Discours pour le salut de la nation

bapteme_de_clovis_saint_remi_cathédrale_reims_25_decembre_496_discours_salut_nation

Rendre ses lettres de noblesse à la France en mettant un terme au saccage contemporain n’est pas un souhait mais un devoir pour que nos descendants puissent vivre en paix et dans la liberté, selon la volonté de Dieu. Nous devons compter avec l’immigration que les stratèges de l’infernale politique internationale ont imposé par ruse. Le Christ nous a demandé de nous aimer les uns les autres comme il nous a lui-même aimé. Par conséquent, ce qui distingue véritablement les hommes entre eux c’est la qualité de leur âme et non pas la couleur de leur peau. Pendant que certaines personnes sont douces comme des agneaux, d’autres sont de véritables prédateurs. En prenant conscience de ce fait, nous ne devons plus nous baser sur l’apparence physique mais seulement sur ce qui constitue la véritable mesure des êtres humains, c’est-à-dire leur esprit. Ce point de départ est fondamental pour notre salut car la volonté du Christ était précisément, par la force de son Amour, de sauver les hommes de leur condition pécheresse.

Le véritable ennemi de la France est celui qui œuvre sournoisement dans l’ombre sans donner son nom. Il est composé de l’ensemble de ceux qui cherchent à dépecer l’héritage, plus que millénaire, de la France. Tous les fidèles qui aiment sincèrement leur pays en souffrant du mensonge, du mépris, de la haine et de la violence morale ou physique doivent, de nouveau, se sentir aimés et protégés. L’amour de la patrie, façonnée selon les grands rois d’antan, doit renaître. C’est en tendant une main charitable aux opprimés que les Chrétiens sauront reformer une nation glorieuse porteuse d’espoir. Une nation gouvernée par la morale et débarrassée de ses lois tortueuses est une nation saine et cohérente dans laquelle la liberté s’exprime réellement puisque aucune législation ne vient entraver l’individu qui sait agir avec dignité, parcimonie et sagesse. De nos jours, la liberté n’existe plus puisque, à la complexité administrative, viennent s’ajouter les nombreux codes législatifs ésotériques pour le commun des mortels. On risque, bien souvent, d’être répréhensible sans en avoir été informé auparavant, ce qui est une aberration. Lorsque la morale est enseignée, l’individu est prévenu en amont du comportement à tenir, c’est ainsi que l’on fait progresser la vertu dans une société.

La mondialisation est contraire à la liberté offerte par Dieu. C’est en effaçant la connaissance du Christianisme que les dirigeants internationaux espèrent mettre en place une gouvernance mondiale qui interdira aux nations de se développer selon leur propre volonté. Il s’agit clairement d’une mise en esclavage sournoise. La caste des élus se réduirait à une poignée d’individus qui détiendraient alors le pouvoir absolu et le contrôle des richesses planétaires. Il s’agit d’une grave hérésie que nous ne devons en aucun cas tolérer. Le vice a détourné les populations de l’intérêt pour la vie publique. C’est cette quête des sens, infernale, qui a transformé les citoyens, autrefois responsables, en rebelles déresponsabilisés et aveuglés par leur propre personne. La force du mal est de faire croire que le fait de s’intéresser uniquement à sa personne donne la pleine maîtrise de sa vie. C’est pourtant tout le contraire puisque le fait de se replier sur soi-même rend aveugle et sourd au monde extérieur. Cette attitude n’a rien à voir avec la recherche de la sainteté qui, elle, permet de s’ouvrir pleinement au Saint-Esprit à travers le recueil et le travail spirituel. Le repli sur soi contemporain, selon la société de consommation, est un aveuglement et un début de mise en esclavage à travers un abrutissement massif. La peur sournoise accentue les maux et permet aux sombres dirigeants de faire accepter le contrôle technologique comme une lutte contre l’insécurité.

