L’apostasie contemporaine est éphémère

Pierre_Subleyras_la_messe_de_saint_basile_le_grand_apostasie_contemporaine_ephemere

Les causes de l’apostasie contemporaine

L’apostasie contemporaine est tout simplement effarante. Une majorité de personnes se sont détournées de la véritable Foi ou ne la connaissent pas. Les opposants du Christ se sont acharnés, à partir des « Lumières », à rédiger de multiples théories éloignant leurs lecteurs de l’Amour. Depuis la première guerre mondiale, plus particulièrement, un phénomène politique a contribué à l’étouffement de la religion Chrétienne en la faisant passer pour ce qu’elle n’est pas. Ces doctrines sont parvenues à renverser le comportement d’une majorité de personnes en leur faisant préférer le vice à la vertu.

Avant les « Lumières », au XVe siècle, l’œuvre de Martin Luther, gnostique rosicrucien, a contribué à générer de terribles guerres de religions fratricides entre les catholiques et les protestants. Cela s’explique par le fait que ses écrits ont attiré de nombreux adeptes afin de les pousser à rejoindre le protestantisme. Par un phénomène purement mathématique, il y a eu une scission du Corps du Christ, en deux sous-ensembles devenus frères ennemis, contribuant à blesser le Sacré-cœur de Jésus-Christ. Au lieu de contribuer à l’amélioration ou à la restauration de l’Église, Martin Luther, a créé sa propre œuvre permettant d’affaiblir le pouvoir en place, en France. Par conséquent, le protestantisme est un produit issu d’une volonté politique orgueilleuse sous couvert de spiritualité chrétienne. L’ennemi du Christ, le prince de ce monde, œuvrant à travers Martin Luther fut particulièrement rusé.

Les doctrines ont caricaturé la pensée Chrétienne

La pensée vertueuse de la religion Chrétienne a été caricaturée à travers de multiples doctrines et leurs sous-produits, comme le socialisme, le communisme, l’anarchisme, le nihilisme et bien d’autres encore. Ces théories ont dénaturé l’Amour en de simples relations humaines dans lesquelles Dieu ne prend jamais aucune part. Le nom Sacré de Jésus-Christ n’y est jamais évoqué. Ces écrits sont essentiellement matérialistes dans le sens qu’ils considèrent que seule une égalité sociale est indispensable au bien-être humain. Cependant, ces théories n’amènent jamais le bonheur parce qu’elles présentent toutes des failles de logique qui contribuent au dessèchement de l’âme humaine. Par conséquent, ce sont de simples caricatures chargées de détourner les individus de la religion Chrétienne.

Ces théories stipulent d’emblée que l’homme est un être de chair qui exprime des besoins matériels. Cette pensée est biaisée parce qu’elle omet le fait que l’être humain possède un esprit. Ces doctrines considèrent, par conséquent, que l’homme est un sujet destiné à être contrôlé par une caste politique. Ces principes ont pour effet d’enfermer les êtres humains dans une pensée essentiellement matérialiste dépourvue d’Amour. Elles ont contribué à l’avancée progressive et insidieuse de la société de consommation. Ce qui devait faire le « bonheur » de l’humanité se révèle, en fait, son meilleur ennemi. L’adage « le mieux est l’ennemi du bien » prend tout son sens, sous ces nouvelles considérations.

L’insidieuse progression de la désacralisation et de la marchandisation

Par la faute d’un obscurantisme politique évident, les populations européennes du XXe siècle ont accepté, après la seconde guerre mondiale, de vivre dans une société dans laquelle l’opulence était la règle. Le dernier siècle a été marqué par l’avancée d’une apostasie progressive de plus en plus marquée à cause, notamment, d’une désacralisation de la Sainte Messe, au point d’en faire une simple réunion dans laquelle on dialogue autour de textes bibliques, et d’une progression de la marchandisation. De nos jours, un système monétaire totalitaire s’est imposé sur la planète et pratiquement plus rien ne saurait être vendu ou acheté sans son utilisation.

