Padre Pio, Saint Patron des Chevaliers du Sacré-Coeur

Padre-Pio-Saint-Patron-Chevaliers-Sacre-Coeur

Sa biographie partielle

Francesco Forgione, plus connu sous le nom de Padre Pio, a été canonisé le 16 juin 2002 sous le nom de Saint Pio de Pietrelcina. C’était un prêtre italien issu de l’ordre des frères mineurs des capucins. C’était un grand mystique et un porteur de stigmates. Sa grande foi a converti de nombreuses personnes.

Francesco Forgione, né le 25 mai 1887 dans le village italien de Pietrelcina, fut un enfant très calme qui aimait regarder les beaux livres chrétiens plutôt que de jouer avec ses camarades qu’il trouvait blasphémateurs. Il aimait attendre devant les portes de l’église, jusqu’à ce qu’elles s’ouvrent. Sa maman, Maria Forgione née Giuseppa, n’eut jamais à lever la main sur son fils. C’est à l’âge de neuf ans qu’un événement extraordinaire marqua profondément Francesco. Il était parti avec son père dans la ville d’Altavilla Irpina, localité située à 27 kilomètres de Pietrelcina, pour se rendre à la cérémonie rendant hommage à saint Pellegrino, martyr et patron d’Altavilla. Après la cérémonie, Francesco fut intriguée par une jeune mère qui implorait la guérison de son fils difforme devant la statue de saint Pellegrino. La jeune mère hurla « si tu ne veux pas le guérir, reprends-le ! » avant de le jeter aux pieds de la statue du saint. À la surprise générale, le petit être tordu retomba sur ses pieds et marcha pour la première fois de sa vie. Il était guéri ! Tous les pèlerins du sanctuaire crièrent au miracle.

Dès son plus jeune âge, Francesco reçut la visite de la Vierge et bénéficia de la présence de son ange gardien. Personne n’en a rien su avant que Padre Pio ne se confie à son premier directeur spirituel, le père Agostino da San Marco in Lamis. Francesco se rendait pratiquement tous les jours dans l’église Santa Maria degli Angeli. Il affectionnait tout particulièrement une petite chapelle dédiée à Sainte Anne. Une urne contenant les restes de saint Pie 1er, pape de 140 à 155, mort en martyr. Francesco fit souvent appel à l’intercession de ce pape dont il ignorait tout. C’est en partie en son honneur que Padre Pio prit son nom mais également en hommage à saint Pie V, grand pape de la Contre-Réforme catholique. C’est le 5 mai, fête de saint Pie V, que Padre Pio célébra sa fête onomastique.

Francesco sut dès son plus jeune âge qu’il deviendrait prêtre. Il connut les persécutions diaboliques dès l’âge de cinq ans. Le diable venait souvent se présenter à lui sous des formes effrayantes. Un prêtre de Pietrelcina, Don Nicola Caruso, racontait le témoignage de l’enfant : « plus d’une fois Francesco, revenant de l’école, m’a dit que, arrivé à la maison, il trouvait sur le seuil un homme habillé en prêtre qui ne voulait pas le laisser passer. Alors Francesco s’arrêtait, une créature (un jeune garçon) pieds nus arrivait et faisait un signe de croix, le prêtre disparaissait et Francesco, tranquille, entrait chez lui. »

Le démon sous l’apparence d’un prêtre et l’ange gardien sous les traits d’un jeune garçon déroutent les esprits modernes, souvent rebelles au surnaturel. Pourtant, le cinéma horrifique attire de plus en plus de monde. Les consommateurs « modernes » sont plus attirés par les ténèbres que par la Lumière du Christ. Si la rébellion au surnaturel passe par l’acception des films dérangeants, n’y-a-t-il pas là une forte incohérence ?

Avant de s’engager chez les capucins, Francesco fut un adolescent au bel aspect mais d’une santé fragile. À partir de sa neuvième année, il a commencé un cycle de maladies toutes plus incroyables les unes que les autres et cela jusqu’à sa mort. C’est trois visions qui le confortèrent dans sa vocation spirituelle. Pour les résumer rapidement, P. Alessandro da Ribabottoni annonça que « la vie du futur religieux serait comme une lutte continuelle et acharnée contre le démon ».

