Le trône de France

jesus_christ_bon_berger_le_trone_de_France

Michel, vêtu de blanc, s’avança vers la foule agitée. Il tira délicatement un individu par la manche comme s’il le connaissait depuis une éternité.

« Jacques, viens un peu par là, dit Michel en le fixant d’un regard doux.
– Regarde ce qu’ils font ! s’écria Jacques en brandissant le poing en direction du podium sur lequel se trouvait un porte-parole du gouvernement. Ils détruisent les valeurs de la France. Je veux en découdre avec eux ! Je n’ai jamais vu une classe politique aussi corrompue dans toute l’histoire de notre pays. C’est invraisemblable.
– En vérité, je te le dis, ce n’est ni la rancœur, ni la colère qui sauveront la France, dit Michel en ne lâchant pas du regard son ami.
– Comment veux-tu que nous restions calmes face à leurs attaques incessantes. J’en ai marre de l’islamisation du pays. Que l’on me traite de nationaliste, je m’en moque ! hurla Jacques en fixant le podium d’un œil sombre.
– Qu’a fait Moïse lorsque son peuple a été réduit en esclavage ? Dis-le-moi, lança Michel sur un ton aussi doux que ferme.
– Cela n’a rien à voir avec la situation actuelle ! Allons, Michel, as-tu perdu la raison ? s’écria Jacques qui semblait concentré sur sa rancœur envers le gouvernement.
– Non, Jacques. Tu te trompes. Qui appellerait à la guerre civile et à la colère populaire si ce n’est un antéchrist ? Réponds à ma question, répéta Michel en éloignant Jacques de la foule.
– Bon d’accord, je t’accompagne pour quelques instants, mais, après, je retournerai ici avec nos compatriotes, lança Jacques en serrant le poing comme s’il souhaitait frapper le porte-parole qui se tenait hardiment sur le podium encerclé de policiers.
– Qu’a fait Moïse lorsque les hébreux ont été réduits en esclavage par Pharaon ? lança Michel d’une voix qui semblait de plus en plus calme.
– Il a guidé son peuple en dehors de l’Égypte, en passant par la mer rouge, répondit Jacques d’un ton sévère, mais, Michel, qui ne le sait pas ?
– Tout le monde semble l’avoir oublié, répondit Michel en levant les yeux au ciel. Si Moïse avait appelé son peuple à la rébellion, il n’aurait pas obéi aux dix commandements que Dieu lui a transmis à travers les tables de la Loi.
– Oui, d’accord mais où veux-tu en venir, Michel ? répondit Jacques en fixant son ami dans les yeux, d’un air apaisé.
– Les prophètes et les saints ont cherché une voie et une seule, celle de l’Amour. L’Ancien Testament a annoncé la venue de notre Seigneur Jésus-Christ. Notre Rédempteur et Maître appelait les hommes à se repentir et à devenir justes devant Dieu en renonçant au péché, de peur de déplaire à notre Père qui règne dans les Cieux. C’est cette voie-là que nous devons emprunter à notre tour. Suivre Jésus-Christ, c’est chercher la Vie et la Vérité en marchant sur ce Chemin étroit qui reste difficile à trouver pour ceux qui n’ont pas le cœur épuré, dit Michel en levant l’index de la main droite en direction des cieux.
– Oui, Michel, tu as raison. Mais où nous mènera l’Amour si nous renonçons à nous battre pour préserver les valeurs de notre pays ?! lança Jacques d’un ton qui trahissait sa fureur envers le gouvernement socialiste.
– Si nous faisons couler le sang, c’est forcément au nom d’un idéal qui n’est pas celui de Dieu. Nous ne faisons pas la volonté de notre Père si nous décidons de tourner le dos à la Charité. As-tu déjà vu un homme bienheureux glorifier la guerre et la rapine au nom d’un idéal ? Non, jamais. Celui qui appelle au combat n’est pas un saint dans le sens spirituel du terme, c’est un chef politique prônant la croisade. Si tu souhaites combattre l’islamisation de la France, tu dois fuir les armes, te rapprocher de l’Amour plénier pour combler Dieu et redonner de l’espoir aux hommes, conclut Michel en fixant Jacques dans les yeux.
– Mais c’est trahir le fondement même de notre nation ! s’exclama Jacques.
– Répond à cette question : est-ce que Jésus-Christ a appelé au meurtre ? demanda Michel d’un air inspiré.
– Bien sûr que non, Jésus-Christ était l’agneau de Dieu, répondit Jacques en soulevant les sourcils pendant qu’il levait les yeux au ciel.
– Tu viens de faire la volonté du Père en répondant à cette question, rétorqua Michel en souriant. Si tu veux suivre Jésus-Christ dans Son Amour, tu dois l’imiter dans ses œuvres. Notre Seigneur a supporté le mépris des pharisiens dans un parfait silence. Il savait que sa crucifixion était inévitable s’il souhaitait renouveler chaque chose. As-tu vu le résultat ? Après Sa résurrection, les apôtres sont partis pour prêcher la Bonne Parole. Le Saint-Esprit œuvrait si fortement dans les âmes que saint Paul disait : « je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi. »
