La compréhension de l’impermanence du monde

comprehension_impermanence_du_monde_adoration-Jésus-eucharistie

Le monde sera sauvé lorsque les hommes sauront s’émanciper du carcan qui les retient, non pas par la matière, mais, par l’esprit. Cette compréhension ne peut se faire que par la méditation sur la vie et la mort, sur le Verbe, sur Jésus-Christ. Nous nous laissons trop souvent submerger par nos émotions au point d’agir de manière erratique et cela engendre, inéluctablement, des comportements dépourvus de sagesse. Lorsque nos pensées sont souillées, nos agissements le sont aussi. C’est le cœur de l’enseignement de Jésus-Christ.

Le Sauveur nous a expliqué que lorsque l’on convoitait, en pensée, la femme de son voisin, c’est comme si l’on avait déjà effectué le terrible péché, car, nous engendrons, par notre convoitise, le futur passage à l’acte. Pour bien comprendre l’idée, lorsqu’un ingénieur a terminé la conception d’un schéma, celui-ci est concrétisé dans les usines de production lorsque l’acteur s’est suffisamment focalisé sur le but à atteindre. Par conséquent, nos pensées sont un gouvernail et notre motivation un moteur. C’est pourquoi nous devons apprendre à réfléchir sur nous-mêmes. C’est en épurant notre esprit des idées pécheresses que nous pouvons agir convenablement, sainement afin d’atteindre, un jour où l’autre, sans précipitation, la sainteté.

Ce texte a pour but de nous faire réfléchir sur l’impermanence du monde afin de transcender la conception de la vie et de la mort. Le monde contemporain cherche à nous enfermer dans un carcan proche de l’immuabilité en marquant chaque individu d’un sceau unique. Il s’agit d’une conception dangereuse et totalement erronée conformément à la nature impermanente de la vie.

Que savons-nous de la mort ? La notion de mort est immuable tandis que la mort elle-même est impénétrable, car, ce n’est que lorsque nous la rencontrons que nous la connaissons. Ainsi, nous ne pouvons pas nous faire une idée figée de la mort car ce serait enfermer ce concept dans un schéma galvaudé et imparfait. Or, la mort ne nous appartient pas, elle se situe au-dessus de l’idée que l’on peut s’en faire. Ainsi, il est trompeur d’affirmer qu’après la mort il y a le néant, un monde paradisiaque constitué de vierges ou encore le Valhalla. Le but de notre vie est de donner le plus d’Amour possible. Ainsi, lorsque la mort nous surprendra, notre âme sera en paix et nous dirigera vers le lieu idéal pour nous. Il n’appartient qu’à nous-même d’être digne de Dieu. Le purgatoire est un statut d’enfermement de l’âme jusqu’à son épuration complète. Ce qu’il est important de retenir, c’est que nous ne devons pas nous enfermer dans un schéma sclérosant qui ne correspond pas à la réalité. Notre perception n’est pas la vérité. C’est seulement un point de vue plus ou moins imparfait, mais, toujours limité à l’idée que l’on peut s’en faire.

La notion de vie est immuable tandis que la vie elle-même est impermanente. Tout être vivant se transforme constamment. Par exemple, la graine finit par muer en fleur. La fleur pousse et meurt avant de devenir du compost. Ce même résidu organique sert d’engrais. Peut-être même qu’une partie de cette matière s’évapore pour redevenir de l’eau. De la même manière, un être vivant grandit, change constamment jusqu’à la fin de sa vie. Son visage, son corps et son esprit évoluent au fil du temps. C’est ce qui explique que notre personnalité est constamment en évolution malgré un illusoire sentiment d’immuabilité. La mort est l’aboutissement du passage temporel. De grandes transformations que nous ne connaissons pas s’opèrent alors dans le corps du défunt.

Ce qu’il faut retenir c’est que le monde est en perpétuel changement. Notre esprit s’imagine que tout est immuable parce que nous ne sommes plus capables de penser avec réalisme. Nous sommes engourdis dans les illusions entretenues par le système contemporain.