Frère Pio connut une rude année de noviciat. On lui attribua la cellule 28, au-dessus de laquelle était gravée « vous êtes morts et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu ». Un énorme sac contenant des feuilles de maïs, posé sur quatre planches et une armature de bois, servait de lit. Le novice devait dormir avec son habit, sur le dos, les mains en croix sur la poitrine. Une table, une chaise, un grand crucifix en bois faisaient tout l’univers du jeune capucin. La journée du novice était partagée entre la cellule et l’église. Lever à 5 heures, un office, la messe, des repas pris en silence, quelques instructions spirituelles données par le maître des novices, d’autres offices dont un nocturne et le reste du temps le tête-à-tête avec Dieu et avec soi-même. La seule lecture autorisée pendant la première année était les règles et constitutions de l’ordre. La nourriture était peu abondante, la faim tenaillait les jeunes gens qui étaient habitués à manger, de manière simple, mais en abondance. Des jeûnes supplémentaires venaient s’ajouter à cette frugalité permanente.

Le maître des novices témoigna que frère Pio fut un novice exemplaire, ponctuel dans l’observance de la règle et ne donnant jamais le moindre motif à être repris. Frère Pio se signalait aussi par le « don des larmes », forme première de la compassion, qui l’emporta bien souvent à la souffrance dans sa chair. Frère Pio méditait toujours, pendant l’heure de méditation en commun, sur la Passion et les souffrances du Christ. Il utilisait pour cela un manuel du père Maria da Bergamo, capucin du XIXe siècle. À chaque fois, frère Pio versait d’abondantes larmes sur le pavement de pierre. Le père Tommaso affirma qu’« on ne connaissait pas de défaut au frère Pio ». Frère Pio, novice au comportement impeccable, persuasif, pieux, doux, était un exemple pour ses camarades.

Le 22 janvier 1904, frère Pio s’engagea au terme d’une année de noviciat à des vœux simples, c’est-à-dire pour trois années. Après la messe, à 11h45, il se consacra ainsi à Dieu : « Moi, frère Pio de Pietrelcina, je demande et je promets à Dieu tout-puissant, à la bienheureuse Vierge Marie, au bienheureux François, à tous les saints et à toi, ô mon Père, d’observer jusqu’à la fin de ma vie la règle des frères mineurs confirmée par Sa Sainteté le pape Honorius, en vivant dans l’obéissance, la pauvreté et la chasteté. » Le provincial dit alors « Et moi, au nom de Dieu, je te promets la vie éternelle si tu observes ces choses ».

Le diable, « grand artisan d’iniquités » selon la définition de Padre Pio, est aussi maître d’artifices et de tromperies. Les assauts du démon furent réellement violent envers ce prêtre peu ordinaire et le combat se finissait souvent dans le sang. Padre Pio reçut les stigmates en 1918, pendant une période de cinquante ans, jusqu’à sa mort. Padre Pio connut également des épisodes de bilocation. Frère Pio, rédigea un témoignage fort troublant en 1905 : « il y a quelques jours, il m’est arrivé un fait insolite ; alors que j’étais au chœur avec frère Anastasio, c’était le 18 du mois passé, il était environ 23 heures, je me retrouvais tout à coup dans une maison bourgeoise où le père était en train de mourir, en même temps qu’une enfant naissait. Alors la très sainte Vierge Marie m’apparut et me dit : « Je te confie cette créature. C’est une pierre précieuse à l’état brut : travaille-la, polis-la, rends-la la plus lumineuse possible parce qu’un jour je voudrai m’en orner. Ne doute pas, c’est elle qui viendra vers toi, mais d’abord tu la rencontreras à Saint-Pierre. » Après ceci je me retrouvais à nouveau en chœur. »

La suite de l’histoire fut particulièrement étonnante. Un après-midi de 1922, soit 17 ans plus tard, Giovanna Rizanni, née en 1905, se rendit à la basilique Saint-Pierre à Rome pour se confesser à un capucin qui lui conseilla de se rendre à San Giovanni Rotondo. Elle s’y rendit et reconnut en Padre Pio le capucin qui l’avait confessé à Saint-Pierre ! Padre Pio l’étonna encore plus en lui annonçant avoir assisté à sa naissance en 1905. Giovanna Rizzani devint tertiaire franciscaine et une fidèle fille spirituelle du Padre Pio. Il est bon de préciser que Padre Pio n’avait pas quitté une seule fois son couvent de San Giovanni Rotondo, en 1922. Par conséquent, Giovanna Rizanni fut confessée à Rome par la bilocation du Padre Pio.

Cette petite biographie est tirée du livre « Padre Pio, le stigmatisé » de Yves Chiron, information utile pour ceux qui souhaitent lire la suite de son extraordinaire histoire.