– Oui, mais nous ne sommes ni saint Paul ni les apôtres, Michel. Ce temps là est révolu ! répondit Jacques sur un ton plutôt sévère. Où vois-tu un seul homme de bien ?
– Tu en as au moins deux, l’un se tient devant toi en ce moment même et l’autre est celui qui me parle, dit Michel en fixant le ciel nuageux.
– C’est bien présomptueux, Michel ! s’écria Jacques en portant son regard sur le podium comme s’il souhaitait oublier la conversation.
– Non, Jacques, c’est le prix à payer si l’on souhaite faire la volonté de Dieu, ne l’oublie pas, rétorqua Michel en levant de nouveau l’index vers le ciel d’un geste autoritaire. La présomption est du côté de l’homme, pas de celui de Dieu. Écoute plutôt ceci : « Convertissez-vous à moi de tout votre cœur, dit le Père ; mon fils, donnez-moi votre cœur ». Comme le disait brillamment saint François de Sales : « Le cœur étant la source des actions, elles sont telles qu’il est lui-même. Quiconque a Jésus-Christ dans son cœur, l’a bientôt dans toutes ses actions extérieures. C’est pourquoi j’ai voulu graver sur ton cœur ce mot saint et sacré : « Vive Jésus ! ». Assuré que je suis que le doux Jésus, vivant dans ton cœur, sera dans toutes tes actions extérieures, dans ta bouche, dans tes yeux, dans tes mains », tu pourras alors dire, à l’imitation de saint Paul, ce que je t’ai annoncé il y a déjà quelques instants.
– Oh, Michel. Tes paroles sont bien douces dans cette ère sombre, mais, que veux-tu faire, mon ami ? rétorqua Jacques en haussant les épaules.
– En vérité je te le dis, nous suivrons Jésus-Christ en marchant derrière Sa bannière sur laquelle est dessiné le Sacré-cœur, s’exclama Michel d’un air résolu. C’est dans une France en guerre que nous défilerons avec confiance et détermination sur la voie de Dieu. Nous serons invulnérables, car, le Père a toujours protégé les Justes sans qu’ils n’aient besoin de tirer l’épée de leur fourreau. Si cette protection céleste se résumait à une simple métaphore, ni notre Seigneur Jésus-Christ ; Fils de Dieu, ni les prophètes qui sont venus avant lui, n’auraient pu changer le monde en profondeur, car, la fatalité les aurait frappé dès leur naissance. La civilisation aurait été plongée, depuis fort longtemps, dans les ténèbres et la mort.
– Tu crois vraiment que nous serons protégés, Michel, par une simple bannière du Sacré-cœur ? lança Jacques sur un ton qui trahissait un trouble certain.
– Je ne le crois pas, j’en suis certain. Dieu m’a miraculeusement sauvé de bien des maux. J’ai failli mourir, des dizaines de fois, de toutes les manières possibles ; par l’eau, par le feu, par l’air, par la méchanceté de certains hommes et par la maladie. La violence n’a jamais eu gain de cause sur mon âme, et, malgré bien des déboires, j’ai refusé d’employer la force physique et l’intimidation. Après une adolescence chaotique, Dieu a choisi de me dévoiler la voie droite à l’âge adulte. Depuis cette époque de renouvellement spirituel, je fais totalement confiance au Dieu Vivant qui a accompagné les hébreux sur tous les chemins, même les plus dangereux. En empruntant la voie du Judaïsme originel, nous suivons la voie du Christianisme, puis, par extension, celle du Catholicisme du temps des papes et des rois très chrétiens, rétorqua Michel d’une voix paisible.
– Le drapeau du Sacré-cœur est réservé au roi de France. Tu n’as pas de sang royal à ce que je sache. Tu es un parfait inconnu, Michel ! s’écria Jacques en baissant les yeux pour ne pas avoir à affronter son regard.
– Et alors ? Justement, Dieu offre Sa bannière à celui qui Le craint. Or, celui qui craint Dieu est comme un enfant qui a peur de blesser le cœur sensible de sa tendre mère. Notre Père m’a transmis, à travers l’hérédité, l’Amour, du côté maternel, et la Justice, du côté paternel. Cet héritage m’a rendu tel que je suis ; amoureux de Dieu et des hommes, épris de cette justice équitable qui relève le malade, l’affligé, l’orphelin, le vieillard, le faible et rabaisse l’orgueilleux d’une main douce et ferme à la fois. Si Dieu ne m’avait rien offert, j’aurai été bien incapable de t’enseigner la Vérité, rétorqua Michel en fixant Jacques qui releva soudainement les yeux.
– Tu es en train de me dire que tu souhaites conquérir le trône de France par la Charité ? répliqua Jacques d’un air stupéfait.