Tandis que le monde passe, le Saint-Sacrement est le symbole de l’immuabilité. Dieu transcende le temps. La terre continue de tourner. Le soleil se lève et diffuse sa lumière. La lune apparaît dans le ciel. Les nuages se transforment en pluie ou en neige. Les vents nourrissent les flux marins ainsi que les courants froids ou chauds. L’équilibre du monde est parfait. Quoi que nous fassions, nous sommes soumis au temps qui passe. Nos corps sont mortels et corruptibles. Il est strictement impossible d’échapper à la mortalité malgré le mythe ancestral de la fontaine de jouvence aujourd’hui présenté comme un transhumanisme technologique réalisable. L’homme est mortel et le restera parce que le monde est soumis à des lois immuables et indéfectibles. Dieu, lui, transcende l’éternité. Le fait de méditer face au Saint-Sacrement permet de comprendre ces grands mystères dont nous ne nous préoccupons plus par manque de temps pour ce qui est réellement important. Notre corps a besoin de vivre au rythme du vent, au rythme des saisons tout comme notre esprit a besoin de calme, de lenteur, de douceur et d’Amour.

Nous sommes influençables et malléables par manque de contemplation, de méditation et de prière. Nous ne sommes plus stabilisés sur nos deux jambes. Nous sommes devenus des outils de la colère médiatique. La division est semée afin de renforcer la haine dans les esprits. La guerre est au bout du tunnel si nous ne nous détachons pas du système. C’est en revenant à la sagesse de nos ancêtres chrétiens que nous redeviendrons des êtres libres et forts. Nous serons alors les élus de Jésus-Christ si nous sommes capables de rester fidèles à l’Amour malgré la haine, la corruption et les vices qui gouvernent actuellement la civilisation.

Le renforcement de l’ego n’est pas anodin. Lorsque l’ego devient le leitmotiv principal d’une civilisation, l’individu se renforce et devient un redoutable ennemi potentiel pour son voisin par manque de discernement et de sagesse. C’est pourquoi on dit que « l’homme est un loup pour l’homme ». Cependant, ce proverbe s’avère exact seulement si les conditions sont réunies. Si la civilisation est bonne, l’homme sera un agneau pour son frère, tandis que si elle est mauvaise, l’homme se transformera invariablement en loup. Ceci est la preuve que le monde est impermanent et que tout dépend des causes et des conséquences engendrées. Nous sommes à la fois les causes et les conséquences de toutes choses. Par exemple, nous sommes la conséquence de nos ancêtres mais nous sommes la cause de la fleur que l’on fait pousser, de la pâtisserie que l’on fait cuire ou de l’enfant que l’on met au monde. Ainsi, nous ne sommes jamais une conséquence ultime mais l’un des multiples facteurs qui agit au sein du monde. Nous pouvons rendre, par nos actes, le monde meilleur ou pire. Tout dépend de nous. Si nous sommes illusionnés, nous devenons nous-mêmes un danger pour les autres tandis que si nous sommes dans le réalisme, nous devenons un frère pour les hommes.

Nos émotions nous embarquent souvent dans de graves tourments. S’il nous arrive d’être pris par la colère, demandons-nous où nous serons dans un siècle. Dans un siècle, nous serons décédés. Cela signifie que si nous voulons vivre d’un Amour sincère, nous devons le donner ici et maintenant, car, après, il sera trop tard. Vivre dans le présent permet de donner de l’Amour à chaque instant. N’oubliez pas que le terrible juge reviendra pour peser les âmes. Ceux qui auront été incapables d’Amour ne seront pas dignes de Son Nom. « Soyez donc prudents comme les serpents et simples comme les colombes » Évangile de Jésus-Christ selon Matthieu 10.16

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2015/03/06/la-comprehension-de-l-impermanence-du-monde/

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour La compréhension de l’impermanence du monde

  1. Souri7 dit :

    Merci, oui par manque de réalisme et de lucidité, beaucoup de chrétiens ne combattent pas « le bon combat ». Et beaucoup d’humains n’en ont même pas idée…

    Pour appuyer et prolonger ce que vous dites là de très vrai, voilà un passage du livre « Vie de Sainte Catherine de Sienne » par le Bienheureux Raymond de Capoue :