La douloureuse aliénation de l’humanité

Les théories hérétiques contribuent à l’aliénation progressive de l’humanité. Nous sommes arrivés à une époque où la limite doctrinale de ces théories a été atteinte. J’entends par là qu’une caste dominante détenant les finances pourrait souhaiter la réforme de la civilisation en générant un immense chaos dans le but de s’assurer un pouvoir totalitaire sur les nations. Il n’est cependant pas question d’accuser qui que ce soit, pour la simple et bonne raison que nous, Chrétiens, avons pour mission d’écraser l’esprit du monde. Par conséquent, nous ne devons pas nous focaliser sur d’éventuels coupables parce que cela conduirait à accuser les hommes et à faire le jeu de l’ennemi.

Pour aider la civilisation à sortir de ces pensées lucifériennes, dénuées d’Amour pour l’homme, nous devons être force de proposition en revenant aux précieuses sources du Christianisme. Comment pouvons-nous encore accepter des adages comme « l’homme est un loup pour l’homme » ? Pourquoi est-ce que personne ne s’insurge contre l’état déplorable du monde contemporain ? L’homme s’est fait détourner de l’Amour et croit que c’est en agissant de manière égoïste qu’il trouve son bonheur. L’influence de Keynes a été particulièrement néfaste sur les esprits. L’individualisme est une théorie erronée parce qu’elle contribue à isoler les êtres humains dans leurs propres sphères de pensées, ce que l’on appelle plus couramment « une bulle ». Des personnes divisées par une impression de toute-puissance individuelle se retrouvent affaiblis face à un système totalitaire prônant jusqu’à la marchandisation de l’homme.

L’incompatibilité de la société Chrétienne avec une civilisation aliénante

La société Chrétienne, formant le Corps du Christ à travers l’Amour de Dieu et de son prochain, est totalement incompatible avec une civilisation prônant l’individualisme, la marchandisation, le maintien au pouvoir de castes plus ou moins influentes, l’asservissement des individus, le rejet de la pauvreté, l’encouragement au vice, une liberté tronquée faite de stupéfiants (alcools, drogues), de bruits (musique extravagante) ou d’agitation (hystérie collective devant des « stars » humaines, véritables idoles païennes).

Nous devons redécouvrir les œuvres des Pères de l’Église, avec des yeux d’enfants émerveillés, parce qu’ils ont contribué à la création d’une société basée sur la véritable Liberté à travers l’Amour de Dieu. La religion chrétienne a été écartée, à travers la loi de 1905, parce qu’elle dérangeait le pouvoir humaniste. Le Christianisme incite à l’Amour de Dieu, des hommes, à la culture de la vertu, à la création d’une société unie selon la volonté de Jésus-Christ. Une entreprise de démolition s’est chargée de faire croire que le Christ était un mythe ou une invention, il n’y a là rien de plus faux. Ce travail de sape a contribué à faire perdre espoir à de nombreuses personnes et, en cela, cette œuvre est absolument cruelle et intolérable.

Le New Age, syncrétisme d’aberrations religieuses

Les philosophes des « Lumières » se sont acharnés à faire disparaître Jésus-Christ sous le tapis de la civilisation. La gnose, par exemple, s’attaque avec un acharnement hystérique aux fondements de la Foi afin de dénaturer l’œuvre du Rédempteur de manière totalement irrationnelle. Le mouvement « New Age », syncrétisme d’aberrations religieuses, s’amuse à faire croire, à travers divers courants dont le « Channeling » fait partie, à des supposées mises en relations avec des « maîtres ascensionnés ». L’irrationalisme, à son comble, est encouragé et même souhaité par une population bercée par les films d’horreur de plus en plus violents et abusifs.

Il est important de comprendre que le rationalisme des « Lumières » vit pleinement à travers l’irrationalisme de la gnose contemporaine, le « New Age ». Ce sont les deux facettes d’un produit de même nature découlant de « l’esprit du monde ». Le Christianisme a été plongé dans les ténèbres de la civilisation, c’est pourquoi l’apostasie est actuellement incommensurable. Il est important de prendre conscience que le « prince de ce monde » hait l’humanité. C’est pourquoi la civilisation risque potentiellement de basculer dans un chaos phénoménal sur une courte période.