– Tu viens de répondre à ta question, rétorqua Michel en faisant un signe de croix dans les airs.
– Michel, je te suivrai dans ton œuvre mais sache que nous serons seulement une poignée. Regarde tous ces gens qui protestent contre le gouvernement. La colère gronde un peu plus chaque jour, répondit Jacques en dodelinant de la tête pour signifier son impuissance.
– Jacques, fais pleinement confiance à Dieu, lança Michel d’une voix assurée. Tu iras dire aux foules que quelqu’un, un individu que tu as rencontré, souhaite porter la bannière du Sacré-cœur et tu inviteras ces gens à venir te rejoindre. Les véritables Chrétiens, fidèles au Christ et à la France, te suivront. Fais-toi l’apôtre de Jésus-Christ. Mais, attention, que l’on ne me compare pas à notre Seigneur. Pour t’en souvenir, rappelle-toi qu’un Lieutenant est serviteur du Maître. On m’a confié la lourde mission de ramener l’ordre équitable et la sainte obéissance, dans ces temps de ténèbres, afin de préparer l’humanité à l’Amour éclatant de notre Sauveur. Sache que c’est la volonté du Père qui s’exprime puisque je ne fais rien par moi-même. Va remplir la mission qui est la tienne.
– Oui, Michel. Je vais m’y atteler dès maintenant. Je porterai à nos amis les paroles que tu m’as confiées, lança Jacques d’un regard qui dénonçait un manque de confiance en ses capacités.
– N’oublie pas, comme le disait si bien saint Augustin, que deux cités rivalisent sur terre. La première est celle du « monde » parce qu’elle se contemple et s’admire au point de mépriser Dieu et les hommes. Les individus formant cette cité veulent « jouir » sur la terre sans rendre aucun compte, car, à l’image de Satan, ceux-ci sont entrés en rébellion contre la Miséricorde divine. La seconde est dite de « Dieu » parce qu’elle observe les commandements de Jésus-Christ et cherche la vertu au point de mépriser Satan et ses chimères. Les individus formant cette cité veulent « mériter » le ciel en ayant recours à la sainte obéissance, de peur de voir la Justice céleste fondre sur eux. Ces deux cités sont l’antithèse l’une de l’autre, mais, bien souvent, ceux qui appartiennent au « monde » ont la certitude d’être du bon côté de la barrière tandis que ceux qui appartiennent à « Dieu » ont la crainte permanente de blesser le cœur aimant du Christ. De nos jours, la majorité appartient au « monde ». Désormais, tu sais pourquoi le navire est en train de sombrer. Lorsqu’on ne respecte ni son équipage, ni sa coque, ni son ravitaillement, un bateau finit, inéluctablement, par couler dans les fonds marins. Le problème majeur de cette civilisation c’est qu’elle est aveuglée par Satan. Par conséquent, celle-ci vit dans la rébellion permanente, et, de ce fait, est bien incapable de donner de l’Amour. Comme disait Jésus-Christ, c’est à ses fruits que l’on reconnaît un arbre. Les fruits de la civilisation sont avariés, tu peux en faire toi-même le constat. Enfin, la cité du « monde » est païenne tandis que celle de « Dieu » est chrétienne. N’oublie jamais ces principes fondamentaux, mais, surtout, prêche-les du haut des chaires, car, un discours inspiré doit toujours être proclamé dans les hauteurs pour rappeler aux auditeurs que celui qui le prononce appartient à la cité de « Dieu ». Pour t’en souvenir, retiens ce qui suit. Lorsque tu fais le signe de croix, tu pars toujours du Père pour descendre vers le Fils, sur une ligne verticale rappelant la descente vers la terre, puis tu pries le Saint-Esprit afin qu’Il inspire les hommes, sur une ligne horizontale rappelant la Sainte Eucharistie. Les symboles chrétiens sont fondamentaux parce qu’ils évoquent toujours la Croix par laquelle notre Seigneur Jésus-Christ a vaincu l’esprit du monde, conclut Michel en souriant tel un bienheureux, son visage était éclairé par un rayon de lumière qui semblait provenir du royaume céleste.
– Tu viens de m’offrir une précieuse nourriture, Michel. Je saurai en faire bon usage. Que vas-tu faire désormais ? demanda Jacques en regardant le ciel à la manière d’un apôtre.
– Je dois me retirer vers l’est pour veiller et prier. Il est encore trop tôt pour que je me dévoile à la face du monde. J’ai besoin de confier mon cœur à Dieu pour cultiver la sainte humilité et produire davantage de fruits. Pour l’instant, va porter le message de notre Seigneur Jésus-Christ aux fidèles. Nous nous rejoindrons bientôt, mon ami, pour partir en Bretagne » lança Michel en se dessinant un signe de croix sur le front pour signifier sa foi en Jésus-Christ.

