Jean face à l’invasion des criquets

jean_face_a_l_invasion_des_criquets_allegorie_vertu_victoire

Jean s’étira, les beuglements d’un troupeau de vache revenant des champs venait de le tirer d’un sommeil aussi paisible que réparateur. Il souleva précautionneusement la couverture, sa texture laineuse était particulièrement agréable au toucher. Le matelas rembourré d’une paille de qualité assurait un parfait maintien du dos. Jean s’assit au bord du lit avant de mettre les pieds dans ses rustiques galoches à semelle de bois afin d’éviter le contact avec les pavés froids et irréguliers qui recouvraient le sol.

Il se leva d’un pas souple et confiant jusqu’au petit tabouret sur lequel ses affaires étaient posées. Il enfila une chemise de couleur blanche, avant de revêtir un pourpoint de couleur vert jonc, des chausses qu’il attacha à celui-ci et des guêtres pour couvrir le bas de ses jambes. Il s’habillait comme les bergers du moyen-âge afin de rendre hommage à ses ancêtres. Jean était ce qu’on pouvait appeler un bon berger parce qu’il cultivait avec une grande patience les sept vertus théologales. Par conséquent, il était prudent, tempéré, courageux, juste, croyant, charitable et confiant.

Jean était matériellement pauvre mais la Providence lui avait offert une âme généreuse. Pour cela, il remerciait tous les jours, avec une rare ferveur, le Seigneur pendant qu’il gardait ses moutons dans les champs. Le soir venu, après avoir rentré le troupeau dans la bergerie, il rejoignait, dans la demeure familiale, sa famille composée de sa femme Eugénie ainsi que de ses trois enfants, Antoine, Aimée et Florentine.

Ses journées, souvent bercées par le vent et un soleil généreux, lui offraient de grandes joies grâce à ses moutons qu’il connaissait parfaitement. Jean soignait tendrement ses animaux qui lui vouaient, en retour, une confiance totale. Sa seule préoccupation était de mener tout le troupeau au pâturage. Cette vie simple comblait son âme d’une belle quiétude. Il respirait à plein poumon cette sensation de liberté qui l’épanouissait, chaque jour, davantage. La sérénité caractérisait l’époque, les saisons défilaient sans hâte afin de réjouir les travailleurs.

Lorsqu’il pleuvait ou neigeait, les villageois se réunissaient afin de former une grande famille unie dans un même corps, Jésus-Christ formant la tête de celui-ci. Un lien indéfectible unissait les habitants. La joie était gravée sur leur visage lorsque ceux-ci se retrouvaient autour du feu pendant les veillées. Les enfants les plus âgés surveillaient d’un œil bienveillant les plus petits comme s’il s’agissait de leurs propres frères et sœurs pendant que les adultes partageaient de chaleureux moments. Le bonheur régnait comme un père bienveillant sur les campagnes françaises. La quiétude et le vent soufflaient à l’unisson sur le pays pour apaiser les âmes. Dans ces temps-là, Dieu berçait chaque cœur afin de lui apporter la paix. Ô, toi, France d’antan, que nous t’aimions.

Jean sortit de la chambre en prenant le temps de se réveiller. Il aimait le dimanche matin, cette journée sacrée pendant laquelle on partait assister, au village, à la Sainte Messe. Il descendit les escaliers pour rejoindre la cuisine. Un bol vide en faïence ainsi qu’une solide cuillère l’attendaient sur la table rustique de couleur foncée. Eugénie retira délicatement du poêle la petite casserole de fonte dans laquelle le lait frémissait. Elle sourit tendrement à son mari en s’approchant du bol avant d’y verser le précieux liquide.

« Bonjour, Jean, dit-elle d’une voix douce.
– Bonjour et merci beaucoup Eugénie. Tu n’es pas obligée de me servir de la sorte, répondit-il d’un ton bienveillant.
– Tu sais que cela me fait plaisir. Je m’occupe de nos enfants avec tendresse ce qui fait qu’il en reste toujours pour toi puisque cette vertu ne se tarit jamais » rétorqua-t-elle en le fixant d’un regard tendre.
Jean se contenta de lui frotter délicatement le dos afin de lui transmettre cette douceur qui le caractérisait.

