Les principes du Bien et du Mal

janmot-jesus-jardins-oliviers-les-principes-du-bien-et-du-mal

Nous étions le mercredi 14 août 1895, veille de l’assomption. Le vieil aumônier catholique se tenait devant les enfants. Il posa délicatement une feuille de papier immaculée sur son bureau situé à l’entrée de la rustique salle de cours. A côté de la première feuille, il déposa une autre feuille de couleur noire. Une odeur de bois vieilli flottait dans l’air, une ambiance paisible régnait dans la classe. Au-dehors, le ciel était dégagé et les arbres se laissaient porter au gré du vent. La chaleur était supportable. Quelques oiseaux voletaient de ci et de là.

« Mes enfants, dit le vieil aumônier d’une voix douce, regardez bien cette feuille, en désignant le papier blanc de son index fripé.
– Oui Maître » répondit un enfant coiffé d’un béret noir qui correspondait à la tenue réglementaire pour assister aux cours.

Le vieil aumônier s’empara d’un stylo à plume et le trempa dans le petit pot d’encre noire qui siégeait sur le bureau. Sans prévenir, l’homme secoua le stylo afin que l’encre se répande aléatoirement sur la feuille blanche. La feuille immaculée fut subitement recouverte de nombreuses taches d’encre.

Les enfants regardèrent avec étonnement le vieux prêtre rempli de sagesse chrétienne.

« Que voyez-vous, mes petits ? demanda le vieil homme en fixant un à un les élèves comme s’il s’agissait de ses propres enfants.
– Monsieur l’aumônier, je vois une feuille blanche recouverte de tâches. Je n’en comprends pas vraiment le sens, lança d’une voie aiguë un enfant au visage fin.
– Je pense que vous voulez nous enseigner quelque chose de très important, mais, je n’en sais pas plus, dit un enfant de grande taille.
– Les enfants, je vais continuer ma démonstration » répondit le vieil aumônier.

Le vieil homme répandit de l’encre sur la feuille de couleur noire en secouant le stylo à plume. Le papier absorba l’encre mais les tâches restèrent invisibles. La feuille semblait intacte.

« Et maintenant, les enfants, avez-vous compris le sens de cet enseignement ? demanda-t-il d’une voix légèrement tremblotante qui trahissait son grand âge.
– Monsieur, l’encre se voit sur la feuille blanche mais pas sur la feuille noire, lança un enfant au ventre légèrement rebondi.
– Je pense qu’il s’agit d’une symbolique chrétienne liée au bien et au mal, à l’immaculée conception face au démon, dit un enfant aux yeux pétillants.
– Mes enfants, je vais vous expliquer ce dont il s’agit, dit-il en regardant les écoliers dans les yeux. La feuille blanche représente une civilisation chrétienne qui respecte les préceptes de notre Seigneur Jésus-Christ. La couleur blanche représente la pureté des âmes et l’encre noire exprime le péché. Dans une civilisation chrétienne, lorsque des individus agissent mal, ce que j’ai symbolisé par le jet d’encre de couleur noire sur la feuille blanche, le péché saute immédiatement aux yeux. Par conséquent, des individus qui enfreignent les commandements d’Amour enseigné par notre Seigneur Jésus-Christ se font tout de suite repérer et peuvent être mis au ban de la société, le temps de leur rappeler les commandements ou de les blâmer. Par contre, une civilisation païenne, athée, pécheresse ou mahométane, semblable à cette feuille noire, n’est plus en mesure de percevoir le mal, simplement parce qu’elle ne connaît pas ou plus les enseignements de notre Seigneur Jésus-Christ. Lorsque des individus agissent mal dans une telle civilisation, ceux-ci restent impunis parce que le Bien et le Mal se mélangent au point de rendre le principe du Mal invisible, comme s’il s’agissait de la normalité. Dans une telle civilisation, Dieu et Satan se côtoient en permanence. Les âmes sont incapables de reconnaître le Bien ou le Mal par manque de discernement parce qu’ils n’honorent plus le Saint-Esprit comme ils le devraient. »

Un grand silence se fit dans la salle. Les enfants regardaient les feuilles avec attention. L’encre noir se détachait de la feuille immaculée tandis qu’elle restait totalement invisible sur la feuille sombre.