Michel tourna le dos à son ami et s’en alla d’un pas confiant. Dieu avait tracé la voie et Michel n’avait plus qu’à l’emprunter. Jacques, quant à lui, revint vers la foule agitée qui sifflait copieusement le porte-parole du gouvernement. Le personnage de mauvaise augure était vêtu d’un costume noir bien trop classieux pour lui apporter une quelconque crédibilité. Au loin, un grondement de tonnerre se fit entendre. Quelques éclairs vinrent illuminer le ciel d’une lueur tragique. Une bise tiède se leva subitement. L’atmosphère se chargeait de ressentiments. La France était au bord de la déchirure. Pour la première fois depuis longtemps, Jacques ferma les yeux et pria notre Seigneur Jésus-Christ. Il venait de retrouver la foi. Aussitôt, Jacques sentit une énergie circuler sur le sommet de son crâne. Il s’agissait d’une auréole comparable à celle qui mettait en valeur, sur les tableaux religieux d’autrefois, le visage des saints.

Une odeur d’encens pontifical, sortie de nulle part hormis de son esprit, vint lui apporter un réconfort inespéré. Il s’imaginait qu’un diacre encensait la croix et l’autel d’une église invisible avant que la Sainte Messe, dirigée par un prêtre fidèle au Seigneur, ne débute. Une vague d’Amour lui fit lever les yeux au ciel. Malgré les épreuves, Jacques sentait que Dieu était là pour le protéger et l’aider dans sa mission de messager. Pendant que la foule s’enflammait par la faute des propos que l’homme, à l’arrogance surfaite, martelait sur le podium, Jacques laissait silencieusement se déverser des larmes d’Amour.