Après avoir déjeuné, Jean sortit prendre l’air. Aimée et Florentine, âgées de 8 et 6 ans, berçaient délicatement des morceaux de tissus comme s’il s’agissait de nouveaux nés. Antoine, 13 ans, n’était pas là. Il avait dû partir aux pâturages avec son agneau préféré qu’il avait baptisé « douceur blanche » parce que son poil était aussi doux que du coton, ce qui était plutôt rare. Jean savait qu’Antoine serait un bon berger, tout comme lui, et cela le rendait heureux. Eugénie sortit de la maison, le soleil chauffait les pierres et le toit de chaume.

« Antoine est parti avec le petit mouton qu’il aime tant, dit-elle en regardant Jean après avoir posé la main sur le front pour se protéger du soleil.
– Je m’en doutais. Je vais aller le chercher pour que nous puissions aller à la messe, répondit-il d’un ton bienveillant.
– Tiens, je t’ai apporté ton esclavine afin que tu n’aies pas froid en chemin, lança-t-elle en s’approchant d’un pas équilibré.
– Merci, Eugénie » dit-il en la serrant affectueusement dans ses bras.

Il lui déposa un léger baiser dans le cou avant de s’en aller aux champs. Il regarda le ciel bleu, quelques rares nuages immaculés circulaient, poussés par le vent frais de ce mois de juin. Jean sourit en levant la tête au ciel avant d’inspirer à plein poumon l’air pur. Il entama son ascension vers les pâturages en frappant adroitement son bâton, terminé par une houlette, sur le sol

Jean marchait d’un pas tranquille sur le chemin de terre. La brise fraîche lui caressait le visage, une odeur fleurie flottait sur le petit sentier. Jean était heureux. Il progressa jusqu’en haut de la colline, les champs se trouvant tout de suite derrière. Antoine était assis dans l’herbe en caressant tendrement le petit agneau qui bêlait doucement. Il regardait au loin d’un air étrange, comme si quelque chose le perturbait. Jean accéléra le pas afin de voir ce qui le dérangeait.

Quelque chose d’étrange se passait. Une nuée noire comme la mort progressait rapidement sur le grand chemin, en contrebas. Jean posa délicatement la main sur l’épaule de son fils.

« Papa, qu’est-ce que c’est ? On dirait des grillons, ça me fait peur, dit Antoine d’une voix étranglée.
– Je comprends ton angoisse. Ce ne sont pas des insectes, ce sont des hommes vêtus de noir. Ils sont des dizaines de milliers, peut-être plus. Je vais voir ce qu’il se passe, répondit Jean d’une voix confiante.
– Puis-je venir avec toi, Papa ? demanda l’enfant d’une voix blanche.
– Je préfère que tu restes là. Ne t’inquiète pas, je reviens bientôt. »

Jean descendit la colline en passant par les petits chemins qu’il connaissait afin d’éviter de tomber nez à nez avec cette étrange troupe. Soudainement, deux voix rocailleuses rompirent le silence.

« Hé, vous là-bas ! » s’exclamèrent deux hommes vêtus d’une combinaison aussi noire que le charbon.

Ils marchaient d’un pas cadencé à un rythme mécanique, ce qui leur donnait un aspect plutôt inquiétant. Ils accélérèrent le pas jusqu’à Jean.

« Paix ! s’écria, d’un ton sec, le premier individu en jetant le bras droit vers l’arrière après s’être figé sur place.
– Paix ! » rétorqua le second en l’imitant.

Jean leva les yeux au ciel en soupirant. Ces hommes vêtus de noir étaient particulièrement étranges. Leur attitude semblait contredire le pacifisme dont ils s’enorgueillissaient.

« Bonjour, je m’appelle Jean. Que faites-vous ici ? dit-il en leur jetant un regard profond.
– Je me nomme Progrès, répliqua d’un ton sec le premier individu au faciès dur et renfrogné.
– Qui êtes-vous ? demanda Jean en les scrutant dans les yeux
– Nous sommes les frères bâtisseurs, garants de l’avancée de la lumière dans le monde. Nous sommes légions » répondit l’homme brun aux petits yeux cruels.

