L’héritage du Christ confronté aux philosophies des Lumières

heritage_eglise_christ_confronte_philosophies_lumieres_decryptage_apostasie

Pour commencer cet article, il est nécessaire de parler de la liberté. Cette notion fondamentale a été galvaudée à partir du XVIIIe siècle. Alors, qu’est-ce que la liberté ?

Pour certains de nos contemporains, c’est la possibilité de faire ce qui nous plaît sans se soucier du reste. Cette définition est une caricature du véritable sens de liberté. En effet, Dieu a donné à l’homme le choix de l’aimer ou non. C’est ce sens précis qui donne toute sa dimension à une bonne compréhension de l’apostasie actuelle.

En effet, si la liberté consiste à accepter ou non un Dieu Vivant fait d’Amour, on est en mesure de comprendre pourquoi l’humanité est en train de s’embourber dans de grands tourments. En effet, le sens de la liberté ayant été modifié, les individus ont perdu cette notion fondamentale qui les rattachait à Dieu. Par conséquent, leur esprit erre dans des philosophies, des doctrines politiques ou scientifiques et des religions aux relents orientaux et syncrétiques sans pouvoir comprendre l’origine du mal qui affecte notre civilisation.

Jésus-Christ est venu sur terre pour dispenser un enseignement d’Amour provenant du Père. Son message a été diffusé pour permettre à l’humanité de se rassembler autour de Dieu afin d’accéder à une ère de Paix prophétisée dans le Nouveau Testament. À ce jour, nous remarquons que les individus de la civilisation occidentale ont perdu cette notion essentielle par la faute des philosophes des Lumières qui ont ensemencé la graine du mal dans l’esprit humain.

Le mot « liberté » était rattaché à Dieu avant le XVIIIe siècle. Depuis cette époque, il est rattaché à l’individu. Par conséquent, cela a entraîné la création d’une société débarrassée de Dieu dans laquelle la technologie se substitue lentement à lui. Les hommes responsables de cet état de fait se font ainsi comparables à la grenouille qui souhaitait être plus grosse que le bœuf. Il est à noter que celle-ci finit toujours par éclater à un moment ou à un autre.

Il est nécessaire d’expliquer au lecteur profane que le siècle des Lumières est le résultat d’une lente maturation des sectes gnostiques qui sont parvenues à s’organiser en de nombreuses structures dans lesquelles une spiritualité humaniste est pratiquée. Dieu est ainsi nommé « Le Grand Architecte de l’Univers ». Cependant, ce Dieu qui y est invoqué n’est pas Jésus-Christ. Par conséquent, ce Dieu n’est pas un Dieu d’Amour mais un Dieu de perdition comparable à Lucifer. Cette notion éclaire la flamme maçonnique que porte la statue de la liberté. La notion de liberté individuelle a ainsi propagé le chaos dans la société.

Les philosophes des Lumières étaient particulièrement érudits dans la rédaction de sciences matérialistes qui sont, par nature, fortement opposées au message héritée du Christ. Leur ingéniosité leur a permis de se substituer lentement aux fondements de la société Chrétienne catholique qui berçait la France d’antan. La technique du coucou, mécanisme par lequel les parents oiseaux élèvent d’autres oisillons que les leurs, a été appliquée avec un grand succès. Pour couvrir ces méfaits, il est nécessaire d’encourager dans la société, une « liberté maçonnique » chargée de vices. La liberté individuelle qui stipule que les gens sont libres de faire ce qui leur plaît correspond tout à fait à cet esprit pernicieux hérité des sectes spirituelles maçonniques.

Les vices, ainsi encouragés dans la société occidentale, ont permis le verrouillage de l’histoire antérieure au XVIIIe siècle à l’aide de cette subtile substitution opportuniste. C’est ainsi que les philosophies des Lumières ont remplacé la pensée Chrétienne. Celle-ci, héritée du Christ, véhicule un message d’Amour hautement rassembleur. Les hommes sont invités à communier en son nom. Autrement dit, Jésus-Christ nous invite à nous aimer les uns les autres en nous unifiant dans un même corps. Cet Amour empathique pour Dieu et les hommes aurait permis de composer une famille élargie à l’ensemble de l’humanité. On constate aisément que les philosophies des Lumières ont eu pour mission de faire se désagréger l’héritage du Christ en injectant lentement le poison de la division machiavélique dans la civilisation. L’individualisme est, bien évidemment, une notion héritée des Lumières. Cette doctrine hérétique stipule que l’individu peut agir selon ses propres convictions sans se soucier de la morale et du reste de la société. C’est par ce mécanisme que le chaos s’est doucement infusé dans les esprits.