Il se retrouva propulsé, à travers le temps, au pied de notre Seigneur crucifié. Le ciel était gris. Des femmes pleuraient. Un vent frais, presque trop froid par la faute d’une faible luminosité, soufflait ; une éclipse solaire rendait hommage au Sauveur du monde. La terre, humide et tâchée du sang de Jésus, collait à ses sandales de cuir, mais, Jacques n’y prêtait pas attention ; l’atmosphère était trop pesante pour se soucier de ce genre de détail. Il porta le regard vers le Maître supplicié. Le corps et le visage tuméfié du Christ dégageaient une Charité si pure qu’elle en était authentiquement surnaturelle. Cet Amour mystique puisait son origine à la source de Dieu. Le saint corps, couvert de plaies, appelait la Miséricorde de Dieu sur l’humanité pécheresse. Jacques prit conscience, de manière fulgurante, de la cruauté des hommes et du miracle de l’Amour. Il se frappa la poitrine pendant que des pleurs incontrôlables lui secouaient le haut du corps. Au loin, le temple de Jérusalem trembla fortement. Un séisme, reflet de la Justice de Dieu, fit s’écrouler violemment une partie de l’édifice tandis que le sol grondait sourdement. La conversion des cœurs était déjà à l’œuvre.

Jacques fut de nouveau précipité à travers les époques pour se retrouver dans le présent. C’est d’un pas leste qu’il s’éloigna de la foule endiablée pour se réfugier dans une petite chapelle située à quelques pâtés de maison. Jacques alluma un cierge à l’aide d’une flamme existante afin de symboliser la propagation de la foi. Une voix douce et aimante, provenant de son esprit, l’invita à prêcher dès le lendemain les paroles que Michel lui avait transmises. La bougie éclairait d’une lumière vacillante une magnifique statue de la très sainte Vierge Marie pendant que des femmes, assises un peu plus loin sur des bancs de bois, récitaient le rosaire d’une voix souffrante mais confiante en l’Amour de Dieu.

Bénie soit notre nation, car, les temps sont proches. Veillez et priez, fidèles lecteurs, amoureux du Christ. Le trône de France sera retrouvé et comblera notre nation de merveilleuses et multiples grâces. Que le trouble n’emplisse pas votre cœur en lisant ce conte qui se veut prophétique. Dieu peut changer bien des choses malgré la méchanceté et la naïveté des hommes. Ayez confiance en notre Père Tout-Puissant. La bannière du Sacré-cœur se lèvera bientôt sur le sol de notre nation millénaire, non pas dans un conte, mais, dans la vie réelle, cette fois-ci. Vive Jésus !

in_hoc_signo_vinces_saint_padre_pio_saint_francois_de_sales_roi_sacre_coeur_jesus_christ

magnifique_vierge_marie_chapelle_tarentaise


Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2015/05/14/le-trone-de-france/

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Le trône de France

  1. Ping : Guide de lecture | Saint Michel Archange

  2. Moi aussi j’ai ressenti cette colère. Mais la fuite d’Égypte n’est pas la solution, quoique j’imagine avec envie un cortège de chrétiens fuyant la France et prenant la direction de la Russie, avec le passage de la Volga en prime…on peut rêver…
    Parfois je me dis qu’il n’y a que les actes forts qui attirent l’œil des masses !

    J'aime

  3. Ricquet dit :

    Saint Michel Archange : Merci pour ce récit magnifique.
    Amen Amen Alléluia !
    Cependant, il manque à ton « récit prophétique » : l’illumination des consciences si l’on veut éviter le fiasco engendrant ce « nouvel ordre mondial » avec 1 seul gouvernement mondial et 10 Commandements pour un nouvel « âge de la raison »
    C’est en gros, ce qui est écrit sur le monument du Georgia Guide Stone avec 10 commandements :

    1. Réduire et Gardez la population mondiale en dessous de 500 millions de personnes et en perpétuel équilibre avec la nature. Dépopulation, impliquant que 13 personnes sur 14 sur cette terre ne devraient pas exister…
    2. Guider la reproduction intelligemment en favorisant la planification familiale, l’eugénisme…
    3. Promouvoir la condition physique et la raison.
    4. Unir l’humanité dans une unique langue mondiale.
    5. Un tribunal mondial pour gérer les conflits entre nations.
    6. Protéger les personnes et les nations avec des lois justes et équitables tribunaux.
    7. Ne pas être un cancer sur la Terre et faire place à la nature.
    8. Évitez les lois mesquines et les fonctionnaires inutiles.
    9. Équilibre entre les droits personnels et les obligations sociales.
    10. Enfin : Une Justification d’une nouvelle forme de spiritualité. (« recherche de l’harmonie avec le Suprême. »)