Jean scruta attentivement le visage de son interlocuteur. Sa peau était aussi sèche que grisâtre. Les poils de sa barbe étaient entièrement rasés. L’homme portait un couvre-chef sur lequel était brodés des signes ésotériques de couleurs jaunes. L’homme vêtu de noir qui se tenait devant lui n’avait rien de constructif. Une énergie négative émanait de ce sombre individu. Jean avait un mauvais pressentiment.

Il ferma les yeux pour prier notre Seigneur Jésus-Christ. Aussitôt, une énergie descendit et parcourut lentement le sommet de son crâne. Il sentit une vague d’Amour l’envahir. Le Saint Esprit était avec lui. Jean, apaisé, rouvrit les yeux.

« Quel est le nom de votre Dieu ? » dit-il d’une voix calme.

Les pupilles de l’homme se rétractèrent, il cligna brièvement des yeux avant qu’un rictus ne se dessine sur sa bouche.

« Notre Maître est aussi le vôtre. Il s’agit de l’Éternel Grand Ingénieur, répondit l’homme en resserrant les lèvres comme s’il souhaitait les pincer. Regardez la perfection du monde. Nous, fils de l’E.G.I, allons continuer son œuvre puisqu’il s’agit de sa volonté. »

L’homme plaça le bras gauche à la verticale devant le torse avant de le recouvrir du bras droit. Il se mit à les basculer comme s’il s’agissait d’un bateau flottant sur une mer agitée. Après avoir exécuté trois fois le mouvement, il bascula le bras droit en arrière en lançant d’un ton sec « Paix ! », avant de se raidir. Son acolyte l’imita en tous points.

Jean sentait qu’une sombre menace pesait sur son village. Ces hommes qui se disaient fils de l’Éternel ressemblaient plus à des êtres agités et maniaques qu’à des individus inspirés par le seul et unique Dieu d’Amour. Leurs rituels ressemblaient à des tics obsessionnels. Le vent se leva soudainement, une brise fraîche vint confirmer son ressenti. Jean ferma les yeux et inspira profondément afin de se donner du courage.

« Pourquoi venez-vous ici ? demanda-t-il à l’homme au regard glacé.
– Comme je vous l’ai dit, je suis le Progrès et voici la Liberté » en désignant du menton son acolyte.

Jean observa ce dernier. L’homme avait un visage allongé, sa bouche tombait vers le bas, ce qui lui donnait une expression plutôt détestable. Ses yeux longs et étriqués diffusaient un regard profondément antipathique. Quelque chose contrastait entre leur apparence soignée et leur attitude rigide, presque mécanique. La combinaison noire, les cheveux taillés à la perfection et la barbe soignée leur donnait une apparence sans reproche, cependant, quelque chose leur manquait. Une pierre s’était logée à la place de leur cœur. Jean en avait maintenant la certitude. Ces hommes ne connaissaient pas l’Amour. Par conséquent, leur Père n’était pas le Dieu Vivant. Ils ne connaissaient certainement pas le Rédempteur.

« Connaissez-vous Jésus-Christ ? demanda-t-il en souriant en même temps qu’il regardait le ciel.
– Bien évidemment. C’est un prophète, un modèle à suivre. Il est mort sur la croix pour sauver l’humanité » répondit le Progrès d’un air mécanique.

Jean hocha la tête. En observant les yeux de l’homme, il aperçut une noirceur et une irritation certaine.

« Que voulez-vous ? demanda Jean.
– Nous avançons afin de moderniser le monde. Nous apportons notre lumière à l’humanité. Nous chassons l’obscurantisme, l’irrationnel, l’arbitraire et la superstition. Nous sommes l’avenir.
– Que faites-vous concrètement ? demanda Jean en observant attentivement son interlocuteur.
– Nous construisons une nouvelle société en apportant la Discipline, le Divertissement, l’Intellect, la Justice, les Mathématiques, la Modernité et la Philosophie. Paix ! conclut l’homme en rejetant machinalement le bras droit en arrière pendant que son acolyte l’imitait.
– Nous avons tout ce qu’il nous faut, ici. Nous menons une vie heureuse. Nous sommes unis. Vous pouvez retourner de là où vous venez. Le monde est suffisamment grand pour nous tous, répondit Jean en serrant affectueusement son bâton.
– Vous n’avez pas compris. Nous ne vous demandons pas votre avis. Nous sommes venus pour vous libérer de votre tyrannie. Nous éclairons l’humanité de nos lumières. Le nouveau monde débute à partir d’aujourd’hui et nous tirons un trait sur votre passé, répondit sèchement le Progrès. Nous effacerons, coûte que coûte, vos traces afin que l’humanité se conforme à nos règles modernes.
– Nous vous apportons les Divertissements, répondit son acolyte d’un air renfrogné. Grâce à nous, vos enfants et vos amis sauront ce qu’est la véritable Liberté. Paix ! » lança-t-il en rejetant le bras droit en arrière pendant que le Progrès l’imitait.