Manifestation préternaturelle du Padre Pio

J’aimerai maintenant citer quelques extraits tirés de « Padre Pio, lettres présentées par Gianluigi Pasquale » afin de montrer à quel point son âme était pieuse et toujours dirigée vers Dieu. Padre Pio était certainement l’un des Saints le plus remarquable du XXe siècle.

Il m’a marqué personnellement, bien que je ne l’ai jamais connu de son vivant, par diverses manifestations préternaturelles. Il s’est imposé à moi, plusieurs fois de suite, par des réceptions de lettres, de mails et même de livres dans lesquels il était toujours cité. Cette étrange période, située en fin 2012, m’a quelque peu forcé à m’intéresser à lui. Il n’est pas rare que je reçoive encore des manifestations de sa part sur quelques sites internet dans lesquels on vous attribue automatiquement un saint. Il m’arrive également d’apercevoir, subitement, son doux visage souriant comme s’il était debout à mes côtés pour m’encourager à poursuivre cette quête de Dieu.

Je me sens naturellement proche de ce saint aux grandes qualités comme s’il était, en quelque sorte, mon père spirituel. Bien sûr, seuls ceux qui ont la foi sont en mesure de comprendre ce que j’exprime dans ces quelques phrases. Je ne suis ni prêtre, ni diacre mais j’aime Dieu plus que tout et je remets entre ses mains mon entière confiance. Les mystères de Dieu n’intéressent pas les criards du monde qui passent leur vie à courir derrière le temps, à acheter compulsivement des choses futiles ou à se perdre dans des discussions stériles. Notre âme s’aiguise dans le silence de la prière et de la contemplation des mystères légués par nos pères à travers l’Église catholique romaine. Notre âme est prête à affronter le monde lorsqu’on est en mesure de constater l’étendue des dégâts causée par l’apostasie générale. Quelle tristesse d’observer ces gens aux yeux éteints qui déambulent frénétiquement et semblent se débattre inutilement en attendant leur mort. Sont-ils seulement encore vivants ? Leur esprit ressemble-t-il à ces vaines émissions de télé-réalité devant lesquelles on s’esclaffe grassement en engloutissant des chips ? Nous vivons la plus grande tragédie de tous les temps dans un incroyable silence suspicieux. Les hommes pourront-ils encore longtemps se rendre complices de leur propre destruction en se résignant de la sorte ?

Extraits de quelques-unes de ses lettres

Voici un extrait d’un courrier du Padre Pio adressé, le 19 août 1918, au frère Gerardo da Deliceto :

« Tu te souviendras toujours de :

– ne jamais te complaire en toi pour quelque bien que tu puisses voir en toi, car tout vient de Dieu et c’est à lui que tu donneras l’honneur et la gloire ;

– ne jamais te plaindre de tes offenses, d’où qu’elles viennent ;

toujours excuser qui ce que ce soit avec charité chrétienne, te souvenant de l’exemple de notre Rédempteur qui disculpa auprès de son Père jusqu’aux bourreaux qui le clouaient à la croix ;

toujours gémir comme un pauvre auprès de Dieu ;

– ne jamais t’étonner de tes faiblesses et imperfections, mais, te reconnaissant pour ce que tu es, rougir de ton inconstance et de ton infidélité à Dieu, et, prenant de confiantes résolutions, en toute tranquillité t’abandonner aux bras du Père céleste comme un enfant dans les bras de sa mère. »

Extrait du livre « lettres du Padre Pio » :

« Pour Padre Pio, l’obéissance à l’Eglise ne fait qu’un avec la docilité absolue à la volonté de Dieu. Dans ses lettres, celle-ci revient sans cesse comme un but à atteindre avant tout autre :

« N’aimez pas la volonté de Dieu parce qu’elle est conforme à la vôtre, mais aimez la vôtre lorsqu’elle sera et parce qu’elle est conforme à la volonté de Dieu » écrira-t-il à Maria Gargani. »

Extrait d’un courrier du Padre Pio adressé, le 18 janvier 1922, à une certaine Violante Masone :

« N’oublie pas le but de la venue du Fils de Dieu sur terre : sauver l’humanité. Jésus dit être venu en ce monde non pour les justes mais pour sauver les pécheurs ; non pour les bien-portants, mais pour guérir les malades. »

Extrait d’un courrier du Padre Pio adressé, le 31 décembre 1921, à Violante Masone :

« Que par votre entremise saint François appelle d’autres âmes qui, ayant perdu la foi, s’agitent comme des météores errant dans l’espace à la rechercher de leur voie. Que l’étoile de l’Enfant Jésus resplendisse et les ramène à lui, seul berger et père de tous …/… Fais connaître saint François et son esprit : tu en auras un grand mérite là-haut. Rappelle-toi que ta responsabilité serait grande devant Dieu et devant ta conscience si tu ne t’efforçais pas de seconder ce vent de la grâce qui souffle en toi et dans notre village.