    Effectivement, l’alternative pour le peuple est assez réduite :
    . Se révolter et faire le jeu du Malin (évolution probable puisque l’ordre nouveau naît du chaos : « Ordo Ab Chao ») Donc le monde va nous pousser aux émeutes, révolutions, guerres…
    . Ne pas se révolter et se faire tondre. (immense majorité manipulée et jetée dans le paganisme)
    . Ne pas se révolter et se faire tondre, mais espérer en le retour du Christ.

    Biens à vous…

    J'aime

  4. Amen, que la volonté de DIEU se réalise sur la terre comme au ciel ! alélluia !

    Aimé par 1 personne

  5. Alexis dit :

    Bonjour Stéphane,
    Merci beaucoup pour ce texte, c’est effectivement ce que beaucoup d’entre nous ressentent, pas forcément pour les mêmes raisons, mais c’est à croire que ce gouvernement fait tout pour se mettre tout le monde à dos, à croire qu’ils VEULENT une révolte et plus… qu’importe pour eux, leurs « jets » sont prêts à s’envoler vers un paradis fiscal.
    Leur but n’est pas seulement de nous tondre, mais de nous pousser à bout et de nous faire chuter… c’est dur à avaler, mais nous ne pouvons pas faire grand chose dans la rue pour le moment.
    Peut être pouvons nous expliquer calmement à nos proches les contradictions économiques, expliquer la dette illégitime (Pompidou / Rothschild), qui ne sert que des intérêts apatrides et qui donc VEULENT l’abolition des frontières (Schengen) et le déracinement des peuples.
    Expliquer la surveillance de masse pire que du temps de la Gestapo ou la Stasie (NSA / Snowden, « Vous n’avez rien à craindre si vous n’avez rien à cacher. » signé Joseph Goebbels… et oui cela ne date pas d’hier.).
    Expliquer la pensée unique vers laquelle nous nous dirigeons (« il faut traiter ceux qui ne sont pas Charlie » signé Nathalie Saint Cricq, ou « Éloge du blasphème » de Caroline Fourest… quelle belle liberté d’expression).
    Enfin expliquer l’ultime contradiction de ce monde (et de l’esprit de ce monde), le fait de se construire exclusivement EN RÉACTION au christianisme et ses valeurs, et oui, vous savez sans doute que nous sommes des intégristes réactionnaires, à l’esprit anti libéral qui s’accrochent à un passé sentant la naphtaline… et cela est tellement rentré dans les cerveaux que si nous parlons de Dieu, on nous rétorque souvent un « laisses Dieu ou il est ! » comme si nous avions invoqué le diable… un comble.
    Mais si le monde a une quelconque valeur intrinsèque indépendante de Dieu, pourquoi mimer, singer tout les codes du christianisme et vouloir le détruire? (je pense à la franc maçonnerie et toute les sectes qui pullulent autour : « Notre but n’est pas de restaurer l’hindouisme mais d’éradiquer le christianisme de la surface de la terre » signé Annie Besant qui a prit la direction de la Société théosophique pour l’Europe et l’Inde et est aussi devenue franc-maçonne (33eme degré)).
    L’existence de ce monde n’existe QUE par rapport au christianisme, si il n’y avait plus de christianisme, ce monde s’effondrerait tout seul comme une homme à qui on enlève la béquille qui le maintient encore debout, et si le monde s’effondre, nous nous effondrons avec… leur but est donc bien le chaos ultime.
    Il suffit juste de regarder la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, tout y est, « l’œil qui voit tout » singeant la trinité et l’Ouroboros ou serpent qui se mord la queue qui « trahit la prédominance d’une fondamentale pulsion de mort. » (selon Wikipédia)
    « Ordo ab Chaos » est alors aussi un mensonge car aucun ordre ne peut naitre du chaos. C’est plus une volonté de pousser au suicide collectif.
    Mais nous savons déjà que cela n’arrivera pas, puisque même si la tempête arrive, aussi violente soit elle, ce ne sera « qu’une tempête », à l’échelle du monde Satan a déjà perdu ! Sainte Marie a déjà été couronnée aux cieux et a racheté le péché originel d’Eve par sa pureté et sa fidélité jusqu’au bout en son fils et fils de Dieu Jésus-Christ, c’est pour cela qu’elle est souvent représentée écrasant le serpent.
    la seule incertitude est de savoir si nous serons perdu avec Satan ou sauvé en Jésus-Christ, et cela ne dépend que de l’intention de nos actes… et l’intention c’est la morale qui nous fait choisir nos actes.
    Puisses Dieu nous aider à bien choisir nos « armes » pour ce combat qui se fait avant tout en nous, ici et maintenant !
    Alexis