C’est pourquoi la politique contemporaine doit être écrasée du pied afin de mettre un terme à la folie d’une poignée d’individus qui se sont rendus complices de la destruction des nations. Le bonheur se trouve dans la simplicité des relations sociales. Nous devons réapprendre à vivre ensemble parce que nous ne savons plus le faire. Au lieu d’envoyer nos parents en maison de retraite, nous devons tout faire pour favoriser leur maintien parmi nous. Il est évident que la société actuelle, contraire à l’intelligence, ne le permet pas. La famille élargie doit redevenir le cœur de la nation. Faisons en sorte que les grands-parents puissent profiter le plus longtemps possible de leurs petits-enfants. Faisons en sorte que les malades ou les mourants soient aimés jusqu’à la dernière minute. Mettons un terme à la solitude imposée. Les hôpitaux et les maisons de retraite sont devenus de sinistres mouroirs, l’antichambre de la mort. Nos ancêtres accueillaient chez eux les mendiants, ainsi, le pauvre avait toujours un repas et un lit. De nos jours, la médiatisation de la peur a fait en sorte d’instaurer la méfiance. La technologie a imposé la rupture sociale. La complexité sociétale a créé la solitude. Nos contemporains vivent de préjugés, de phrases toutes faites, qui les enferment progressivement dans un asservissement naïf et dangereux parce qu’il ouvre la voie au totalitarisme.

Rendons la vie à nos campagnes abandonnées en préservant la forêt et en renouant avec l’agriculture. Nous devons réapprendre à vivre du sol de notre nation. Nos ancêtres savaient cultiver la terre parce qu’ils en avaient la liberté. Il est évident que, dans notre époque actuelle, nous sommes prisonniers du système. La culture de la terre émancipe des prédateurs financiers. Nous devons également nous préoccuper de nos animaux afin qu’ils puissent vivre heureux. Il y a trop de bêtes qui souffrent de maltraitance que ce soit chez leur maître ou dans des laboratoires. Les abattoirs sont également une source d’horreur. N’oublions pas que nous sommes censés être les gardiens de la vie, cependant, de nos jours nous sommes devenus les bourreaux de la planète. Ce que Dieu a fait, l’homme est en train de le détruire a un rythme incroyable. En moins d’un siècle, la planète est devenue une gigantesque décharge municipale. Nous sommes tous responsables de cet état de fait. Si nous n’arrêtons pas ce processus, nous aurons la mort de nos descendants sur la conscience. Nous avons moralement le devoir de prendre en main la destinée de notre nation afin de sauver ce qui peut encore l’être.

La grisaille qui règne de nos jours doit être dissipée afin que la Lumière, la joie et le bonheur de vivre sortent du domaine de la chimère. Cela peut devenir une réalité si nous mettons de la bonne volonté dans nos actions quotidiennes. C’est pourquoi nous devons enseigner la vertu afin que le vice soit relégué, pour longtemps, dans un musée de la république, poussiéreux et abandonné. Mettre un terme à ce qui ruine notre nation n’est pas un souhait mais un devoir. Si nous souhaitons que nos enfants vivent dans un monde apaisé, nous devons œuvrer de manière responsable et disciplinée. Les débordements de violence disparaîtront d’eux-mêmes lorsque nous aurons compris que le saccage contemporain est instrumentalisé par les médias. Nous devons tout faire pour que la paix du Christ devienne une réalité pour la fin du XXIe siècle, au plus tard. Nous devons mettre un terme à tout ce qui nous divise parce que le sectarisme, l’incompréhension, la peur, l’égocentrisme, le racisme, la rancœur, pour ne citer qu’eux, sont autant d’effroyables sources d’injustice. Tendre la main à ceux qui souhaitent vivre dans une nation Chrétienne, fille aînée de l’Église de surcroît, doit devenir une réalité. Le travail est gigantesque mais ces nobles causes en valent la peine.