Un troisième individu arriva. Il était agité, nerveux et reniflait bruyamment. « Je suis le Divertissement » lança-t-il d’une voix éraillée. Il sortit de ses poches une petite fiole qu’il ouvrit pour avaler bruyamment une gorgée. Il s’essuya la bouche d’un revers de manche avant de trépigner et de s’écrier « Paix ! » après avoir rejeté le bras droit en arrière. Ses acolytes l’imitèrent. Une odeur amère d’alcool écœura Jean. Il fronça instinctivement les sourcils devant ce comportement répugnant.

Un quatrième individu, véritable homme orchestre, s’approchait. Il frappait une grosse caisse en jouant du violon et en soufflant dans un harmonica suspendu à une tige métallique. Des cymbales attachées à son pantalon rythmaient l’ensemble. Le Divertissement se trémoussait de manière hystérique pendant que la Musique avançait.

Jean qui était habitué au calme des champs, aux bêlements des moutons, à la douce symphonie du vent et aux voix posées des personnes de son entourage, se boucha les oreilles devant tant de bruit et de trépignement. Cette agitation inutile l’épuisait littéralement.

Des hommes habillés de noir défilaient. Dans cette armée infernale, certains construisaient pendant que d’autres chantaient, lisaient, se battaient ou menaient une autre activité toujours stressante. Ces hommes avaient tous une attitude dérangeante. Ils semblaient hystériques, dérangés, psychotiques, à la limite de la folie furieuse.

Le Progrès, la Liberté et le Divertissement reprirent leur chemin d’un pas cadencé. Leur armée dégénérée envahissait la douceur du monde. Une image s’imposa à Jean. L’activité infernale de cette armada ressemblait à l’œuvre de Satan. Le monde de Jean, bercé par l’Amour de Dieu, allait être renversé par ces hommes habités d’une force démoniaque. Il comprit pourquoi le Progrès avait dit qu’« ils étaient légions ». Leur intelligence était étroitement mêlée à une folie satanique. Ils ne se rendaient pas compte de leur état parce qu’ils étaient habités par les « forces du monde ».

Jean tomba à genou en pleurant. Il leva les yeux au ciel et se mit à prier de tout son cœur. Une couronne d’énergie tournoyait au sommet de son crâne, le Saint Esprit l’apaisait. Des larmes de tristesse coulèrent le long de ses joues. Il suffoqua jusqu’au point de mourir étouffé, c’est pourquoi Jean finit par se réveiller subitement.

Jean s’assit dans le lit conjugal. Il soufflait bruyamment en portant la main à la poitrine afin de reprendre son souffle. La lumière du petit jour rentrait dans la chambre. Jean se leva plus rapidement que d’habitude et descendit rejoindre sa femme après s’être habillé en quelques instants seulement. Eugénie était dans la cuisine et sentit d’emblée que quelque chose n’allait pas.

« Bonjour, Jean. Tu n’as pas l’air de te sentir bien. Que se passe-t-il ?
– Ma douce Eugénie, est-ce qu’Antoine est parti au champ ce matin avec « douceur blanche » ? demanda-t-il d’une voix un peu moins paisible que d’habitude.
– Oui, comment le sais-tu ? demanda-t-elle.
– J’ai fait un rêve qui n’est pas ordinaire. Je monte dans les pâturages et je rentre avec lui. Nous n’irons probablement pas au village aujourd’hui, répondit-il en sortant aussitôt de la maison. Je t’aime de tout mon cœur, Eugénie, sache le. À tout à l’heure. »

Jean courut jusqu’aux champs. Antoine était assis avec « douceur blanche ». Il caressait l’agneau en scrutant le paysage d’une manière inhabituelle. Jean posa la main sur l’épaule de son fils.