« Voici ce qu’il en faut en retenir. Suivons les préceptes de notre Seigneur Jésus-Christ pour rester à l’abri du péché et de la corruption. Une civilisation où l’intérêt collectif prime sur les passions individuelles, c’est-à-dire un ensemble de nations qui enseigne la vertu, la morale, la droiture et la connaissance du Dieu Vivant, est en mesure de se préserver du chaos et de la destruction. Par contre, une civilisation décadente qui rejette les enseignements de notre Seigneur Jésus-Christ est condamnée à disparaître parce qu’elle se perd elle-même dans toutes les hérésies qui, par une pensée fallacieuse, c’est-à-dire mensongère, s’opposent au Bien, à Dieu, à la Pureté et à la Sagesse » conclut le vieil homme en levant l’index de la main droite vers le ciel.

Un élève maigrelet demanda la parole.

« Benoît, nous t’écoutons, répondit le vieil homme.
– Monsieur, ma Maman dit souvent que le modernisme est un fléau pour l’humanité. Est-ce vrai ? demanda l’enfant aux dents blanches.
– Benoît, ta Maman est inspirée du Saint-Esprit. Le modernisme est un redoutable piège. Ceux qui s’égarent dans cette doctrine se rendent comparables à ces juifs d’antan qui adoraient le veau d’or. Vois-tu, ceux qui œuvrent pour le modernisme ne sont pas chrétiens. Ils veulent gagner à tout prix de l’argent pour diriger la société, quitte à entraîner avec eux, dans leur chute, une majorité d’hommes. Ces individus avides de pouvoir oublient que leur vie n’est qu’une étincelle dans l’éternité. Ils pensent être immortels, par une sorte d’aveuglement satanique. Si le modernisme continue à progresser insidieusement comme il le fait aujourd’hui, la planète deviendra invivable, d’ici à peine quelques siècles. Comment peut-il en être autrement ? Les hommes qui ne respectent pas les enseignements de notre Seigneur Jésus-Christ se rendent indignes de Sa Pureté au point de s’égarer dans la première hérésie homicide qui se présente. Ils finissent par se comporter comme des païens, des idolâtres, c’est-à-dire des êtres cruels dénués d’Amour. Si le Christianisme était délaissé, sachez, mes enfants, que l’Islam imposerait une épouvantable charia dirigée par la loi du Talion, cette même loi qui a été abolie par notre Seigneur Jésus-Christ.
– Monsieur, demanda l’enfant aux yeux pétillants, vous voulez dire que le modernisme transformera notre nation en terre mahométane ?
– C’est exact, Thierry, répondit l’aumônier. L’homme ne peut pas vivre dans le nihilisme. N’oubliez pas que c’est notre esprit qui nous différencie des animaux. Ainsi, la chair et l’esprit sont en lutte perpétuelle. Par conséquent, l’homme a besoin de règles intelligibles pour vivre en société. Seul le Christianisme enseigne la probité spirituelle, c’est-à-dire la pureté de cœur ou la candeur comportementale. Souvenez-vous qu’un Chrétien aime le Bien et rejette le Mal. Les autres religions sont hérétiques dans le sens qu’elles prônent prioritairement les doctrines corporelles au détriment de la spiritualité. Elles s’éloignent d’autant de la Sagesse de notre Seigneur Jésus-Christ qu’elles refusent le Saint-Esprit. Par exemple, un jeûne effectué sans purification spirituelle est vain. Un homme pieux est meilleur qu’un homme qui jeûne parce que le premier domine ses passions alors que le second domine seulement son corps.
– Monsieur, demanda l’enfant de grande taille, est-ce que la France perdra ses racines chrétiennes ?
– C’est encore exact, Jean. Néanmoins, je nuance ma réponse en disant que la perte des racines chrétiennes sera temporaire. Lorsque les générations successives s’enfonceront dans le marasme, il faudra qu’elles tombent très bas pour prendre conscience que leur chute est liée à la rébellion. Le refus d’obéissance aux commandements de notre Seigneur Jésus-Christ entraîne immanquablement d’immenses troubles. N’oubliez pas que le modernisme prend le temps de déployer ses ailes comme le ferait Satan. Il flotte au-dessus des siècles tel un dragon volerait au-dessus des citadelles. Son ombre malveillante couvrira plusieurs décennies avant d’être rejeté par une génération qui reviendra en pleurant auprès de notre Seigneur. Lorsque le mal aura phagocyté la dernière once de paix, devant tant de souffrances causées par ceux qui embrassent la cause du modernisme, les hommes tomberont à genou au pied de la Croix de notre Seigneur Jésus-Christ. Enregistrez bien ceci ; seule la Croix peut vaincre Satan.
– Monsieur, demanda l’enfant légèrement ventripotent, vous voulez-dire que les hommes qui ne rendent plus hommage à notre Seigneur Jésus-Christ se condamnent eux-mêmes à l’enfer, sur terre et au ciel ?
– Nicodème, tu viens de résumer en une phrase ce que je voulais que vous compreniez. Par conséquent, mes enfants, le cours est fini pour aujourd’hui. Méditez sur la Crucifixion de notre Seigneur Jésus-Christ. Révisez pour vendredi l’Évangile de Jésus-Christ selon Matthieu, chapitre 9. Demain, vous prendrez un moment pour réfléchir sur l’Assomption de la Vierge Marie après avoir été à la Sainte-Messe. Avant de quitter la salle, écoutez ce petit enseignement tiré des apophtegmes des Pères du désert.
L’abbé Isaac vint chez l’abbé Pœmen. Il le vit en train de verser un peu d’eau sur les pieds ; et comme il était très libre avec lui, il lui demanda : « Pourquoi certains ont-ils traité si durement leur corps ? » L’abbé Pœmen répondit : « Nous, nous n’avons pas appris à tuer le corps, mais à tuer les passions. »
Un jour que l’abbé Isaac était assis chez l’abbé Pœmen, on entendit le cri du coq. Il lui dit : « Il y a donc cela ici, abbé ? » L’ancien répondit : « Pourquoi me forcer à parler ? Toi et tes semblables, vous entendez cela. Mais celui qui a l’intelligence n’entend rien de cela ni ne s’en soucie.
Partez avec la paix de notre Seigneur Jésus-Christ dans le cœur, les enfants, termina le vieil aumônier en rangeant les feuilles tâchées d’encre dans un tiroir.
– Au revoir, monsieur l’aumônier ! » lancèrent en chœur les élèves avant de quitter religieusement la salle de classe.