Il faut savoir que les philosophes des Lumières sont, notamment, les inventeurs génialement redoutables des sciences matérialistes, du socialisme, du communisme, du trotskysme, de l’anarchisme, de la théosophie, de la gnose contemporaine ainsi que des philosophies du New-Age. Par exemple, Mikhaïl Bakounine, Helena Blavatsky, Aleister Crowley, Jean-Théophile Désaguliers, Karl Marx et Wolfgang Mozart, pour ne citer qu’eux, étaient très proches des loges francs-maçonnes ou même francs-maçons pour certains. Le XVIIIe siècle a signé le recul massif du Christianisme en Europe.

C’est sous la 3ème république française que la franc-maçonnerie a été la plus active. La laïcité découle naturellement de leurs philosophies. Il faut savoir que selon la maçonnerie, la laïcité est un moyen permettant d’écarter l’influence de l’Église de la société républicaine. Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que la laïcité a pour but de mener ouvertement un combat contre le Christianisme catholique. C’est pourquoi la laïcité favorise les religions qui ne portent pas le message du Christ. Ainsi, le Judaïsme, l’Islam, le Bouddhisme, l’Hindouisme ainsi que toutes les religions et philosophies non Chrétiennes sont acceptées et même encouragées à participer au sein de la France et de l’Europe. J’invite le lecteur à visionner le documentaire « mes questions sur la franc-maçonnerie » qui explique clairement ceci à travers un tournage effectué dans une loge.

Jésus-Christ a dit « qui n’est pas avec moi est contre moi » (Matthieu 12.30). Il est évident que la Franc-Maçonnerie est son principal et redoutable ennemi. Si l’Eglise représente le Corps du Christ, la Franc-maçonnerie, quant à elle, est le symbole de Lucifer. Il convient d’appeler un ennemi par son véritable nom. Les loges francs-maçonnes ont perdu de leur influence au XXIe siècle parce qu’elles ont déjà propagé leurs hérésies à travers les Lumières, c’est de cette manière qu’elles se sont vidées de l’intérieur. Concrètement, leurs œuvres lucifériennes gouvernent actuellement les républiques. Le mal est en train d’oeuvrer dans la civilisation depuis le premier jour de la Révolution française. Ce qu’il faut comprendre, c’est que les philosophies maçonniques dominent actuellement la pensée occidentale depuis maintenant plus de deux siècles.

Les fruits de la franc-maçonnerie sont gravement destructeurs. Par exemple, la Révolution française a consisté à massacrer des millions de personnes au nom de la Liberté. Si la conception de la « liberté » correspond à la mise à mort d’êtres humains, c’est qu’il s’agit d’une œuvre négative. De par sa nature, la franc-maçonnerie est une mère portant la mort en son sein. La propagation des vices étant son véritable leitmotiv, le mensonge et la ruse font partie de ce sinistre cortège. Par conséquent, la franc-maçonnerie couvre ses méfaits par une couche surfaite de négation de la réalité. La franc-maçonnerie est la maîtresse de l’illusion à l’instar de son maître Lucifer. Tout cela est, bien sûr, recouvert d’une couche de vernis terni pour tromper les plus naïfs.

Le secret des loges francs-maçonnes pose un véritable problème. Les « frères » et les « soeurs », ces termes volés à la religion Chrétienne, se retrouvent à égalité au sein des loges. Ainsi, un procureur peut parler indifféremment à un commissaire, à un directeur, à un ministre ou encore à un juge. Cette mise en relation privée, au sein de la loge, est dramatique parce que personne ne sait ce qui se dit à l’intérieur de ses murs. Ce secret peut être porteur de troubles pour ceux qui ont à subir les effets des francs-maçons à l’extérieur de la loge. Par exemple, un directeur d’achat peut s’octroyer un marché juteux après avoir dialogué avec un « frère » gérant d’une entreprise. Tous les scénarios sont envisageables et, évidemment, ce secret est un véritable fléau pour les autres citoyens. Ainsi, la société est à deux vitesses par la faute de ce mécanisme outrageant. Il est évident que les francs-maçons répliqueront que les loges sont ouvertes à tout le monde. Cette réponse est biaisée puisqu’il est très peu probable qu’un simple salarié, un ouvrier ou encore n’importe quel quidam soit invité à séjourner au sein d’une loge.