Souhaiter le bonheur de tous est une utopie et c’est pourquoi nous devons suivre cette ligne de conduite. Un modèle proche de la perfection est comparable à une destination que l’on choisit lorsque l’on prend la mer ; celui-ci sert de gouvernail et de guide. Nous devons anoblir notre nation afin que le Christ puisse entrer dans nos chaumières pour chanter nos louanges. Un tel monde est possible selon l’ordre et la morale découlant des lois Chrétiennes ancestrales. La discipline individuelle est garante de la cohésion, de l’entraide et de la joie de vivre ensemble. C’est le libre accès au péché qui ouvre la boîte de Pandore et libère le souffle luciférien sur la civilisation. Si l’inceste a été approuvé par de nombreux pays, c’est que le vice a atteint un degré incommensurable avec la complicité d’une population assoupie dans sa torpeur. L’irresponsabilité individuelle conduit à de graves écueils que nos ancêtres ont toujours condamnés.

Nous devons chercher à tendre vers cette perfection. Le fait de regarder au loin, en direction de l’horizon, permet de suivre une ligne de conduite stable et source de réconfort. Tout est possible avec la mesure de l’intelligence. Nous avons la capacité de nous remettre en cause en se libérant progressivement des chaînes mentales qui nous emprisonnent. Laissons la lumière de Dieu éclairer notre âme. Ce sont nos pensées qui façonnent le monde, c’est pourquoi le vice, le pessimisme, l’individualisme, la négativité, la méchanceté, doivent être chassées de notre esprit. Ce qu’il faut comprendre c’est que si la morale et la vertu étaient enseignées, dans le passé, c’est que ces doctrines permettaient de rendre la société meilleure. L’humanité ne se rend pas compte que les séismes, les catastrophes, les guerres et les calamités sont causées par cette effroyable négativité accumulée dans les esprits. L’esprit de millions de personnes est ancré dans une noirceur qui transforme progressivement le monde en enfer. Les sombres idées diffusées à travers les médias prennent vie, le règne de Satan s’installe sournoisement avec le consentement des masses.

Après ces difficiles constats, intéressons-nous au passé de la France, loin de cette république luciférienne. Saint Louis permettait à tous ceux qui le souhaitaient de l’approcher lorsqu’il se rendait sous son chêne du bois de Vincennes. C’était un roi exemplaire qui portait, sur ses épaules, le poids de ses décisions. À ce titre, il était le premier tuteur de la nation. Un roi doit savoir fuir les tentations matérialistes en refusant les privilèges et les richesses de ce monde. Par contre, il doit s’assurer que son peuple, sans vivre dans l’opulence, possède le nécessaire pour vivre dignement. Un roi doit lutter de toute son âme pour que ceux qui sont opprimés ou affaiblis puissent renouer avec la joie de vivre. Un monarque digne de ce nom préfère inviter l’affamé à sa table plutôt que de se remplir la panse, confortablement assis à la table du contribuable. Un souverain doit être un modèle en sachant se rendre disponible pour les siens. S’il ne le faisait pas, il devrait être démis de ses fonctions pour son comportement indécent. Tandis qu’un président s’entoure de lois, de policiers, de richesses et de murailles infranchissables, un roi vient habillé de blanc sans autre forme de protection. La véritable richesse d’un monarque est sa foi inébranlable en Dieu. C’est le désir d’aimer Dieu, plus que tout, qui le rend digne de faire le bonheur de son peuple.

Un souverain doit œuvrer afin d’éloigner son peuple des sept péchés capitaux et des hérésies afin de le protéger du mal qui rôde à chaque fois que les verrous moraux d’une civilisation ont sauté. Faire régner l’ordre et la discipline doit rimer avec culture, enseignement, éducation, implication, responsabilisation, richesse du cœur pour les siens et abondance de charité pour autrui. Surtout, un roi doit veiller à donner de l’espoir à tous ceux qui souffrent : les affligés, les méprisés, les vieillards abandonnés, les malades délaissés, les handicapés en souffrance, les orphelins livrés à eux-mêmes, les parents isolés élevant leurs enfants avec patience, les veufs éplorés, les mendiants condamnés à vivre sur le trottoir, les enfants mal aimés, les hommes de bonne volonté, les courageux réduits au silence, les travailleurs exploités, les familles ébranlées par les souffrances ainsi que tout ceux qui se sentent exclus d’un système qui réduit l’homme à un simple numéro. Plus le système contemporain déploie ses griffes, plus il devient asservissant. Il est certain que la technologie signera l’arrêt définitif des libertés individuelles et la mise en esclavage de nos descendants. Nous devons œuvrer dès que possible pour stopper ce modernisme destructeur qui transforme notre planète en désert.