La découverte de la véritable Foi

C’est par un phénomène d’intérêt personnel que les individus, lorsqu’ils sont en souffrance, se rapprochent de Dieu. Ils redécouvrent avec émerveillement ce que le monde les a poussé à rejeter pendant une partie de leur vie. L’être humain qui sait se détacher des idées préconçues peut embrasser une pensée amoureuse de Dieu et de l’homme, grâce aux écrits des Apôtres, des Pères de l’Église et des Saints. De nos jours, ces fabuleux travaux sont masqués par une profusion de livres ou d’informations de toutes sortes. La civilisation hystérique, bercée par l’esprit du monde, brasse des milliards de données afin de masquer la magnificence des œuvres du Christianisme. Les idées contemporaines, véhiculées par une majorité de citoyens, sont bien souvent caricaturales et inconvenantes.

Les athées ne connaissent pas Dieu parce qu’on leur a insufflé dans l’esprit des théories qui les ont rendu « sans Dieu ». Ce que je veux dire par là, c’est que si l’on est « sans Dieu », c’est qu’à l’origine il y en avait un. Si Dieu était accepté dans le passé, c’est qu’un phénomène est intervenu dans l’histoire de l’humanité pour renverser la connaissance du seul et unique Dieu Vivant. L’irrationalisme plonge les individus dans une spirale infernale qui les fait devenir illogiques, tourmentés, agités, conformément à l’esprit du monde. Cependant, l’esprit mensonger a ses limites. La logique permet de restaurer la Vérité et la bonne foi permet de l’accepter. Le conte chrétien « Jean face à l’invasion des criquets » exprime bien cela à travers l’histoire d’un berger qui fait la rencontre d’étranges et vils individus personnifiant le Progrès et la Liberté.

Une immense partie de nos contemporains sont égarés dans des doctrines que la civilisation leur a fait ingurgiter de force. La méthode fut rusée mais les fruits de ces théories sont en train d’éclore sur la place publique. L’esprit du monde, redoutable loup rusé et mesquin, est en train de se dévoiler progressivement, de jours en jours. Au bout du chemin se trouve la véritable Lumière, celle du Christ. C’est en plongeant dans les ténèbres les plus profondes que la remontée vers Dieu se fait à la manière d’un plongeur qui remonte à la surface après s’être solidement arrimé à une bouée entièrement gonflée sous l’eau. Le mal ne triomphe jamais parce qu’il est simultanément l’ennemi de Dieu et de l’homme. C’est pourquoi le Christ est le seul et unique Sauveur de l’humanité.

La Vérité du Christ tient en quelques mots

Jésus-Christ, Fils de l’Homme, a annoncé le Père et son Amour. Il suffit d’admettre dans son cœur ce simple précepte pour être sauvé. C’est en refusant, du jour au lendemain, les idées préconçues de l’esprit du monde que l’on est en mesure de reconnaître et d’accepter ses faiblesses. L’illusion de la toute-puissance, générée par la civilisation contemporaine, s’évapore lorsque l’individu retrouve un esprit lucide. L’être humain est comparable à une parcelle d’atome dans l’Univers, s’en souvenir est déjà un début de maturité. Autrement dit, la civilisation contemporaine a créé des citoyens vaniteux, excités et égoïstes ressemblant plus à des adolescents en pleine crise de rébellion qu’à des sages éprouvés par la vie.

Le danger du « jeunisme civilisationnel »

Le phénomène du « jeunisme » à tout prix n’est pas un hasard. Si la civilisation rejette les personnes âgées dans des maisons de retraite, les pauvres à la rue, les faibles sous les talons des plus forts, les malades dans des hôpitaux déshumanisés, c’est que celle-ci est fondamentalement opposée à la sagesse des Anciens. Le culte de la jeunesse correspond à un état superficiel dans lequel la profondeur d’esprit est dénigrée. Cela s’explique par le fait qu’un individu jouvenceau est souvent excité alors qu’un être âgé est plus mûr, plus posé, plus responsable. Il existe une cohérence dans l’irrationalité de la civilisation contemporaine. Les valeurs ont été renversées avec la complicité d’une population favorable à sa propre mise en esclavage.

