L’âme s’embrase au contact de l’Amour Divin

saint_pierre_embrasement_ame_amour_divin

Lorsque mon âme s’embrase pour Dieu, je sens la chaleur de son Amour intense me réconforter. Dans ces moments d’ardentes prières, je rayonne à la manière d’un soleil afin de réchauffer le cœur de ceux qui souffrent de la cruauté du monde. Je me sens transporté au milieu des premiers Chrétiens, ces Pères de l’Église, imprégnés de la sagesse du Christ.

En tendant la main, je pourrai presque sentir leur toge se froisser sous mes doigts. Je lève alors le visage, dans leur direction, en les implorant de me sauver du néant : « Nobles Pères de l’Église Chrétienne, priez pour nous, intercédez auprès de notre Seigneur afin que, dans sa Gloire Éternelle, le Fils entende nos cris de douleur et de désespoir. »

Ces prières m’arrachent des larmes. Je pleure de ne pouvoir revenir dans un passé majestueux dans lequel les hommes s’interrogeaient sur la meilleure manière de transcender l’humanité grâce aux enseignements de notre Seigneur Jésus-Christ. Aujourd’hui, un cruel manque d’amour imprègne notre vie quotidienne. Celle-ci est dénuée de ce tendre pain partagé entre tous pour l’Amour de notre Rédempteur.

Si j’étais prêtre, je resterai des heures entières à contempler la Sainte Croix en espérant vivre perpétuellement au contact de son feu ardent. Je verserai certainement des larmes en participant, en esprit, au sacrifice expiatoire de notre Seigneur Jésus-Christ. Je me verrai agenouillé, sur une terre boueuse, au pied de notre Sauveur en cette terrible journée, humide et bruyante, sur la colline du Golgotha. Comment décrire la souffrance du Maître alors qu’il pardonnait l’humanité pendant sa terrible agonie ? Devant cette scène si douloureuse, comment ne pas se sentir insignifiant, perdu dans un gouffre de futilité ? Pourquoi tant de souffrance gratuite dans le monde alors que notre Sauveur nous a enseigné la voie de l’Amour du Père avant d’expier pour les fautes que l’humanité a commises ?

L’œuvre du Rédempteur, des Pères de l’Église et des Saints produiront leurs fruits d’une beauté éclatante lorsqu’une vague de douleur déferlera sur le monde. C’est à travers la conversion de millions d’âmes qu’une extraordinaire Foi renaîtra de ses cendres. C’est dans une grande ferveur que les hommes fléchiront de nouveau le genou devant Jésus-Christ. Nous entendrons de nouveau les chants sacrés des Pères s’élever en direction des Cieux. Apaisé par la force de notre Amour, Dieu nous offrira de grandes Grâces et sa Lumière éblouira le monde.

En attendant ces temps libératoires, demandons au Saint-Esprit de descendre sur nous pour nous apaiser de ces tourments et de ces inexorables tensions. Notre Dieu Trinitaire œuvre pour nous permettre de suivre la voie du Fils. Ô Toi, Précieux Verbe Incarné, abaisse-nous afin que nous puissions emprunter ton Sentier. Ta Voie reste mystérieuse pour ceux qui restent égarés dans les doctrines du monde. Malgré les œuvres de ceux qui s’acharnent à effacer toute trace de ton passage sur Terre, nous conservons intacte notre Foi en Toi, ô mon Dieu. Nous prions pour la conversion de ceux qui se sont endurcis au point de porter une pierre à la place du cœur. Nous pouvons tous chuter dans l’abîme si nous n’y prenons garde, le chemin de la perdition étant tellement large.

Tu offres tes Grâces à ceux qui te cherchent avec sincérité. C’est dans la Foi et la prière que nous pouvons demander à recevoir tes dons parce qu’il a été dit :

« Demandez, et l’on vous donnera, cherchez et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe. Lequel d’entre vous donnerait une pierre à son fils qui lui demande du pain ? Ou un serpent, quand il lui demande un poisson ? Si donc, vous qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est aux cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent ! » Matthieu 7.7-12

« Vous me chercherez, et vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre cœur. » Jérémie 29.13

« C’est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir » Marc 11.24

« Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. » Jean 15.7

« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi ; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne » Jean 15.16

Quelle tristesse de voir ces âmes tournoyer dans l’effervescence du monde jusqu’à défaillir par la faute de ces péchés qui s’enracinent en elles. Elles deviennent grises et cassantes, meurent peu à peu et plongent progressivement dans l’obscurité en croyant obtenir la liberté selon la loi des hommes. L’apostasie avale à la manière d’un serpent ceux qui avancent sur les routes de la perdition pour embrasser la fureur de la civilisation. S’éloigner du bruit, des tourments, de la vanité et des tentations pour se consacrer à la prière, voilà ce dont nous devons avoir soif. Seigneur, donne-nous à boire dans le silence de notre cœur amoureux.