À ce titre, la France renouvelée ne saurait tolérer l’indiscipline, le mépris, la violence, la perversion, la dépendance aux jeux ou aux psychotropes, l’inculture, l’orgueil, l’avarice ainsi que tout ce qui avili l’homme. Une nation doit rendre son peuple brillant et cultivé afin qu’il soit en mesure d’éclairer le monde de sa sagesse. La conversion de la France à la religion Chrétienne, selon le premier concile de Nicée, sera complète si nous parvenons, un jour, à arracher la France des mains de ceux qui cherchent à la brader sur le marché international. Il n’existe aucune autre solution politique pour la simple et bonne raison que le pouvoir offert aux orgueilleux finit toujours par semer la discorde et le chaos. On constate aisément que la France de 2014 est au bord d’une grave implosion.

Aller à la Sainte Messe pour y trouver des prêtres, modèles de piété pour leurs fidèles, heureux de pouvoir se tourner face au Christ crucifié est un noble objectif à atteindre. Nos églises doivent de nouveau être pleines le dimanche et les jours fériés. À chaque église de campagne doit être affecté un prêtre honoré de participer au salut des âmes. Rendre sa grandeur morale et spirituelle à la France est un devoir historique afin de rendre hommage à nos nobles ancêtres fondateurs de la nation. Nous devons également ouvrir les portes des monastères et des églises pour que tous ceux qui, aujourd’hui, sont exclus de la société retrouvent la joie de la solidarité. En échange, comme l’ont fait les pères de l’Église, les religieux leur enseigneront la beauté du Christianisme afin que le nom de Jésus soit gravé dans leur cœur. Bâtir des cathédrales à la gloire de Jésus-Christ, de la Vierge Marie et de Saint Michel Archange, comme l’a fait Saint Louis, permettrait de multiplier les âmes pieuses tout en rendant hommage au seul Dieu Vivant. Nos églises sont en souffrance, nous ne pouvons plus les laisser se transformer en supermarché ou en quoi que ce soit d’autre. Le fait d’abandonner Jésus-Christ à lui-même prouve que l’Amour a disparu de la civilisation contemporaine. D’années en années, la haine grandit, la noirceur s’installe, le règne de Satan avance, bien caché, derrière la grande illusion médiatique.

Nous libérerons notre peuple de l’oppression financière en faisant reculer son règne de ténèbres. Nous piétinerons la tête des orgueilleux, quelque soit leur rang social, en leur demandant « qui est comme Dieu ? » et nous ferons en sorte qu’ils deviennent les premiers serviteurs de ceux qu’ils ont lâchement opprimés pendant de nombreuses années. D’une part, en agissant de la sorte nous éviterons les révoltes sanglantes et d’autre part, les élus d’aujourd’hui deviendront les serviteurs des mendiants, des orphelins, des malades, des handicapés, des vieillards, des malheureux, des chômeurs et de tous les opprimés. Nous saurons les occuper afin de leur enseigner l’humilité et la servilité. Nous veillerons à distribuer les richesses pour résorber la pauvreté matérielle et spirituelle afin qu’il n’y ait plus de mendiants abandonnés à leur sort dans la rue. Chaque individu, le plus petit soit-il, est plus important que l’orgueilleux qui se glorifie de son prestige et de ses nombreux succès.

Nous ne saurons tolérer qu’un individu se comporte comme Lucifer. N’oublions pas que Saint Michel piétinait le démon en lui lançant « qui est comme Dieu ? » afin que celui-ci prenne conscience que personne n’égale Dieu. Vouloir imiter Dieu est une grossière chimère. C’est comme si une fourmi souhaitait vaincre la montagne, cela lui est tout simplement impossible. L’homme naît, vit et meurt, telle est la loi voulue par Dieu et nul n’en dérogera jamais malgré la volonté de ces milliardaires qui souhaitent devenir immortels. L’être humain doit rester à sa place, c’est pourquoi le roi d’une nation doit montrer le bon chemin en s’agenouillant le premier devant la Sainte Croix. Cet acte d’humilité lui permet d’accepter pleinement son statut d’homme biologique et imparfait. C’est à sa suite que le peuple peut se prosterner pour prendre conscience de la joie que lui procure le fait de se savoir continuellement perfectible.

