La vie éternelle s’acquiert en s’éteignant dans un monde christianisé

vierge_marie_et_ses_parents_masset_vie_eternelle_monde_christianise

Seigneur, je suis là, devant toi, agenouillé et éreinté par la vie. Je souhaite fermer les yeux et te rejoindre dans l’Éternité afin que tes bras de Père me bercent doucement à la manière d’un enfant.

Dans ces moments de souffrance dans lesquels le poids du monde me tombe sur les épaules, j’aimerai me dire qu’il est temps de partir afin de ne plus souffrir.

Je me souviens de ces jardins d’antan dans lesquels ces bambins jouaient en souriant. Aujourd’hui, ces parcs salis par la république se meurent de leur solitude. De cette France, il ne reste que des lambeaux. La flamme de la nation s’est éteinte avec nos arrières grands-parents, trop tôt, tombés pour la patrie.

Où se trouve cette France rayonnante, organisée, fille aînée de l’Église ? Il me semble entendre les rires de ces hommes qui discutaient, dans les premières années du XXe siècle, autour d’un bon café sans se soucier des futilités, Dieu et leur pays étant leurs véritables préoccupations.

Quant à nous, nous sommes là, plus morts que vivants alors que nous sommes bardés de technologie, de ces objets inertes, froids et stériles. La marchandise a endurci les cœurs. Je pleure devant les tourments de ces gens que j’ai brièvement croisés, sans les connaître, pendant l’un de ces jours ternes ou ensoleillés mais toujours sans chaleur.

Nous sommes mystérieusement étrangers les uns aux autres. Nous nous frôlons sans nous regarder un seul instant, sans se soucier de nos maux mutuels. Quelle étrange époque que ce siècle dans lequel nous sommes plus isolés dans la foule des métropoles que dans les forêts de Lozère ou de Creuse.

L’amour est mort à côté du cimetière. Ce soir, mon cœur a trop pleuré dans le noir, mais, je me souviens que l’Espérance est mon roc, la Foi ma lumière et Dieu ma forteresse. Je survis dans les douleurs de ces temps déchaînés en portant l’une de ces lourdes Croix. Je me relève lentement et vous aime, Seigneur Jésus-Christ. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Je vous appelle à la rescousse, Saint Michel Archange, chef de la Milice Céleste. Père Tout-Puissant, ne m’abandonnez pas car sans vous, ô mon Dieu, je suis précipité dans le néant.

Je me souviens du « Notre Père » que j’ai appris en écoutant la douce voix de maman. Je me rappelle subitement d’un temps que je n’ai pas connu où les enfants louaient Dieu, au pied de leur lit, dans ces maisons de campagne éclairées du feu de l’amour que les anciens entretenaient avec cette noblesse et cette douceur un peu rustre. Ces hommes en complet-vestons, portant la moustache et le binocle, aimaient autant la France que leurs enfants.

Je me morfonds dans cette époque qui est la nôtre mais je crois fermement que, de ces épreuves, naîtra un monde meilleur. Un jour, nous mangerons ensemble, sur ces grandes tables, dans une ambiance paradisiaque où l’Amour est présent dans chacun de nos gestes. Le pain quotidien sera distribué à tout un chacun grâce à la Charité Chrétienne, cet élan du cœur spontané soutenu par la Foi en Dieu. Après la cruauté s’érige forcément une douceur glorieuse pour ceux que l’injustice a piétiné.

Nous formerons le Corps du Christ, c’est la promesse qui nous a été faite. Dans ces temps-là, mes yeux pourront se fermer car je laisserai ces hommes, ces femmes et ces enfants, proches ou inconnus, vivre dans la joie. Mon âme partira avec la paix dans le cœur. Je mourrai dans l’Éternité en vous embrassant de cet Amour flamboyant.

Je me suis fait le serment de mourir dans un monde de Paix afin que je puisse m’en aller sans rien regretter, ni blâmer. Je souhaite entendre les enfants rire aux éclats pendant que je baisserai, doucement et pour la dernière fois, ces lourdes paupières. Je rejoindrai le Père dans sa douce Lumière sans me poser aucune question car je saurai que tout sera rentré dans l’ordre. Vous vivrez dans l’allégresse afin que je puisse me retirer d’une mort heureuse. Enfants de Dieu, je vous aime.

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/09/05/la-vie-eternelle-s-acquiert-dans-un-monde-christianise/

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La vie éternelle s’acquiert en s’éteignant dans un monde christianisé

  1. el vago dit :

    Je ne comprends que trop bien cette volonté de vouloir assister à la fin de cette période de ténèbres, pour partir avec un esprit de plénitude, de satisfaction, c’est un très beau souhait que vous avez merveilleusement mis en situation, certes encore faut-il aller au charbon et le mériter, et puis dans un sens, il ne nous regarde peut-être pas de savoir si nous verrons la fin de tout cela de notre vivant ; pour revenir à l’espérance, quand on est assuré qu’on va vers le règne du Sacré Coeur, qu’on a la foi, alors cela suffit amplement quoi qu’il arrive.

    Au sujet de cette espérance, sa sainteté Pie XII a dit de très belles choses :
    « La France a partie liée avec le Christ qui n’a jamais été vaincu et ne le sera jamais … »
    « Catholiques français, du sol généreux de ce jardin de l’Europe qu’est la France, germent les héros de la patrie et de la foi qui, par amour pour leur mère, si sa défense l’exige, savent batailler, souffrir et mourir dans la certitude que les lauriers du triomphe ne sauraient jamais manquer à qui accepte de se sacrifier pour une cause grande et juste.»
    Et vraiment si on a un gros coup de calgon :
    « Et s’il peut sembler un moment que triomphent l’iniquité, le mensonge et la corruption, il vous suffira de faire silence quelques instants et de lever les yeux au ciel pour imaginer les légions de Jeanne d’Arc qui reviennent, bannières déployées, pour sauver la Patrie et sauver la Foi ! »

    J'aime

  2. samuel dit :

    Le Seigneur, ne détourne point les yeux envers la prière de celui qui se sent parfois éreinté par la vie de plus en plus folle du monde moderne.

    Et dans ces moments-là le poids du monde ou des plus malins se fait moins ressentir sur nos épaules, lorsqu’il nous arrive de croiser sur notre route de véritables témoins du Christ.

    Quelle étrange époque en effet, mais la mort n’aura pas toujours le dessus surtout tous ceux et celles qui préfèreront plutôt être vrais que faux et cela strictement partout sur la toile.

    Car toute personne qui ne censure aucunement la vie, cela, ne recherche point à s’approprier pour elle certaines choses que les autres n’entendent pas dans ces moments là.

    Mais Dieu vois tout, alors il y aura aussi beaucoup d’autres tonnerres et grincement de dents.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s