Sois donc fidèles aux promesses que tu as faites à Dieu et n’écoute pas les moqueries des ignorants. Sache que les saints se sont toujours moqués du monde et de ses enfants, ils ont toujours piétiné le monde et ses maximes. »

Extrait d’un courrier du Padre Pio adressé, le 30 décembre 1921 à une certaine Graziella :

« Un autre jour, la servante du Seigneur manqua d’huile. On ne pouvait pas préparer le repas des sœurs et malades. Sainte Claire, maîtresse d’humilité, prit un récipient, le lava de ses mains et le déposa sur le tour, à la portée du frère quêteur …/… mais par divine miséricorde, avant qu’il n’arrive, le pot se remplit d’huile, car la prière de sainte Claire en faveur de ces pauvres filles avait devancé l’obéissance du religieux …/… Le Seigneur avait secouru celles qui avaient tout abandonné pour lui. Il se pliait ainsi à la demande de son épouse qui l’invoquait d’un cœur pur et avec une foi à transporter les montagnes.

Demandons, nous aussi, à Jésus l’humilité, la confiance et la foi de notre chère sainte ; comme elle, prions Jésus avec ferveur ; abandonnons-nous à lui en nous détachant de ce monde mensonger où tout est folie et vanité, où tout est transitoire ; Dieu seul reste, si on l’aime authentiquement.

Qu’elles sont malheureuses, les âmes qui se lancent dans le tourbillon des soucis mondains ; plus elles aiment le monde, plus leurs passions se multiplient ; plus leurs désirs s’enflamment, moins elles sont capables de réaliser leurs projets ; surgissent alors des inquiétudes, des impatiences, des chocs terribles qui brisent leurs cœurs parce qu’ils ne brûlent pas de charité et d’amour divin. Prions pour ces âmes malheureuses et misérables, que Jésus leur pardonne et que sa miséricorde infinie les attire à lui. »

Les grandes qualités de Padre Pio

Padre Pio était un protecteur qui a dédié sa vie à réparer celle des autres et à rétablir l’harmonie entre Dieu et les hommes.

Il était également un éducateur, auteur de la pensée selon laquelle il faut « veiller à ce que l’éducation du cœur aille de pair avec l’enseignement de la foi ; car l’un sans l’autre creuse dans le cœur humain une blessure mortelle. »

Padre Pio portait jusque dans sa chair les stigmates de sa grande foi en Dieu. Il était considéré comme un homme humble et généreux au service de Dieu, de son prochain et de l’Église catholique romaine.

Les Chevaliers du Sacré-cœur

Si la chevalerie existe encore, elle n’est plus qu’un simulacre gnostique déguisé en parodie matérialiste, stérile et glaciale. Ces propos ne doivent pas refroidir notre enthousiasme pour Dieu, bien au contraire. Les hérétiques gnostiques s’amusent dans la vigne du Seigneur en pensant être dignes de son propriétaire. Pourtant, ils en seront bientôt chassés afin que celle-ci soit offerte aux véritables amoureux du Dieu Trinitaire annoncé dans le Nouveau Testament.

L’Église catholique romaine vit un hiver particulièrement rigoureux avec la fin de la Sacralisation de la Sainte Messe. La pesanteur des écailles du serpent gnostique a étouffé les enseignements hérités de nos pères. La société de consommation rampe lentement jusqu’aux pieds du pape François afin d’en faire une star du système. Une civilisation rongée par le « pain et les jeux » de la Rome païenne, plongeant dans les méandres de la violence la plus primaire, est en phase de s’écrouler sur elle-même. L’égoïsme a remplacé la charité, la peur a détrôné l’espérance et la mécréance a détruit la foi. L’Église catholique romaine subit un terrible hiver pendant lequel un vent, aussi glacial que le cœur de ceux qui gouvernent notre France, souffle sur la Sainte Croix.

N’oublions pas que le Christ est la Pierre Angulaire du monde sur laquelle le serpent tentateur mourra éventré en entraînant dans sa perte ceux qui lui vouent, actuellement, un culte païen. Ceux qui plongent dans leur tas d’or en s’esclaffant se retrouveront dépouillés de leurs richesses matérielles lorsque Dieu aura décidé de mettre un terme à l’hérésie humaine. Seuls ceux qui auront Dieu dans le cœur seront en mesure, grâce à la foi, la charité et l’espérance, de tenir bon dans les épreuves qui nous attendent. Les autres seront balayés comme des fétus de pailles dans une tempête du désert ; la peur les fera lâcher-prise ; l’égoïsme les isolera ; la gourmandise les affamera.