La volonté d’aimer ne peut pas et ne doit pas être répréhensible

Se libérer de ses chaînes en retrouvant les écrits Chrétiens est non seulement un devoir mais également une preuve d’Amour pour Dieu et pour l’humanité. Si haïr est une pratique naturelle dans une civilisation, c’est que celle-ci est coupable. Si aimer est un acte délictuel dans une société, c’est que celle-ci est doublement condamnable. Il est temps de comprendre que l’humanité a été menée dans un bateau ressemblant plus à une galère esclavagiste qu’à un navire de plaisance. Se réveiller en redécouvrant le véritable Amour est une nécessité pour le Salut de l’humanité. En sachant ceci, on est apte à comprendre que la création est véritablement un acte d’Amour. Dieu, dans sa grande délicatesse, nous a créé dans la liberté. Ce n’est pas Dieu qui nous a mis en esclavage, c’est l’esprit du monde personnifié à travers Caïn, l’homme au cœur de pierre. Par conséquent, vouloir remercier le Père pour son Amour doit être un acte naturel afin de nous faire ressembler au Christ.

Un Saint Père de l’Église : Basile de Césarée

Saint Basile de Césarée naquit aux alentours de 330 dans une famille de saints. Suite à une vie publique riche, il confesse « un jour, comme me réveillant d’un sommeil profond, je me tournai vers l’admirable lumière de la vérité de l’Évangile, et je pleurai sur ma vie misérable. » Par la suite, il sut concilier le service des âmes, le dévouement à la prière et à la méditation solitaire. Il exhortait ses fidèles à progresser dans la perfection. Il fut initiateur du monachisme en Orient, c’est-à-dire qu’il incita à la création de nombreuses communautés de chrétiens consacrés à Dieu. Saint Benoît s’est inspiré de Saint Basile pour rédiger sa règle parce qu’il considérait ce dernier comme son maître.

Basile s’opposa avec zèle et courage aux hérétiques qui niaient que Jésus-Christ soit Dieu comme le Père. Basile est l’un des Pères qui formula la doctrine sur la Trinité selon laquelle l’unique Dieu d’Amour est un Dieu en trois personnes qui forment l’unité divine.

Importance de la communion

En période de famine ou de catastrophe, le saint Évêque Basile exhortait ses fidèles à « ne pas se révéler plus cruels que les animaux sauvages …/… s’appropriant le bien commun, et possédant seul ce qui appartient à tous. » Grégoire de Nazianze, un autre Père de l’Église, dit de Basile de Césarée, après sa mort : « il nous persuade que nous, étant hommes, ne devons pas mépriser les hommes, ni offenser le Christ, chef commun de tous, par notre inhumanité envers les hommes ; au contraire, face aux malheurs des autres, nous devons nous-mêmes faire le bien, et prêter à Dieu notre miséricorde car nous avons besoin de miséricorde. »

Saint Basile recommandait la communion fréquente, voire quotidienne : « communier chaque jour, en recevant le saint corps et sang du Christ, est chose bonne et utile ; car lui-même dit clairement : qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle. »

L’appel à la jeunesse de Saint Basile

Il s’intéressait également beaucoup aux jeunes et leur recommandait « comme les abeilles savent extraire le miel des fleurs, à la différence des autres animaux qui se limitent à jouir du parfum et de la couleur des fleurs, de même, de ces écrits également on peut recueillir un bénéfice pour l’esprit. Nous devons utiliser ces livres en suivant en tout l’exemple des abeilles. Celles-ci ne vont pas indistinctement sur toutes les fleurs, et ne cherchent pas non plus à tout emporter de celles sur lesquelles elles se posent, mais elles en extraient uniquement ce qui sert à la fabrication du miel et laissent le reste. Et nous, si nous sommes sages, nous prendrons de ces écrits uniquement ce qui est adapté à nous, et conforme à la vérité, et nous laisserons de côté le reste. »

L’importance de la vertu

Surtout, Saint Basile exhortait les jeunes à croître dans une vie droite : « tandis que les autres biens passent d’une main à l’autre, comme dans un jeu de dés, seule la vertu est un bien inaliénable, et demeure toute la vie et après la mort. »

Conclusion

Nous devons, dans la mesure du possible, prendre conscience des stéréotypes de la pensée contemporaine qui stipulent que le « passé était abominable ». En reconsidérant la beauté de la religion Chrétienne, on s’aperçoit que nos ancêtres vivaient dans un monde beaucoup plus heureux que le nôtre, par conséquent, cette époque était beaucoup plus lumineuse que les temps présents. De nos jours, la violence morale, physique et spirituelle est tellement omniprésente qu’elle en devient intolérable.