Surtout, nous devons œuvrer pour que le règne des orgueilleux, bâti sur cette civilisation mensongère, prenne fin pour que les opprimés soient libérés de l’injustice. Le roi, selon la volonté du Christ, doit s’assurer de ne rien posséder afin qu’il puisse l’offrir aux autres car celui qui se veut souverain doit être à la fois esclave des Justes, grâce à la charité, et dompteur des orgueilleux comme Saint Michel, grâce à la force. Pour conclure, les premiers d’aujourd’hui seront les derniers de demain tandis que les malheureux seront pleinement réhabilités dans leur justice. Il ne tient qu’à nous de mettre un terme à ce monde barbare et païen. Soyons convaincus que Saint Michel est à nos côtés. Que notre cri d’espoir soit « qui est comme Dieu ?! » afin que le Ciel vienne à notre secours. Dieu sauve la France !

Une magnifique vidéo sur Saint Louis à découvrir

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/10/11/discours-pour-le-salut-de-la-nation/

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Discours pour le salut de la nation

  1. Alexandre dit :

    Vous dites tout haut ce que beaucoup éprouvent au fond de leur coeur!
    Seigneur Dieu Père Tout-Puissant que ton règne arrive très vite et que ta volonté soit faite!
    Amen!

    J'aime

  2. petrosilpanda dit :

    Encore un très bon article.

    « Aller à la Sainte Messe »… pas n’importe laquelle ! http://www.sodalitium.eu/index.php?pid=4 et si l’Institut n’est pas près de chez vous http://ddata.over-blog.com/0/46/19/78/Centres-de-Messe.pdf

    J'aime

  3. Defacto dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce nouveau texte. C’est un plaisir de vous lire.

    Je n’ai pas à ce jour, ni la force, ni l’inspiration nécessaires pour partager des idées salvatrices comme les vôtres.

    J’ai réalisé des images que je souhaite partager avec vous et vos lecteurs, en espérant ne pas tomber sous le coup de la Loi. Ce commandement m’embarrasse:
    20.4 Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.
    Qu’en pensez-vous, de ce commandement. Qui n’a pas fait de photo dans sa vie…?

    La maison Éternelle:

    La souffrance et la Parole:

    Le Fils marchant sur la Bête:

    L’Enseignement sans frontière:

    Le lieu, l’Enfer:

    Amen.

    J'aime

  4. Souri7 dit :

    Oui, beaucoup plus qu’on ne croit attendent et espèrent le retour d’un roi très chrétien pour la France! Demandons-le au Ciel sans relâche…
    Merci pour vos articles qui indiquent le sens de la Voie.
    L’esprit d’une nation unie derrière son chef, comme vous le décrivez, ne se fera pas sans l’intervention active et forte de l’Esprit-Saint. Seconde pentecôte. Car le statut, comme la couleur de peau comme vous dites, n’est pas un indice pour avoir confiance. Certains ont eu des ennuis avec des personnes qu’ils avaient hébergé chez eux, en « bon samaritain ».

    J'aime

    • Bonsoir Souri7,

      Un autre article à venir parlera davantage de Saint Michel afin que nous sachions l invoquer pour qu il intervienne en faveur de la France. La Vierge a dit en 1902 qu il nous fallait le prier en période de trouble afin qu il daigne intervenir. Saint Michel est fort et c est pourquoi il n intervient qu en dernier recours lorsque la situation semble perdue. Nous devons croire en lui et l invoquer souvent à travers de nombreux groupes de prières. Bonne soirée 🙂

      J'aime

  5. fredSN dit :

    Bonjour,
    Bien.
    +++

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s