Il convient maintenant de redéfinir les termes « liberté, égalité et fraternité ». La liberté, comme nous l’avons vu, est une liberté viciée générant le chaos dans la société. Lorsque les individus se considèrent libres de faire ce qui leur chantent, ceux-ci se transforment, selon leur for intérieur, en loups potentiels. La liberté individuelle encourageant au vice est une malversation de la véritable liberté qui consiste à accepter, ou non, Dieu dans sa vie. La liberté maçonnique est, par conséquent, une caricature de la véritable liberté selon les dogmes qui ont façonné l’Europe et, d’autant plus, la France.

L’égalité maçonnique est un leurre puisque cette égalité ne peut avoir lieu qu’au sein des loges francs-maçonnes. Ainsi, pour être égal à quelqu’un d’autre, il faut devenir un « frère » ou une « soeur ». Il faut, par conséquent, renier Dieu pour faire partie d’une secte humaniste dans laquelle les rites sont codifiés selon des méthodes anciennes et inconnues du grand public. L’égalité républicaine est, par conséquent, un non sens puisqu’elle est partielle. Pour faire court, il y a environ 165 000 francs-maçons en France pour 65 000 000 d’habitants. Cette égalité prévaut pour environ 0,25 % de la population, selon un simple calcul. Autrement dit, seule 1 personne sur 400 profite de cette égalité maçonnique.

La fraternité concerne également 1 personne sur 400. Concrètement, les termes « liberté, égalité et fraternité » ont un taux d’application s’élevant à 0,25 % en France. Quel est l’intérêt de conserver des mots aussi insignifiants pour une majorité de français ? Si l’on souhaite se rapprocher de la vérité, il faudrait plutôt rebaptiser les valeurs de la république « alinéation, inégalité et communautarisme ». Étrangement, ces valeurs collent tout à fait au climat actuel de la France. De simples formules mathématiques démontrent aisément ce qu’essaye de cacher la franc-maçonnerie derrière un crépi altéré par le temps. La secte décrépie s’entête à surnager pour survivre, malgré son obsolescence flétrissante. Elle qui a souhaité la mort lente et douloureuse de l’Eglise doit à son tour disparaître pour laisser la place à l’enseignement du Christ.

Les hérésies maçonniques doivent être combattues avec vigueur. Pour cela, il faut appeler les Chrétiens, de tous courants, à se rassembler autour du Sacré-Cœur de Jésus. L’Amour ne pourra triompher qu’à ce prix. Nous devons être dignes de son nom en nous comportant comme il l’a fait lors de sa venue parmi nous. Jésus-Christ était l’agneau sans péché annonciateur de l’existence d’un Père créateur aimant. Nous devons l’imiter et suivre sa voie. L’Église orthodoxe, née de la culture grecque, nous apporte l’iconographie et les chants, l’Église protestante sa culture biblique tandis que l’Église catholique nous lègue la Sainte Messe. Ce rituel Sacré diffuse le Saint-Esprit à travers l’Eucharistie. Il est tout autant nécessaire de conserver ces différentes richesses que de convoquer des Conciles généraux pour raviver la foi Chrétienne. Le dialogue autour du Christ sera indispensable. Autrement dit, nous devrons être force de proposition dans la rénovation de l’Eglise universelle qui se meurt. Nous devrons, sans modifier le fond, raviver le message du Christ afin que son Amour imprègne la société après le chaos induit, depuis deux siècles, par la franc-maçonnerie.

Les hérésies doivent être vaincues par notre don du discernement et par un travail d’épuration de notre esprit. Autrement dit, nous devons retourner à la sainteté en rejetant les vices prônés à travers la liberté individuelle. Nous devons, avec ces imperfections inhérentes à notre humanité, retrouver l’Amour de Dieu et accepter le mystère de la création du monde. Le monde invisible que nous ne pouvons pas comprendre, à cause de nos limitations, existe bel et bien. Si ce n’était pas le cas, la vie n’aurait jamais été possible. Nous sommes les fruits d’une création que nous pouvons seulement contempler, avec émerveillement, à travers nos yeux d’enfants. Nous devons cesser d’être orgueilleux parce que la fierté nous transforme en individus ingrats, ambitieux et donneurs de leçons. Nous devons être capables d’étudier nos propres comportements par une sérieuse remise en cause. Cette attitude nous permet de détecter les comportements erratiques qui nous laminent et nous enterrent vivants.