Prière de pénitence de Saint Basile

J’aimerai conclure avec une magnifique prière de pénitence rédigée par Saint Basile lui-même. À sa lecture, on se rend compte que les siècles postérieurs au passage de notre Seigneur Jésus-Christ étaient très différents du XXIe siècle dans lequel la rancœur, l’individualisme et la violence sont les fondements de la civilisation.

« Maître, Seigneur Dieu, Père tout-puissant, dont la pitié s’exerce mille fois et jamais ne se lasse, jetez du haut du ciel un regard favorable sur vos serviteurs qui vous invoquent en vérité. Devant vous nous inclinons nos cœurs, espérant de vous grande et riche miséricorde, pitié et bénédiction. Bénissez-nous de toute bénédiction ; sanctifiez-nous dans votre Esprit Saint. Envoyez dans la vie de nous tous l’ange de la paix, pour nous protéger, nous garder, nous veiller, nous éclairer, et nous indiquer le chemin qui mène aux bonnes œuvres. Dans votre pitié ayez pitié de nous, et dans votre compassion sauvez-nous, compatissez ; car votre pitié est éternelle. Donnez-nous, Seigneur Dieu, de passer sans péché cette sainte journée et tous les jours de notre vie, et de les achever en toute joie, santé, paix et salut, en bonnes œuvres, en sainteté, et dans votre crainte. Par la grâce et la pitié et l’amour du Christ-Jésus, avec qui vous êtes béni et loué, en union avec l’Esprit-Saint.

Seigneur tout-puissant, qui avez créé toutes choses selon votre sagesse ; dans votre providence ineffable et votre grande bonté, vous nous avez accordé ces saints jours pour que nous puissions purifier nos âmes et nos corps, nous tenir écartés des passions et espérer la Résurrection. À votre serviteur Moïse, vous avez donné après quarante jours les tables de la loi écrites de votre main divine. Faites, Seigneur, que nous combattions le bon combat et parvenions jusqu’au bout de l’exercice du carême. Puissions-nous conserver intacte notre foi, anéantir nos ennemis invisibles et être vainqueurs de nos péchés, pour venir adorer votre sainte Résurrection ! Car votre Nom sublime est béni et glorifié, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant, et toujours, et dans tous les siècles. Amen. »

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/09/17/l-apostasie-contemporaine-est-ephemere/

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour L’apostasie contemporaine est éphémère

  1. Ricquet dit :

    Merci.
    Tu dis : « Jésus-Christ, Fils de l’Homme, a annoncé le Père et son Amour. Il suffit d’admettre dans son cœur ce simple précepte pour être sauvé. »
    C’est sur cette phrase que je bute.
    Que dit Jésus en Matthieu 7.13 : « La porte étroite ».
    Ou Matthieu 25 avec « La parabole des dix jeunes filles »
    Bref, je crois plutôt à la nécessité d’un état de grâce…
    Pour le reste, oui, jolie plaidoirie.
    Merci de l’avoir proposée.

    J'aime

    • Bonjour Ricquet,

      Oui, il est nécessaire d’être dans la grâce mais cet article a pour but d’expliquer que, bien souvent, une simple prise de conscience permet de se libérer de l’esprit du monde. La grâce peut ensuite s’installer progressivement dans l’esprit de l’homme libéré.

      Bonne journée 🙂

      J'aime

  2. geocedille dit :

    Merci pour cet article qui conforte le presentiment profond que j’ai du retour des enfants prodigues vers le Pére eternel. Le Chrit ne s’est il pas exclamé « Je n’ai perdu aucun de ceux que tu m’as donné. »

    Saint Basile disait au philosophe athénien Evvoulos : « Pourtant, nous les chrétiens, nous n’avons pas besoin de tels artifices de persuasion. Nous connaissons l’unique Vérité qui se révèle elle-même à quiconque la recherche. Nous croyons que nous ressusciterons tous au dernier jour, les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte et les souffrances éternelles. Ceci est exposé clairement par les prophètes Isaïe, Jérémie, Daniel et David, par le divin apôtre Paul, et par notre Seigneur Lui-même. Il nous appelle au repentir, Lui qui a retrouvé la brebis perdue, qui a embrassé avec amour le fils prodigue, l’a revêtu d’un habit lumineux, lui a mis au doigt un anneau et a offert un festin à son intention (Luc15). Notre Dieu accorde la même rétribution à ceux qui sont venus à la onzième heure qu’à ceux qui ont supporté la fatigue et la chaleur du jour (Mt.20,12). Il offre à ceux qui se repentent et naissent de l’eau et de l’Esprit ce que l’oeil n’a point vu, ce que l’oreille n’a point entendu et qui n’est point monté au coeur de l’homme (1Cor.2,5)  »
    Soyez dans la paix du christ.