    « Aucun théologien instruit ne doute que le royaume de Satan n’ait pour limites la volonté des hommes mauvais, qui se livrent à lui. Jamais en effet Satan, condamné par sa faute, captif de sa propre damnation, ne pourrait régner par ses propres forces, si les fautes des méchants ne soumettaient pas leurs esprits à sa volonté perverse. Voilà pourquoi il est écrit, qu’il est  » roi sur tous les fils d’orgueil ( Job 41, 25) « . C’est l’orgueil qui engendre ceux sur lesquels il règne, car jamais il n’eût pu régner, si l’orgueil n’eût perverti quelque volonté. Mais de même que l’établissement de son règne ne dépend pas de sa volonté, mais de la volonté des autres, de même la ruine de son pouvoir est bien plus liée à la volonté des autres qu’à la sienne. Quiconque le veut vraiment peut donc facilement détruire, pour sa part, le royaume de Satan; et quand je dis quiconque le veut, j’entends celui qui fait vouloir la grâce donnée par Jésus-Christ. Aussi notre Maître et Seigneur, à la veille de souffrir et de mourir pour effacer nos fautes et nous infuser sa grâce, disait-il lui-même à ses disciples, comme aux Juifs :  » Voici maintenant le jugement; voici que le Prince de ce monde va en être banni ( Jn 16, 11)1.  » Et, en effet, la grâce allait nous arriver méritée par cette Passion, pour rendre les volontés des hommes vertueuses, et leur permettre de détruire complètement le royaume de Satan et de chasser celui-ci de ses demeures.

    Ces mêmes vertus, qui, moyennant la grâce, chassent Satan, arrivent aussi à l’enchaîner; car l’âme fidèle, en qui la grâce réside, devient chaque jour plus forte et plus sainte, par l’augmentation de ses mérites et de sa grâce, et avec la main du Fort, non seulement elle chasse Satan l’adversaire ( Lc 2, 21), mais elle l’enchaîne et le tue. Les âmes des fidèles reçoivent parfois des grâces si puissantes qu’elles bannissent Satan, non seulement de leurs propres esprits, mais encore de ceux des autres; elles font plus encore, elles obtiennent du Seigneur, par leurs prières et leurs mérites, que Satan soit lié, c’est-à-dire qu’il ne puisse pas causer à ceux, dont il a été chassé, plus d’ennuis que leur salut ne le demande. »

    J'aime

  2. Anne-Marie- Renée dit :

    Merci à Vous, cher Archange, c’est ce que je pense et ai écrit à un de nos frères dans le tourment (sur un autre blog)….Le travail d’épuration commence en nous qui ne sommes que le reflet de ce que nous pensons. Pour libérer ce monde de perdition , il faut commencer par sortir de l’illusion et regarder la réalité en face….Un travail de longue haleine qui en rebute plus d’un….Puisque nous vivons dans une société du tout et du tout maintenant et pas après…sans trop se fatiguer. En souhaitant que ce temps de fin des temps se termine et que l’œuvre de notre Père se mette en place. Fraternellement A-M

    J'aime

  3. geocedille dit :

    A reblogué ceci sur ΕΣΧΑΤΟΝ ESCHATON.

    J'aime

  4. geocedille dit :

    Très bon article de fond, qui recentre bien le propos de l’action de l’Eglise sur l’intemporel, chose quelque peut oubliée par les courants modernistes du christianisme qui pensent que l’église devrait au contraire adapter son enseignement aux idées de l’époque.
    « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. » Saint Matthieu (24:35)
    Je me permet de rebloguer cet article si l’auteur le veux bien.

    J'aime

  5. Jean-Philippe dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre intéressant article St-Michel-Archange, que je n’ai pas la capacité de commenter comme les autres participants, faute de références suffisantes.
    Malgré tout, je le comprends fort bien, ayant remarqué depuis longtemps dans quel monde nous vivons, monde que je refuse. Tout ceci me permet de m’élever dans la Foi.

    Merci aux premiers commentateurs aussi, leurs remarques sont très intéressantes également.

    Cordialement,
    Jean-Philippe

    J'aime

  6. Ping : Guide de lecture | Saint Michel Archange

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s