Nous avons confiance en toi, ô Jésus-Christ. L’espérance nous fais ressembler à ces oisillons qui regardent le ciel à travers la transparence de leur coquille. Nous avons confiance en ton Amour, ô mon Dieu. Que Ton Règne supplante celui de la loi des hommes. Aide-nous à agir selon Ta Volonté afin que celle-ci soit faite sur la Terre comme au Ciel. À chaque jour suffit sa peine, c’est de cette manière que l’on gagne son pain quotidien. Donne-nous la force de pardonner ceux qui nous offensent parce qu’ils ne te connaissent pas, Toi et Ton Amour. Aide-nous à supporter les tentations qui s’abattent sur nous à la manière de ces aigles aux griffes acérées. Surtout délivre-nous de ce serpent qui tente de nous faire chuter dans son abîme. Le malin use de stratagèmes pour nous détourner de tes voies. Mon Dieu, renforce-nous et donne-nous la force d’avancer sur le Sentier qui mène à ton Fils.

Saint Pierre, prie pour nous, malgré nos reniements et nos faiblesses. Nous nous exclamons, à ta manière, « Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime ». Souvenons-nous que notre Seigneur Jésus-Christ t’a dit « tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église ». Donne-nous, nous t’en supplions, ta fidélité inébranlable afin que nous produisions de nombreux fruits.

Saint Paul, toi qui, avant de devenir l’apôtre des nations annonciateur du Christ crucifié aux Juifs et aux Grecs, t’es entendu dire « Saul, pourquoi me persécutes-tu ? », intercède afin que les athées puissent s’écrier, un jour, « ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi ».

Plus nous progressons vers la Lumière, plus nous avons l’impression d’être égaré dans un néant ou un gouffre de douleurs. Malgré ces terribles épreuves spirituelles, nous devons persister dans l’élévation de l’âme. Par conséquent, je vous propose maintenant de terminer cet article avec plusieurs prières et textes de Padre Pio.

Pour le règne du Christ

« Ô Christ ton règne est proche ; fais-nous participer à ton triomphe sur la Terre pour ensuite avoir part à ton Royaume Céleste. Accorde-nous de pouvoir communiquer ton amour et d’annoncer ta royauté divine par l’exemple de notre vie et par nos œuvres. Prends possession de nos cœurs ici-bas, afin qu’ils soient tiens pour l’éternité. Ne permets pas que nous nous éloignons de ta volonté : que ni la vie ni la mort ne parviennent à nous séparer de toi. Que notre cœur ait sa source en toi, notre Sauveur, pour que, rassasiés de ton amour, nous devenions les apôtres infatigables de ton règne. Que nous mourions chaque jour à nous-mêmes pour ne vivre que de toi seul. »

Prière à la Vierge Immaculée

« Ô Mère, mets en moi cet amour qui brûlait en ton cœur pour ton Fils.
Moi qui suis faible, j’admire le mystère de ton Immaculée Conception.
Je le désire ardemment : purifie mon
cœur pour qu’il puisse mieux aimer Dieu ; purifie mon esprit pour qu’il puisse s’élever à lui et le contempler, l’adorer et le servir en esprit et en vérité ; purifie mon corps pour qu’il devienne un tabernacle moins indigne de la recevoir, lorsqu’il vient à moi dans l’Eucharistie. »

Prière aux âmes bienheureuses

« Ô âmes saintes qui êtes délivrées de tout tourment et jouissez déjà, au Ciel, d’un torrent de douceurs souveraines, oh, comme j’envie votre bonheur ! Ah ! Je vous en supplie, vous qui êtes si proches de la fontaine de vie, puisque vous me voyez mourir de soif en ce bas monde, faites-moi la faveur d’un peu de cette eau fraîche.
Ô âmes bienheureuses, je le confesse, j’ai vraiment trop dilapidé ce qui faisait mon lot, j’ai vraiment trop mal gardé une pierre très précieuse ; mais vive Dieu, car je sens que cette faute n’est pas irrémédiable.
Eh bien, âmes bienheureuses, ayez la gentillesse de m’aider un peu ; moi aussi, puisque mon âme ne peut trouver ce dont elle a besoin dans le repos et dans la nuit, je me lèverai comme l’épouse du Cantique des cantiques et je chercherai celui que mon âme aime : “
Sur ma couche, la nuit, j’ai cherché celui que mon cœur aime”. Je le chercherai sans relâche, je le chercherai en toutes choses sans m’arrêter à aucune d’elles avant de l’avoir retrouvé sur le seuil de son royaume. »