    J'aime

  6. Ping : Annonce : le 14 mai, découvrez un conte chrétien et prophétique | La France Chrétienne et son histoire

  7. Je vous salue…
    Prier à temps et à contretemps.
    Jésus leur déclara : « Amen, je vous le dis : lors du renouvellement du monde, lorsque le Fils de l’homme siégera sur son trône de gloire, vous qui m’avez suivi, vous siégerez vous aussi sur douze trônes pour juger les douze tribus d’Israël. »
    Nous savons que Notre Seigneur JESUS-CHRIST se nommait, Lui-même : « Le Fils de l’homme. »
    Nous savons aussi que, bientôt, il reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts et que Son règne n’aura pas de fin.
    Qu’Il siègera sur trône de gloire, donc nous avons un Roi, et quel Roi ! Roi de l’Univers.
    Que les douze Apôtres siègeront comme juges des douze tribus d’Israël. Est-ce à dire qu’il n’y a que les douze tribus d’Israël qui seront sauvées ? En quelques sortes nous pouvons répondre : OUI !
    Si le peuple d’Israël, par sa désobéissance à DIEU a été dispersé aux quatre coins du monde présent, ce ne peut pas être fortuitement, mais avec la volonté que tous les hommes aient la connaissance du Seul vrai DIEU. Que ce Seul vrai DIEU, s’est fait chair en la personne de Notre Seigneur JESUS-CHRIST, Lui-même descendant de la tribue de Juda en la personne du roi David. Tout se tient, nous ne pouvons pas prendre ce que nous comprenons du mystère du Créateur et rejeter le reste.
    Vous remarquerez que les hommes, ‘dans leur humilité’ légendaire n’ont qu’un seul désir c’est de prendre le pouvoir, pour ‘régner’ en lieu et place du Créateur, sans tenir compte, bien sûr, des directives du Maître de la Vie, mais en faisant LEUR volonté propre. Voilà pourquoi les maux ne cessent pas de fondre sur la race des hommes.
    C’est pourquoi c’est un leurre que de vouloir prendre le ‘pouvoir’ pour faire le bien de l’humanité.
    Le Pouvoir n’appartient qu’à DIEU et à LUI SEUL. Toute autre interprétation est une usurpation de la Parole de DIEU.
    En ces temps qui sont les derniers, revenons à DIEU de tout notre cœur et nous goûterons un peu de sérénité dans ce monde de cahot.
    Nous n’avons qu’à suivre Notre Seigneur JESUS-CHRIST qui nous a envoyé l’ESPRIT-SAINT pour qu’Il soit notre seul Maître.
    Que DIEU vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie !
    Merci !
    JFL
    Nota : Si vous le désirez, vous pouvez, ici, dire : Merci à DIEU par Son Fils, JESUS-CHRIST, Notre Seigneur et Maître. Celui-là même qui fût enfanté dans le sein de la Vierge Marie. Vous pouvez, ici, nous relater les merveilles, que l’ESPRIT-SAINT a faites, dans votre vie personnelle. Vous serez ainsi des missionnaires. Il vous suffit de cliquer sur le lien :
    http://prieratempsetacontretemps.wordpress.com
    N’oubliez pas aussi: http://i.hozana.org/1MDvxyg prière pour demander la guérison de Vincent LAMBERT !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s