La sainteté est une voie douce faite d’acceptation de nos faiblesses grâce au pardon pour nos défauts et pour notre passé. L’Amour provenant de Dieu, ce même Amour annoncé par Jésus-Christ, nous invite à venir au Père tels que nous sommes réellement. La sainteté demande de nous pardonner nous-mêmes avant de pouvoir absoudre les autres. Le pardon ouvre la porte qui mène au Chemin, à la Vie et à la Vérité, autrement dit, il mène à l’Amour du Sacré-Coeur de Jésus. Dès que nous nous abandonnons dans les bras de Dieu, celui-ci nous console et nous réconforte dans notre vie quotidienne. Le tumulte du monde se transforme en berceuse fredonnée avec amour. Nous devons entendre la voix de cette douce mère qui aime son enfant de tout son cœur. Cet amour élémentaire est la base de la foi en Dieu. Jésus-Christ est doux comme l’agneau et porte un regard bienveillant sur chacun de nous. Il nous protège dans les moments les plus difficiles pendant que nous sommes, bien souvent, perdus dans notre ingratitude et nos rancœurs.

L’Amour est fait de Lumière et de douceur. Lorsque nous sommes agités, nous ne sommes pas prêts pour entrer en contact avec Dieu. Pour être en mesure de nous présenter devant le Père, nous devons nous épurer de nos défauts grâce au pardon. C’est en trouvant la paix de l’âme que nous sommes dignes de nous agenouiller devant Jésus-Christ. Cette paix intérieure, faite de pureté et d’Amour, nous met dans de bonnes dispositions. Si l’on observe le monde contemporain, on constate que la fureur, l’agitation et le bruit le contrôlent. Les humains sont, bien souvent, excités, inquiets, agressifs, impétueux, arrogants et guerriers conformément à ces thèses maçonniques aussi froides qu’amourachées des hérésies lucifériennes. Les comportements négatifs nous incitent à devenir de plus en plus intransigeants, avares, calculateurs, haineux, rancuniers parce qu’ils nous entraînent dans une spirale infernale vers une véritable descente aux enfers.

Le monde contemporain se dirige vers sa propre destruction parce qu’il est en train d’être propulsé vers ce paroxysme vicié. La tornade s’alimente d’elle-même jusqu’à devenir un ouragan qui finit par s’écraser dans le gouffre de la perdition. L’enfer descend sur terre pour tout massacrer lorsqu’une grande partie de l’humanité accepte de se plier à de mauvaises volontés. Nous faisons partie, à notre niveau, de la civilisation. Si nous changeons nos comportements, à titre individuel, nous améliorons déjà le monde, un tant soit peu. Nous devons, dans la mesure de nos ressources, utiliser cette liberté pour nous consacrer à l’Amour de Dieu. L’Amour pour les hommes en découlera, alors, naturellement. Si nous persistons à rester aveugles, sourds et muets à la fureur du monde, nous contribuons, volontairement ou non, au chaos généré par les thèses lucifériennes.

Le temps est venu de nous préparer au rassemblement des Chrétiens. Dieu nous bénisse et nous protège pendant ces temps difficiles. Que le Sacré-Cœur de Jésus nous recouvre de son Amour. Amen.

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/08/27/l-heritage-du-christ-confronte-aux-philosophies-des-lumieres/

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour L’héritage du Christ confronté aux philosophies des Lumières

  1. el vago dit :

    Ce texte est intéressant, il faut évidemment remonter aux lumières pour montrer que le problème et le renversement opéré l’est depuis cette période, que c’est la période clef, que ces lumières ont subjugué l’humanité, que Napoléon et les loges n’ont fait que transmettre le virus sur tout le continent européen, mais par contre là où on pourrait diverger dans l’analyse, c’est que les lumières ne sont en réalité qu’un climax, c’est à dire le point le plus haut qui va engendrer la révolution et l’inversion des valeurs : les droits de l’homme se substituant aux droits de Dieu.

    Le problème est en réalité antérieur, et il s’agit du problème d’un retour au paganisme quelques siècles avant et de cette confrontation entre le christianisme et le paganisme à la révolution, la république païenne finissant par se substituer à la monarchie chrétienne.
    On voit d’ailleurs que le Sacré Coeur de Jésus se manifeste à Marguerite Marie Alacoque 100 ans avant la révolution pour triompher du coeur de Louis XIV, dit le roi soleil. Tout cela n’est pas sans signification, par l’art, l’influence du paganisme s’étendait déjà jusqu’au sommet de la monarchie. Il fallait ne pas tomber donc dans l’orgueil, ce qui n’a pas été fait, « celui qui veut être fier qu’il mette sa fierté dans le Seigneur », nous dit Saint Paul, et voilà pourquoi c’est bien le Sacré Coeur qu’il nous faut mettre en avant, et non pas sa propre personne toute rayonnante soit-elle.
    Quand on y réfléchit, quel cadeau le Christ a fait ici à la France et que celle-ci n’a pas compris, la seule chose véritable à espérer pour notre avenir est que tout cela soit en attente et qu’on ait pas définitivement louper le coche.