    J'aime

  3. Samuel dit :

    C’est bon, c’est proche d’une poésie divine Saint-Michel-Archange.

    Je ne sais ou vous allez chercher tout cela, mais je crois que l’esprit Saint est sur vous, ce que vous mentionnez aujourd’hui, est tout-à-fait vérifiable dans bon nombre de situations de la vie moderne. Ce que je veux dire par là, c’est que beaucoup de nos frères de religion ou pas, ne veulent pas vraiment porter la croix du Seigneur. Hier comme aujourd’hui, la pauvreté est toujours aussi mal vu par les plus forts ou malins d’entre les hommes. Je repense ou médite parfois aux divers épisodes de sa vie publique, devant le prétoire, les autorités, Hérode ou Pilate, ou lorsqu’il se trouvait face à toute la garde prétorienne de l’époque. Il y a vraiment en lui une grande noblesse d’Ame, quelque chose de bien plus royal que nous autres dans les temps modernes. Mais je ne peux non plus en parler au passé, vu qu’il est déjà bien résurrection divine dans le coeur de beaucoup. Je pressens à la fois venir une double chose, d’un coté une chose plus terrible et d’une autre quelque chose qui nous fait déjà penser aux Cieux, ou aux premières promesses bilbiques du Christ. Il m’arrive de pleurer à la seule pensée de m’y être pas suffisamment préparé, corps et Ame. Et comme le monde moderne s’y emploie bien partout de plus maline manière pour moins que nous l’ayons à l’esprit, se rendent-ils seulement bien compte que tout cela pourrait subitement finir un jour.

    C’est pourquoi vous êtes à la fois dans le vrai et la lucidité de toutes ces choses et autres qui doivent venir, car sinon qui pourrait encore y échapper en son Ame et conscience. C’est-à-dire que le grand Orage approche, et beaucoup sont encore dans le jeunisme médiatique.

    Fraternellement votre.

    J'aime

    • Bonsoir Samuel,

      Je vous remercie. Je vis pour Christ sans savoir comment c’est arrivé mais je le remercie de tout mon coeur pour cela. Je n’ai aucune explication hormis la Foi, l’Espérance et la Charité. Je suis à la recherche des vertus parce qu’elles reviendront au goût du jour très prochainement. C’est plus qu’un ressenti, c’est une promesse que le Ciel nous a fait. Comment vous dire, je perçois des pensées qui ressemblent à des voix du passé, du présent et du futur. Je m’inspire de cela pour rédiger les articles. Je ne suis qu’un vecteur finalement. Sans cette inspiration, je serai bien incapable d’écrire quoi que ce soit.

      Demain matin, je publierai un nouveau conte chrétien avec Jean, le bon berger, qui rencontre cette fois-ci l’ennemi. Je pense que cela vous intéressera.

      Je vous souhaite une belle soirée.
      En union de prières.

      Dieu vous bénisse Samuel.

      J'aime

  4. marie dit :

    Merci pour cet article qui m »a touché au cœur , cette prière de st Basile est en gros ce que je dit a dieu chaque matin, en moins joliment dit cependant !! j’ai passé plus de 40 ans sans penser a Dieu ou si peut et un jour Il s’est mis dans mon esprit et n’en ai plus jamais sorti !! Ça m’est arrivé a moi qui ne suis pas baptisé et n’ai jamais vraiment été instruite du Seigneur. Tout ça pour vous dire que vos articles m’apportent beaucoup. Merci encore .

    J'aime

    • Bonsoir Marie,

      Je vous remercie pour votre témoignage très touchant : la grâce du Seigneur vous a investi et cela me fait un grand plaisir d’en être informé car cette apostasie est trop cruelle pour nous tous.

      Dieu vous protège et vous bénisse, Marie.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s