C’est à travers la Mère Eugénie Ravasio que Jésus s’était exprimé en demandant la chose suivante :

« JE voudrais voir s’établir une grande confiance entre l’homme et son Père des Cieux. Pour être connu, aimé et honoré d’un culte Spécial JE ne demande rien d’extraordinaire. Ce que JE désire seulement le voici :
1) Qu’un jour ou du moins un dimanche, soit consacré à m’honorer tout particulièrement sous le NOM DE PÈRE DE L’HUMANITÉ toute entière. JE voudrais pour cette fête, une Messe et un Office propres. Il n’est pas difficile d’en trouver les textes dans l’Ecriture Sainte. Si vous préférez Me rendre ce Culte Spécial un dimanche, JE choisis le premier dimanche d’Août: si vous prenez un jour de la semaine, JE préfère que ce soit toujours
le 7 de ce même mois»

Après avoir mûrement considéré la chose suite à de nombreuses prières, je souhaite annoncer en date de ce jour, le 7 août 2014, la création de l’ordre des Chevaliers du Sacré-cœur. Ces Chevaliers seront chargés de former le cortège des pèlerins du Sacré-cœur à la tête duquel se tiendra la bannière immaculée du Cœur de Jésus. Ces Chevaliers, armés de leur seule foi, auront pour mission de planter sur le sol de France la bannière Sacrée du Christ, en temps voulu. Cet ordre sera protégé par le très Saint Padre Pio, homme de foi sincère ayant dédié sa vie à Jésus.

Si je me permets d’annoncer une telle création, c’est que le moment est venu, pour la France, de se préparer à de grands tourments. Cet ordre chevaleresque, créé spécialement pour la victoire du Sacré-cœur sur le sol de France, sera le point de ralliement, c’est-à-dire la nouvelle Arche d’Alliance. Ceux qui se souviendront de la promesse de la victoire du Sacré-cœur seront protégés par Jésus-Christ, la sainte Vierge Marie, Saint Michel Archange et sa Milice Céleste ainsi que les Saints. Padre Pio est déclaré Patron de cet ordre parce qu’il est un saint moderne ayant souhaité réconcilier Dieu et les hommes. D’autres saints auraient pu être choisis, bien évidemment, mais Padre Pio représente le mieux le Sacré-cœur pour les jeunes fidèles qui pourront se raccrocher à un saint, à la fois, connu de tous et proche de notre génération.

Cet ordre est symbolique, son existence se situe dans notre esprit, il n’y a pour cela nul besoin de formalisation puisque la sacralité d’un ordre se situe avant tout dans notre foi et dans notre Amour pour Dieu. Les Chevaliers du Sacré-cœur pourront avancer fièrement en se souvenant que, le 7 août 2014, Jésus annonçait son retour prochain sur le sol de France. Ce qui, aujourd’hui, semble inconcevable et irréaliste aux yeux des moqueurs deviendra une réalité certaine lorsque la France aura plongé dans les méandres de l’enfer. Les gouvernements républicains successifs sont malheureusement responsables de la déchéance de notre pays. La France doit connaître une douloureuse crucifixion avant de vivre une saine résurrection. Jésus-Christ régnera dans nos cœurs en tant que Christ-Roi comme les prophéties locales l’ont toujours annoncé. Ceux qui se gaussent aujourd’hui d’être républicains, anarchistes, communistes, athées, laïcs, juifs ou encore musulmans pourront crier dans le désert de leur désespoir parce que seul notre Dieu Trinitaire leur répondra. Il n’existe nulle autre divinité puisque celui qui cherche à singer notre unique Dieu n’est autre que cet ange déchu, ce fourbe de Lucifer. Ces propos difficiles à entendre pour une majorité de nos concitoyens se révéleront exacts dans un futur relativement proche.

Lorsque le sang coulera sur le sol de France, que les gens seront jetés à la rue, que la crise financière aura pulvérisé les rêves des petits propriétaires, que la jeunesse se verra traitée comme de la chair à canon, que les Français de toutes origines trembleront de terreur devant le déchirement des communautés, que se passera-t-il ? Les canons des fusils se croiseront pour tirer encore et encore des salves mortelles parce que l’homme « dit moderne » est réduit, aujourd’hui, à un état de délabrement incroyable. L’homme contemporain est devenu rebelle, sanguinaire, indolent, païen, orgueilleux, tricheur, matérialiste et haineux de l’Amour du Christ. Nos contemporains préfèrent se boucher les oreilles pour ne pas entendre, se cacher les yeux pour ne pas voir et placer leur main devant la bouche pour ne rien dire.

