler de tous ces faux « hommes » et « femmes » de nos jours, qui préfèrent plutôt voir plus de superficialisme dans les premières sociétés actuelles. Après tout ne disent-ils pas tous dans la cigarette, que l’enfer n’existe pas plus pour demain, comme pour le purgatoire. Mais en réalité la veille, tout cela ne fait-il pas déjà froid dans le dos, comme à l’image voyez-vous de certains films d’anticipation. A vrai dire le mot INHUMANISME serait plus approprié, il y a bien un autre mot, mais bon comme les masses n’y comprennent toujours rien à rien dans les premiers événements de l’histoire, alors pour une meilleure glorification de l’homme actuel, vous savez comment sont conçus la plupart des journaux, l’image de la bête.

    Cordialement

    J'aime

  4. Bonjour à toi et à tes lecteurs.

    Je te cite :
    » La glorification de l’homme est un poison mortel »

    C’est étrange, l’autre jour j’en avais pris connaissance, mais là aujourd’hui à la relecture de ton article, c’est comme si c’était toujours d’actualité. Tu remarqueras que l’homme contemporain, recherche pas trop souvent à faire ses propres louanges (…), à ce sujet que voyons-nous depuis l’avénement de la télévision ou du « nouveau » monde dans les têtes ? Une meilleure information humaine, ou quelque chose qui se mettrait en place à l’insu des peuples. Avec réflexion, il ne faut pas croire tous ces hommes de pouvoir ou d’argent, qui nous disent avec pas moins d’intéressement personnel ou de démesure, que seuls leurs idéaux sont porteur de bon sens, vu que beaucoup ne savent plus s’en passer pour pouvoir penser autrement leur condition d’homme. A ce sujet, il faut bien reconnaître que la tyrannie est pas moins présente sous une nouvelle forme de conduite, comme si la valeur d’une société ne dépendait plus que de la technique, ou d’un plus grand nombre d’automatismes mis en place par les marchands de société ou d’automates. Malheureusement il semblerait avec le progrès, que les hommes qui ressemblent encore un peu à nos ancêtres, n’ont plus trop le choix de fonctionner autrement selon les premières influences de normalité mis en place par les grands groupes d’influence, car si les hommes voulaient moins subir le mal des multinationales, ils feraient déjà meilleur travail de repentir sur eux. Et puis comment les foules pourraient-elles éviter l’assujettissement général, lorsqu’elles préfèrent se mettre au service de tous ceux préférant marchandiser le genre humain, quel paradoxe de l’histoire ?! Plus les hommes recherchent à faire le bien, et plus le mal se répand, plus ils recherchent à éviter la tyrannie, et plus ils mettent pas moins d’autres systèmes comme ça, mieux encore par le biais d’une plus grosse histoire racontée, mais où s’arrêtera le mensonge des hommes, sans doute en préférant continuellement faire taire la vérité. Mieux encore, en voulant continuellement déplacer les bornes de la raison un peu plus loin que le simple bon sens. Si encore je préférais faire du tort à la conscience humaine, mais non les premiers descendants de Caïn en voudront toujours après Abel qui n’est plus là, c’est sur n’y a plus de justice dans ce bas monde de marchands, ou de médias corrompus par l’esprit de position. Alors on évite de dire du mal de tout ce beau monde, qui n’en sont pas moins plus prisonniers de leurs mêmes idéaux de conduite, et puis la plus claire manière de s’en apercevoir, serait d’en compter le nombre de fois que les foules préfèrent tourner en rond avec les élites. Mais bon si ce sont des hommes plus honnêtes ou intègres que la moyenne, les gens qui ne jurent plus que par toutes ces choses, alors il n’y a pas de raison de s’en faire. Et là je recherche pas spécialement à imposer ma façon de fonctionner, comment voulez-vous imposer la démocratie à des peuplades qui n’en veulent pas, surtout lorsque les premières sociétés privées du globe ne rendent pas plus la justice. En réalité dans ce monde, il y a bien plus de perdants que de gagnants, et encore nous avons certainement pas vu le pire avec le tout transhumanisme qui s’annonce. Alors forcément Dieu n’a plus sa place dans un tel monde qui court tout droit à la ruine morale. Tiens encore l’autre jour, j’avais voulu me faire un petit grattage, et bien même en ayant un ticket gagnant, vous gagnez strictement rien en retour, du coup nous pourrions penser que les gens se font partout avoir en beauté. Et puis sans la démocratie comment pourrions-nous moins avancer vers l’abîme, faire reculer le mal avec Bhl, non c’est vraiment nécessaire d’avoir des élites comme Soros et compagnie, après ça reste à prouver en matière de justice. Quand bien même ils seraient des millions à vouloir souvent idôlatrer la démocratie, ils peuvent très bien se rendre compte de la chose à la fois.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s