Lorsque l’endroit fut vide, avant de quitter la pièce, le vieil aumônier fléchit le genou devant le magnifique crucifix blanc qui trônait au-dessus de la vieille porte. Il sortit de la classe avec le sourire. On aurait dit qu’il voyait Jésus-Christ régner, pour les siècles des siècles, dans les Cieux. L’aumônier avança d’un pas vacillant jusqu’à la porte d’entrée de la vieille école. Une subtile odeur de rose emplit les couloirs juste avant que le prêtre ne sorte. C’était le clin d’œil quotidien de la Providence.

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2015/07/07/les-principes-du-bien-et-du-mal/

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Les principes du Bien et du Mal

  1. Ping : Guide de lecture | Saint Michel Archange

  2. Voici deux apophtegmes des Pères du désert édifiants :

    L’un des anciens fut interrogé par un frère : « Comment ne pas être nécessairement scandalisés et détournés de notre propos quand nous en voyons certains retourner dans le monde ? » Il répondit : « Nous devons observer les chiens de chasse, comment l’un d’eux poursuit le lièvre qu’il aperçoit, d’autres venant derrière lui voient seulement ce chien, quelques-uns désirent le rejoindre ; d’autres, fatigués, retournent en arrière. Celui-là seul qui a vu le lièvre le poursuit jusqu’à ce qu’il l’atteigne, nullement gêné par ceux qui s’arrêtent. Il n’est pas non plus entravé par les rochers ni par les forêts ; il passe à travers les épines ; souvent égratigné il ne cesse pas cependant de courir. De même que celui qui suit le Christ demeure constamment sur sa croix, surmontant tous les scandales qui surviennent jusqu’à ce qu’il parvienne à Celui qui a été crucifié pour nous. »

    A quelqu’un qui interrogeait l’abbé Pœmen sur la dureté du cœur, l’ancien répondit : « La nature de l’eau est tendre, celle de la pierre, dure ; mais si l’eau tombe constamment goutte à goutte sur la pierre, elle la transperce. De même la parole de Dieu aussi est tendre et notre cœur est dur, mais si l’homme entend souvent la parole de Dieu, il donne occasion à la crainte de Dieu d’entrer en lui. »

    Aimé par 1 personne

    • Celui qui observe ces sept commandements pourra être sauvé

      1) En premier lieu, comme il est écrit, l’homme doit aimer Dieu de toute son âme et de tout son esprit.
      2) L’homme doit aimer son prochain comme soi-même.
      3) L’homme doit faire mourir en soi tout mal.
      4) L’homme ne doit pas juger son frère, en quelque occasion que ce soit.
      5) L’homme ne doit, en aucun cas, faire de mal à autrui.
      6) L’homme doit, avant de sortir de son corps, se purifier de toute souillure de la chair et de l’esprit.
      7) L’homme doit avoir toujours un cœur contrit et humilié. Cela est possible à qui regarde toujours ses péchés et non ceux du prochain.