Cette attitude typique de l’époque luciférienne (celle du « prince de ce monde) annoncée par Jésus-Christ est en passe de toucher à sa fin parce que le serpent s’est déroulé jusqu’à la queue. Son venin s’est déversé dans notre société, de la tête jusque dans ses fondations. La haine a tué l’amour, la rancœur a remplacé le pardon, l’avarice a succédé à la charité, la peur a détruit la foi, les hommes sont devenus aussi froids que les païens d’antan. Où se trouve l’Amour du Christ dans notre société ? Ce que Jésus-Christ nous a offert à travers son sacrifice expiatoire est mort sur l’autel de la consommation idolâtre. Il ne faut pas, par conséquent, s’étonner de la destruction prochaine de notre civilisation. Elle se finira dans le sang et nous serons amenés à prier quotidiennement et à rattraper plusieurs siècles d’insouciance et d’irresponsabilité.

Nous devrons nous comporter comme les apôtres du Christ en apportant de nouveau sa Lumière dans l’obscurité de ce monde. Nos détracteurs reculeront devant notre cortège des Chevaliers du Sacré-cœur, surtout lorsque sa bannière immaculée déferlera sur le sol de France en remplacement de cette république luciférienne, déjà en passe de mourir dans la fureur et le sang. Nous ne pourrons que constater son décès. Il n’y aura pas d’enterrement mais uniquement la victoire du Christ sur l’hérésie gnostique. N’en déplaise à ceux qui se sont acharnés depuis des siècles à fomenter l’anéantissement du Christianisme. Soit ils seront engloutis avec le serpent, soit ils rejoindront la nouvelle Arche d’Alliance, c’est-à-dire, le Sacré-cœur de Jésus. Il n’existe aucune autre alternative.

Nous avons déjà vaincu les hérésies dans notre esprit et c’est cette attitude qui nous fera triompher de ceux qui s’acharnent à détruire la création de Dieu. Les hérésies seront piétinées et disparaîtront définitivement du monde. L’Amour réconciliateur triomphera de Lucifer, le serpent tentateur.

La réconciliation des hommes et de Dieu

C’est débarrassés du serpent et de ses adorateurs que les hommes pourront vivre dans la sérénité retrouvée, le bonheur de la fraternité véritable. Les pauvres, les exclus, les malades, les orphelins, les fatigués, les vieillards, les enfants, les handicapés, les parias, les opprimés et les justes pourront vivre dans une ère où Dieu aura repris la place qui est la sienne. À la table populaire, on trouvera, pour tous, le pain et le vin en abondance. Aucun aliment ne sera interdit car ce n’est pas ce qui rentre dans le corps qui le corrompt mais ce qui en sort, c’est-à-dire les mauvaises pensées. Les tentations provenant du terrible serpent auront disparu parce qu’il aura été enchaîné pour un certain temps.

L’humanité vivra heureuse sous l’ère du Christ-Roi. La promesse du sceptre et de la terre Christianisée sera devenue une réalité tangible. Les hommes dormiront du sommeil du juste sans se soucier du lendemain. Le labeur sera rude car toute la société sera à reconstruire mais les églises dédiées à Jésus-Christ, à la sainte Vierge Marie, ainsi qu’à Saint Michel Archange fleuriront à la surface du globe. Les hommes chanteront, dans ces temps heureux, leur Amour du Père en levant la tête en direction du Ciel. Les prêtres exécuteront la Sainte Messe, à genou, face à la Sainte Croix. C’est dans l’humilité la plus totale que l’Eucharistie maintiendra les âmes dans l’Amour du divin.

Oui, dans ces temps-là, les hommes seront heureux parce qu’ils auront retrouvés cette simplicité naturelle provenant du Père. La famille sera de nouveau le centre de la société. Les jours couleront joyeusement les uns après les autres parce que tout sera, de nouveau, en cohérence avec la volonté de Dieu. Les hommes seront en mesure de contempler la beauté des bourgeons des arbres et le magnifique vol des oiseaux dans les cieux. Ils seront en mesure d’apprécier la brise matinale qui leur caresse délicatement le visage et la bonne odeur de la campagne qui ravive les sens. Ils cueilleront les bons fruits poussant sur les arbres en appréciant chaque instant. Les hommes auront retrouvé la gaieté de cœur parce que Dieu sera continuellement présent dans leur âme. La résurrection de l’humanité sera aussi magnifique que sa crucifixion aura été laide et douloureuse.