« Papa, qu’est-ce que c’est ? On dirait des grillons, ça me fait peur, dit Antoine d’une voix étranglée. »

Jean regarda au loin. Une nuée d’énormes insectes noirs s’approchait à une vitesse élevée. Il tomba à genou en remerciant le Seigneur.

« Antoine, ce ne sont que des grillons, dit-il en explosant de joie. Ce n’est pas grave. Ils dévoreront nos récoltes mais nous pourront toujours replanter nos cultures. Nous connaîtrons peut-être la famine mais ces insectes ne sont rien par rapport à la Discipline, au Divertissement, à l’Intellect, à la Liberté, à la Justice, aux Mathématiques, à la Modernité, à la Philosophie et au Progrès.
– Papa, je ne comprends pas ce que tu me dis, répondit Antoine en le regardant de ses jolis yeux bleus.
– Fils, j’ai fait un cauchemar. J’ai rêvé qu’une armée humaine déferlait sur le monde pour imposer leur idéologie agitée, trépignante, stressée, à la limite de la folie. C’est pourquoi je suis heureux que cette nuée soit celle de grillons. Les insectes passeront en dévorant tout sur leur passage mais ils finiront par s’en aller, tandis qu’une armée humaine ne part pas, elle s’implante définitivement pour finir par tout massacrer sur son passage. Tu vois, fils, remercie le Seigneur de cette grâce. Prions ensemble avant de rentrer à la maison.
– Oui, Papa, je comprends » répondit-il en souriant tendrement en même temps qu’il caressait « douceur blanche ».

Le petit agneau bêlait pendant que les deux hommes priaient. Le vent se leva. Une tempête se préparait au loin. Par un étrange phénomène difficilement explicable pour un homme rationaliste, la nuée de grillons se dispersa en quelques instants. Le soleil se mit à briller plus fort que jamais.

Jean, Antoine et leur petit agneau rentrèrent tranquillement. La famille partit au village comme tous les dimanches. Ils assistèrent à la Sainte Messe avec une véritable joie dans le cœur. Ils partagèrent ensuite le traditionnel repas dominical dans la sérénité et la paix de l’âme. Les villageois prolongeaient l’Eucharistie en partageant le pain dans une ambiance inspirée. Le soleil brillait, le vent soufflait doucement. Le Saint Esprit était à l’œuvre.

Que la France retrouve la joie et la paix d’antan. En espérant que ce conte puisse ouvrir les yeux des Justes. Amen.

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/09/14/jean-face-a-l-invasion-des-criquets/

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Jean face à l’invasion des criquets

  1. Boyer dit :

    Bonjour

    Je n’ai pas eu la peine d’entrer mes coordonnées. Elles étaient déjà affichées.
    Alors que je ne me rappelle pas vous avoir déjà écrit. J’ai une très mauvaise mémoire.
    Je pensais vous faire parvenir mon texte sur « Le chiffre de la bête dans le code-barres EAN 13. Le secret enfin dévoilé ».
    J’ai trouvé votre nom sur le blog de Dalencourt, à qui j’ai transmis ce texte.
    Si toutefois, vous ne l’avez pas reçu (ce qui me semble être le cas), faites-moi signe, si vous êtes intéressé.
    Vous pouvez déjà accéder au texte à partir du lien ci-dessous. Vous pouvez aussi aller sur « Le chiffre de la bête dans le code-barres EAN 13 » dans Google. Je suis référencé à la page 2 et à la page 3.
    Nul en informatique, je n’ai pas pu éviter la publication de mon nom. Et depuis, je n’arrive pas à trouver qqu’un pour m’aider à publier anonymement.
    Le texte n’est pas illustré, à la différence de celui que j’ai en document.
    Je n’ai pas encore eu le temps de lire votre blog, mais je pense m’y mettre sans tarder.
    Union de prières.
    Excellente journée.

    J'aime

  2. fred dit :

    Candide et beau!
    Merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s