      ***

      Un sage enseignement chrétien

      Le bienheureux Arsène racontait qu’un jour où il se trouvait dans sa cellule, il entendit une voix lui disant de sortir pour observer les œuvres des hommes. Étant sorti il vit un homme qui puisait de l’eau avec un vase percé de telle sorte que l’eau retombait dans le puits. Puis s’avançant un peu, il vit un autre individu, un Éthiopien, qui confectionnait un fagot avec des branches qu’il avait coupées. Ayant essayé en vain de le porter, il y rajoutait encore d’autres branches. Essayant de nouveau de le soulever et n’y arrivant pas, il ne cessait pas cependant d’ajouter du bois. S’étant encore avancé, Arsène vit devant la porte de la ville deux jeunes gens à cheval, portant une poutre en travers, qui ne pouvaient entrer dans la ville. Car la poutre qu’ils portaient ne leur permettait pas d’entrer. Et aucun des deux ne voulait passer derrière l’autre et s’effacer devant lui, et ainsi tous deux restaient dehors. Celui qui montrait tout cela au bienheureux Arsène lui dit : « Celui que tu as vu d’abord puiser de l’eau avec un vase percé est l’homme qui fait l’aumône, en s’efforçant de faire une bonne œuvre mais comme il commet souvent des fautes dans d’autres œuvres, à cause de cela il souille et perd le peu de bien qu’il fait. Celui que tu as vu couper du bois et rendre le fagot plus lourd en ajoutant toujours d’autres branches, c’est l’homme qui est fixé dans de nombreux péchés et qui, au lieu de faire pénitence, augmente toujours le fardeau de ses péchés. Enfin ceux que tu as vu incapables d’entrer dans la ville avec leur poutre de travers sont ceux qui portent le joug avec un misérable orgueil et ne veulent pas s’humilier l’un devant l’autre pour suivre ainsi l’humble route du Christ, et c’est pourquoi ceux-ci comme les autres sont demeurés en dehors du royaume de Dieu. »

      J'aime

  3. J’aime bien la comparaison avec le chien de chasse… 🙂

    J'aime

  4. Je vous salue

    A temps et à contretemps.

    « En ce temps-là, voici qu’on présenta à Jésus un possédé qui était sourd-muet.
    Lorsque le démon eut été expulsé, le sourd-muet se mit à parler. »
    Est-ce que tous les sourds-muets sont des possédés ? Sans doute pas, mais ils leur manque un sens essentiel pour être en pleine possession de leurs moyens.
    Ce qui nous intéresse ici, c’est le fait que notre Seigneur JESUS-CHRIST, pris de compassion, expulse un démon pour rendre l’ouïe et la parole.
    Si, le fait de la maladie est l’œuvre du chef des démons, nous chrétiens, nous avons le pouvoir de rendre la santé aux malades. Oh, non pas pour le fait d’être considéré comme un être d’exception, mais pour témoigner de notre Foi et d’annoncer la Bonne Nouvelle de la Résurrection de Notre Seigneur JESUS-CHRIST.
    Nous savons que par ce témoignage, que le malin a des pouvoirs maléfiques pour nous priver de la pleine jouissance de nos moyens physiques. Son bût est clairement, annoncé, il veut nous priver de la Vie Eternelle.
    N’oublions pas que le diable est le tentateur. Que Notre Seigneur JESUS-CHRSIT a, Lui-même, été tenté.
    Donc, chaque fois que nous sommes tentés, ne cherchons pas pourquoi ou par qui ? C’est clairement l’œuvre du malin. Il sait que son temps est compté. C’est pourquoi, en ces temps qui sont les derniers, il redouble d’activité. Son stratagème est simple, il veut se faire oublier. Certains même iront jusqu’à dire que le diable n’existe pas, que c’est une invention des hommes, oubliant ici, ce qui est dit de lui dans les saintes Ecritures. Oui le père du mensonge est bien la cause de nos maux présents. Le seul moyen de le combattre réside, dans la prière, et de ne surtout pas lâcher la main du Créateur. Le Créateur qui veut que tout homme soit sauvé et parvienne à la connaissance de la Vérité.
    Que DIEU vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie !
    Merci !
    JFL