Prière de l’ordre des Chevaliers du Sacré-cœur

Padre Pio, noble Saint Patron de l’ordre des Chevaliers du Sacré-cœur,
Prie pour nous afin que nous ne faiblissions pas devant l’ampleur du travail,
Intercède auprès du Père pour que notre Sainte Mission soit couronnée de succès,
Demande aux Saints qui ont forgé l’âme de la France de nous soutenir dans l’épreuve,

Saint Michel Archange, Prince de la Milice Céleste, défends-nous face à l’ennemi,
Que les Anges de ta Sainte Milice nous défendent face aux criards,
Nous, Chevaliers du Sacré-cœur armés de notre foi en notre Dieu Trinitaire,

Nous honorons le sacrifice expiatoire de Jésus-Christ, le Fils bien-aimé du Tout-Puissant,
Nous nous agenouillons devant ta Sainte Face pour implorer ta miséricorde,
Nous nous recommandons auprès de nos pères qui nous ont légué ton Église catholique,
Nous honorons le devoir de mémoire de nos ancêtres Francs,

Notre mission est de planter la bannière du Sacré-cœur sur le sol de France,
Nous t’implorons, Seigneur Jésus-Christ, de nous faire hériter de la Vigne du Père,
Nous saurons produire de nobles fruits en abondance,
Nous veillerons à tailler avec soin les sarments,
Afin que la moisson soit toujours bonne et véritable,

Seigneur, nous demandons ta Sainte Miséricorde pour les hommes d’aujourd’hui,
Ceux qui ont terni ta mémoire ainsi que ton territoire pour en faire de sombres lieux,
Ces hommes ne savent pas ce qu’ils font, ils ont perdu la raison dans le monde,
L’esprit du tentateur les a aveuglé pour t’arracher de leur mémoire,
Ils œuvrent machinalement sans conscience,
Père si bon, rends leur la raison, nous t’en supplions,
Nous, Chevaliers du Sacré-cœur armés de notre seule foi en Toi, Ô Seigneur,

Fais en sorte que, face à notre Amour, ceux-ci se sentent désarmés,
Arrache-leur des mains les produits du monde avec lesquels ils souhaitent nous écorcher,
Notre seule volonté est de rendre l’humanité plus noble devant ta Sainte Face,
Nous souhaitons purifier les âmes et faire en sorte que la nouvelle Arche d’Alliance,
Ton Sacré-cœur, gouverne notre monde en renversant son prince actuel,
Père Tout-Puissant, protège-nous, de ton Doigt Divin, de ceux qui nous haïssent,

Sainte Vierge Marie, couvre-nous et protège-nous de ta Grâce Immaculée,
Recouvre-nous de ton Amour pour les hommes,
Implore ton Fils, Jésus-Christ, de nous donner sa puissance d’Amour,
Mère, cause de notre Joie, rends-nous forts pour que notre mission réussisse,

Nous prions, nous, Chevaliers du Sacré-cœur armés de notre seule foi en Dieu,
Afin que la Sainte Messe soit célébrée dans toute sa splendeur,
Afin que les prêtres qui t’ont aimé avec sincérité retourne devant ta Sainte Face,
Pour que le SaintSacrement retrouve sa magnificence,
Pour que les fidèles, guidés par leur prêtre, puissent t’honorer comme autrefois,
Seigneur Jésus-Christ, nous savons que tu demeures dans ce Sacrement,
En attendant que les hommes viennent te visiter,
Nous t’adorons, nous, Chevaliers du Sacré-cœur armés de notre seule foi,

Nous marcherons sur le sol de France en brandissant bien haut ta Sainte Bannière,
Notre cortège éblouira de sa grâce les criards qui s’acharnent contre nous,
Ton Sacré-cœur, indéfectible et parfait, ralliera tous les hommes,
Pour qu’ils puissent retrouver le Chemin de la Vie et de la Vérité,
Tu offriras ton Salut à ceux qui se prosterneront devant ton Sacré-cœur,
Les larmes nettoieront l’âme de ceux qui t’auront tant maudit,
Ils s’écrouleront sous le poids de leur colère,
Ta Miséricorde les conduira directement dans tes bras,
Ils se laisseront doucement bercer comme des enfants,
Ton Amour Parfait sauvera tous les hommes,