Que jamais je ne sois séparé de vous

« Tous les tourments de cette terre réunis en gerbe, je les accepte, mon Dieu, je désire qu’ils soient mon lot, mais jamais je ne pourrai me résigner à être séparé de vous par manque d’amour. Ah ! Par pitié, ne permettez pas que ma pauvre âme soit abusée ; ne consentez jamais à ce que mon espérance soit déçue. Faites que je ne me sépare jamais de vous et, si c’est le cas actuellement à mon insu, retirez-m’en immédiatement. Renforcez mon intelligence, mon Dieu, pour que je me connaisse bien moi-même ainsi que le grand amour que vous me manifestez, et pour que je puisse jouir éternellement de la beauté souveraine de votre face.
Mon cher Jésus, que, jamais je ne perde le précieux trésor que vous êtes pour moi ! Mon Seigneur et mon Dieu, la douceur inexprimable qui tombe de vos yeux est trop vive pour mon âme, cette douceur avec laquelle vous, mon bien, avez daigné poser les yeux sur votre humble créature. »

Lettre à Anita Rodote, 27 août 1915

« Quand vous vous sentez attaquée par les tentations, le moyen de contraindre Dieu à venir à votre aide se trouve dans l’humilité de l’esprit, la contrition du cœur et la prière confiante. Face à une telle attitude, il est impossible que Dieu ne vous fasse pas bonne figure, qu’il ne cède pas, ne se rende pas et ne vienne pas à votre secours.
La puissance de Dieu, en vérité, triomphe de tout ; cependant l’humble prière douloureuse triomphe de Dieu lui-même, elle arrête son bras, éteint sa colère, le désarme, le vainc et rend Dieu, pour ainsi dire, dépendant et amical.
Portons notre regard sur notre divin Maître Jésus en prière, et découvrons la véritable échelle qui unit la terre au ciel. Nous y verrons que l’humilité, la contrition et la prière franchissent cette distance qu’il y a entre Dieu et l’homme. L’humilité, la contrition et la prière font en sorte que Dieu descend en l’homme et que l’homme s’élève en Dieu, dans une connaissance réciproque, un amour réciproque, une possession réciproque.
Ce grand secret que Jésus nous a enseigné par ses paroles et ses actes, je vous invite, par le très doux Jésus, à le pratiquer sans cesse. Par lui, vous parviendrez à ce que Dieu vous soit propice, vous changerez sa justice en attention amoureuse, et vous obtiendrez de lui tout ce que vous demanderez : le pardon des péchés, la grâce de vaincre tous vos ennemis, la sainteté et le salut éternel. »

Lettre à Rafaellina Cerase, 20 avril 1915

« Prenez la belle habitude de toujours penser à votre ange gardien. À côté de nous, il y a un esprit céleste qui, du berceau à la tombe, ne nous quitte pas un instant, qui nous guide, qui nous protège comme un ami, comme un frère, qui doit aussi nous consoler toujours, spécialement dans les heures qui sont, pour nous, les plus tristes.
Invoquez souvent cet ange gardien, cet ange bénéfique, répétez souvent la belle prière : « Ange de Dieu qui êtes mon gardien, vous à qui la bonté divine m’a confié, éclairez-moi, protégez-moi, guidez-moi, maintenant et toujours. »
Quelle consolation sera la vôtre, ô Raffaelina, quand votre âme, au moment de la mort, verra cet ange si bon qui vous aura accompagnée tout au long de votre vie, et aura été plus prodigue qu’un cœur maternel ! »

Lettre à Raffaelina Cerase, 13 mai 1915

« Parmi toutes les vertus, et plus que toutes, la charité est celle qui, en soi, constitue la perfection chrétienne. Ainsi donc, ma sœur, accordons une attention sans mesure à cette vertu, si nous voulons trouver miséricorde auprès du Père céleste. Aimons la charité et mettons-la en pratique : elle est la vertu qui fait de nous des fils d’un même Père qui est aux cieux. Aimons la charité, car elle est le commandement de notre divin Maître : c’est par elle que nous nous distinguons des gentils. Aimons la charité et fuyons jusqu’à l’ombre où nous pourrions en quelque manière l’offenser. Oui, enfin, aimons la charité et ayons toujours présent à l’esprit le grand enseignement de l’Apôtre :  » Nous sommes tous membres de Jésus-Christ  » (Eph 5,30) et Jésus seul est  » la tête de nous tous, ses membres  » (Eph 4, 15). Montrons-nous notre amour réciproque et souvenons-nous que tous nous sommes appelés à former un seul corps et que si nous conservons la charité, la belle paix de Jésus triomphera et exultera toujours en nos cœurs. »

Source des textes et prières de Padre Pio : http://saint.padre.pio.free.fr

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/09/07/l-ame-s-embrase-au-contact-de-l-amour-divin/

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour L’âme s’embrase au contact de l’Amour Divin

  1. samuel dit :

    Votre blog mériterait davantage d’être reconnu, que d’autres pas encore suffisamment rabaissés dans la vie, et dire que nous sommes plus loin d’autre chose dans leur position.