    J'aime

  5. Ping : Guide de lecture | Saint Michel Archange

  6. Je vous salue…
    Notre Seigneur JESUS-CHRIST nous dit : « Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. »
    Donc inutile de chercher ailleurs un médiateur autre que Notre Seigneur JESUS-CHRIST. Il n’y a, tout simplement pas. Nous chrétiens, nous avons pour mission d’amener TOUS les hommes au Maître de la Vie ! Rien de plus, rien de moins.
    Sommes-nous vraiment des « tout petits » ? Car c’est à cette condition que le Créateur lèvera un peu du voile qui cache Ses mystères et que nous serons écoutés.
    Tout a été remis à Notre Seigneur JESUS-CHRIST. Absolument TOUT. Alors ne perdons pas notre temps à chercher un dérivatif pour éviter de faire TOUT ce qu’Il nous dira. Que nous avons la tête dure ! Inutile de vouloir faire « alliance » avec les autres religions, qui ne sont que des succédanés au seul et vrai culte de Notre Seigneur JESUS-CHRIST. Lui SEUL a institué l’Eucharistie pour nous donné Son Corps à manger et Son Sang à boire.
    Je ne dis pas que nous devons mépriser ceux qui ne sont pas chrétiens et qui cherchent sincèrement à connaître La Vérité, non ! Mais il est illusoire de vouloir rassembler toutes les autres religions pour un même culte universel. C’est le début de l’apostasie. Le SEUL comportement à avoir et d’amener TOUS les hommes sous la bannière de Notre Seigneur JESUS-CHRIST. L’ESPRIT-SAINT nous a été envoyé pour ça. Pour être notre guide dans la mission.
    « Personne ne connaît le Père, sinon le Fils. » Et le Fils de DIEU est Notre Seigneur JESUS-CHRIST ! Alléluia !
    A qui irions-nous Seigneur, Tu as les paroles de la Vie Eternelle !
    Que DIEU vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa joie !
    Merci !
    JFL

    J'aime

  7. Ping : Guide de lecture | Saint Michel Archange

  8. Prière pour Vincent

    O Vierge Marie,
    Soyez présente à Vincent LAMBERT qui voudrait tant marcher et qui ne peut que rester immobile dans un lit.
    Nous vous prions de porter cette prière à votre Fils, Notre Seigneur JESUS-CHRIST.
    Que l’ESPRIT-SAINT vienne toucher Vincent et le guérisse de sa maladie.

    NOTRE PERE
    Qui est aux cieux,
    Que Ton Nom soit sanctifié,
    Que Ton règne vienne,
    Que Ta volonté soit faite
    Sur la terre comme au ciel.
    Donne-nous aujourd’hui
    Notre pain de ce jour.
    Pardonne-nous nos offenses,
    Comme nous pardonnons aussi
    A ceux qui nous ont offensés,
    Et ne nous soumets pas à la tentation,
    Mais délivre-nous du mal.
    Car c’est à Toi qu’appartiennent
    Le règne, la puissance
    Et la gloire,
    Pour les siècles des siècles.
    Amen.

    L’on veut nous faire croire que Vincent LAMBERT est mourant! Ce qui est manifestement FAUX.
    Le 7° Commandement de DIEU dit: « Tu ne mentiras pas. »
    La vidéo montrant le patient, Vincent LAMBERT est claire. Cet homme n’est pas en fin de vie et n’est pas mourant. Il demande simplement à être soigné.
    Il serait criminel de laisser Vincent mourir de faim et de soif. Sommes-nous retournés au temps des barbares?
    Nous chrétiens, nous invoquons l’ESPRIT-SAINT pour que la décision de le faire mourir SOIT annulée. Nous avons un devoir de solidarité avec les plus faibles d’entre nous. Notre Seigneur JESUS-CHRIST nous dit: « Ce que vous aurez fait au plus petit d’entre vous, c’est à Moi que vous l’aurez fait. »
    Ce ne peut être une Parole en l’air.
    Il est urgent de nous mobiliser pour venir en aide à Vincent LAMBERT. Si la société refuse de le sauver de la mort assurée, nous chrétiens, avons le devoir de prendre le relai en montant un dispositif pour le prendre en charge.
    C’est pourquoi, nous nous associons volontiers à l’initiative de ceux qui ont décidés de faire une neuvaine, du jour la transfiguration de Notre Seigneur JESUS-CHRIST(le jeudi 06 Août 2015) au (vendredi 14 Août 2015) Fête de Saint Maximilien-Marie Kolbe.
    Pour prier avec nous vous pouvez vous rendre sur les sites dont les liens sont ci-dessous.
    http://i.hozana.org/1MDvxyg prière pour Vincent LAMBERT
    http://prieratempsetacontretemps.wordpress.com
    Neuvaine pour Vincent LAMBERT

    Que DIEU bénisse tous les bénévoles qui voudront bien assurer ce service de prière pour que Vincent retrouve la santé.

    Merci!
    JFL

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s