    Si on reprend l’histoire, ce retour au paganisme, se fait d’abord dans l’art par la renaissance, il arrive dans l’éducation par l’étude du latin dans les collèges et principalement tous les grands orateurs de la république romaine (cf: la révolution de Mgr Gaume), sa pénétration se fait également avant cela, dans la religion via la réforme. En effet pour les protestants il n’est plus question d’autorité, on préfère laisser libre cours à la liberté d’interprétation, la vraie liberté qui passe par l’obéissance est substituée par cette fausse liberté qu’on déclare à sa mesure et qui prendra encore plus de place avec les encyclopédistes et la révolution française, liberté niant cette fois-ci jusqu’au Christ. Les loges maçonniques ont joué évidemment un rôle déterminant et actif dans ce renversement, La république qui viendra par la suite n’est en réalité que le retour du paganisme dans la politique, le libéralisme qui va s’en suivre, son application sur le plan économique.

    Donc la où il faudrait à mon avis être plus critique, c’est en ce qui concerne le protestantisme, avec le protestantisme, le problème est en réalité déjà présent; comme dans la révolution, la liberté qui s’y exerce n’est pas la bonne. N’oublions pas que le protestantisme a fait la guerre au catholicisme, qu’il s’est associé à la bourgeoisie qui était en train de s’émanciper, qu’il voulait se substituer à lui, mais que c’était un ennemi trop direct, et parce qu’il était visible, il a fini par échouer, alors que c’est en réalité un ennemi jusque là invisible pour les peuples qui aura fini par l’emporter.

    J'aime

    • Oui, je suis d’accord et j’ai déjà dénoncé le protestantisme. Je pense sincèrement qu’il va falloir dialoguer avec ces gens-là pour leur expliquer qu’il est nécessaire d’aborder différement la foi selon Jésus-Christ.

      Le protestantisme est une invention de Luther, un célèbre gnostique…

      Merci pour votre commentaire !

      J'aime

  2. Laurent dit :

    Bonjour,
    Je voudrais vous signaler un « léger » problème, lorsqu’on clique sur le lien pour convertir vos textes (très intéressants d’ailleurs) en format PDF, mise à part un certains nombres de problèmes et de messages techniques, on tombe sur la bannière publicitaire ci-jointe :
    Dieu n’existe pas
    rael.org
    Dieu ou Elohim ? Qui croire ? Livres gratuits à télécharger!

    Autrement dit la secte de Rael … Horreur !!!!
    Trouvez-vous cela normal … ?

    J'aime

  3. Ricquet dit :

    Bel article.
    Hélas, Nous savons d’où vient le mal depuis longtemps.
    JFK lors de sa conférence de presse, 8 jours avant d’être assassiné et après avoir signé l’ordre 11110, ne dit et ne fait qu’aller dans le même sens que W.G. Carr dans son livret : « La Synagogue de Satan » (édité en 1952).
    La question est : que pouvons nous faire ?
    Tout est contre la lumière puisqu’ils (les ténèbres) ont tout acheté (à commencer par la presse)

    Saint Jean, au chapitre 15.5 (Jésus la vraie vigne) nous dit :
    « Je suis la Vigne, vous êtes les rameaux,
    Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, portera du fruit en abondance,
    car sans moi, vous ne pouvez rien faire. »

    C’est le Seigneur Jésus Christ qui a les clefs et peut tout entreprendre…(« vous ne pouvez rien faire. »
    Peut-être nous glissera t-il (le moment venu) un mot à l’oreille via le Saint esprit ?

    En attendant nous sommes démunis, malgré ce que disait : Nietzsche :
    « les zones d’ombre sont accablantes vu les faits et leur formidable éloquence »
    Les preuves ne valent que ce qu’en font la presse : Du ragoût…

    Ce n’est pas très chrétien, mais j’ai hâte de voir la dérouillée que vont se prendre les F.M. et Cie qui marchent pour le désordre du monde, l’hégémonie et l’iniquité…
    (Sainte Marie, et les archanges viendront bientôt les punir…)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s