    Il y a à la fois un passage très parlant dans ce que vous dites, vous savez ce coté que nous pouvons voir partout, mais c’est normal il en a toujours été question dans l’histoire.

    Comment à la fois défendre sa patrie sans trop tomber dans une plus grande sécheresse de coeur et d’esprit, tout ce que les gens préfèrent se détourner dans la vie.

    Que disait d’ailleurs JC sur l’état du monde déjà en ce temps là ? Mais un jour Jésus fut dans l’admiration devant le propos d’un centurion Romain. Entendant cela, Jésus se tourna vers la foule qui le suivait : « Je vous le dis, même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi ! »

    Et puis c’est aussi le manque de charité dans le plus noble sens du terme qui conduira le monde moderne à une plus grande crise ou ruine morale, et tant qu’ils n’auront toujours compris à cela, ils accableront davantage les petites gens de tous les travers ou jugements.

    Nous devrions alors plus se mettre à l’écoute de tous ceux qui en ont encore une belle situation flatteuse ou matérielle dans leur monde, c’est pourquoi il y aura très peu d’élus.

    J'aime

  2. p'titplum dit :

    Tous vos articles me sont un réconfort irremplaçable en ces temps si difficiles, un véritable baume pour mon âme blessée. Aussi soyez-en vivement remercié. Je tiens à dire ici que votre article du 1 septembre aura été le seul ,parmi tant d’autres que j’ai pu lire sur le net, qui ait eu raison de mes angoisses et de mes interrogations croissantes. Je l’ai reçu comme la réponse à mes prières, étant bien sûr éprouvée personnellement comme tout un chacun en ce moment. C’est de la lumière pure, nourrissante et pacificatrice que vous nous apportez là ,sans aucun doute selon moi, par le secours du saint Esprit . Je ne puis donc que vous encourager à poursuivre un tel travail qui produit de si beaux fruits.

    J'aime

    • Bonjour P’titplum,

      Je vous remercie de tout coeur pour votre commentaire. Premièrement, je suis heureux de vous réconforter dans ces temps difficiles et deuxièmement, je vous remercie pour vos encouragements.

      Chaque article me tire un peu plus d’énergie et me demande beaucoup de sommeil. Pour l’instant, je suis dans l’obligation de me reposer mais sachez que je reprendrai prochainement ce travail d’écriture. Je me ressource par la prière et par la lecture de livres d’un autre temps afin d’en tirer de belles choses.

      En union de prières,

      J'aime

      • Samuel dit :

        Bonjour, à vous.

        Je ne sais si vous l’avez déjà ressenti de votre coté, si vous vivez en ville, mais les modernes préfèrent souvent se laisser aller aux choses les plus folles ou bruyantes ces derniers temps. Pour le moment je suis un peu comme vous, je me sens moins à même de faire un meilleur travail d’écriture ou d’avertissement à l’égard de mon prochain. Vous me direz il y a bien l’eschatologie, mais là c’est pareil, j’ai pas toujours l’impression d’entendre la parole de Dieu, trop de bruit et de parole humaine partout je trouve. Alors je suis un peu comme vous, je préfère me retirer du monde symboliquement, quitter Babylone, me ressourcer, par la prière à voie haute ou basse.

        Il est vrai que nous sommes parfois appelés à devoir dire ou pas dire certaines choses lors de ces moments, à quoi servira-t-il à un homme d’avoir une meilleure prétention sur les premières choses en cours de l’écriture , ne serait-il pas plus préférable de se mettre à l’écoute des choses plus spirituelles de l’évangile.

        Bien à vous,

        J'aime

      • Samuel,

        Je suis tout à fait d’accord avec vous. L’agitation est à son comble, l’homme ne sait plus se taire. Il est agité, nerveux, impulsif.
        Je poste aujourd’hui un nouvel article qui explique tout cela, comme quoi les voies du Seigneur sont impénétrables.

        Dieu vous bénisse, Samuel

        J'aime

  3. Lars dit :

    Ô cher Ami, votre Âme s’exprime tout bellement, et, je me plais à le penser, du manière si proche de la mienne.
    Vous êtes pur et candide, comme je souhaite l’être. Nous souffrons des mêmes souffrances, nous nous épanouissons des mêmes grâces, et c’est le même Sauveur qui nous porte. Ô Âme chrétienne, si semblable à la mienne ; rappelle-moi que je ne suis pas seul, rappelle-toi que tu ne l’es pas non plus !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s