Seigneur Jésus-Christ, Prie pour nous, Chevaliers du Sacré-cœur armés de notre foi,
Nous implorons le Père pour que son règne vienne et que sa volonté soit faite,
Sur la terre comme au ciel, afin qu’il nous donne notre pain de ce jour,
Qu’il nous pardonne comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé,
Et qu’il ne nous soumette pas à la tentation mais qu’il nous délivre du malin,

Nous implorons le Ciel en levant la tête, nous n’oublions pas les pères de nos pères,
Ceux qui ont œuvré de leur vie pour nous léguer la beauté du Christ,
Nous rendons hommages à tous les Saints Martyrs,
Nous prions avec force et révérence,
Pour que les Forces Célestes, dans leur ensemble, manifestent leur puissance,
Nous nous agenouillons devant notre Seigneur,
Pour que notre cause soit entendue et couronnée de succès,
Donne-nous, Ô Père, ta Vigne en héritage,
Nous t’en supplions, nous, Chevaliers du Sacré-cœur armés de notre seule foi en Dieu,

Amen.

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/08/07/padre-pio-saint-patron-des-chevaliers-du-sacre-coeur/

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Padre Pio, Saint Patron des Chevaliers du Sacré-Coeur

  1. el vago dit :

    A la suite de ce choix de Padre Pio comme Saint Patron, il pourrait être intéressant de développer le lien qui unit Padre Pio, le poverello des pouilles à son voisin Saint Michel du mont Gargano.

    Sachant que cette première apparition s’est produite un 8 mai 492. Le 8 mai est une fête dédiée à Saint Michel et à sa première apparition, elle est désormais un peu oubliée et pourtant il y a tout un tas de choses intéressantes autour de cette date : 8 mai la prise d’Orléans par Jeanne d’Arc (je crois me souvenir que le marquis de la Franquerie évoque l’apparition de l’archange sur le champ de bataille causant la déroute des anglais), puis le 8 mai 1945, capitulation de l’Allemagne signée à Reims.

    J'aime

  2. GloireD'OLivier dit :

    Salut dans le Christ à vous, frère de Jésus, soldat du Christ,

    Merci d’offrir ce Cœur Sacré au monde,

    Merci pour l’Invitation.

    Je souscris entièrement à ce vœu, j’endosse le même désir, je prévois la même réalité. Je suis d’accord sur tout.
    Quel souffle ! L’Esprit de Vérité vous guide, noble Chevalier de Son Cœur.
    Tout est bien écrit, bien décrit, défini et raffiné. L’Esprit Saint vous éclaire, vos passages sont d’anthologie, un régal pour les amis de Jésus.
    Comptez-moi dans vos rangs. Comment ? Dieu seul le sait, mais je fais mienne votre si belle Prière.
    C’est de cela que la France et le monde à sa suite a désespérément besoin :

    La Poésie Vivante
    La Vraie Parole du Vrai Dieu.

    Permettez-moi, noble Chevalier de Son Cœur, de vous faire remarquer, à la suite de « el vago », que le Très Saint Padre Pio est dignement entouré :
    D’une part Saint Michel du Mont Gargano,
    Mais d’autre part Sœur Marie de la Croix d’Altamura, de son nom de jeune fille Mélanie Calvat, bergère voyante de la Salette. C’est en effet dans le sud de l’Italie que la Sainte incomprise fut exilée (comme fut exilé en son temps un certain Saint Athanase… et tant d’autres petites voix Fidèles, les voix du Seigneur).
    Ce n’est pas tout, c’est aussi la région de Saint Annibale Marie de France, le directeur spirituel de… Luisa Piccarreta, elle-même inspiratrice… du Padre Pio !
    Vous devez savoir que Luisa fut une stigmatisée mystique, invisible, clouée volontairement, à sa propre demande, à son lit pendant presque 70 ans. Elle vivait incessamment la Passion du Christ, elle brûlait littéralement pour éviter le Purgatoire aux pécheurs de bonne volonté, elle se nourrissait de la Divine Volonté et la Divine Volonté nourrit ainsi 36 cahiers d’enseignement Céleste.
    Elle fut traitée comme fut traitée Marie Claire Ferchaud de Loublande.
    Elle fut surnaturellement mystique comme le fut Marie Julie Jahenny du Crucifix.
    Elle subit les mêmes douceurs des enquêtes ecclésiastiques que celles endurées patiemment et Saintement par le Saint Padre Pio.
    Elle a décrit la Passion du Christ de l’intérieur, un sommet d’Amour, d’ascèse, de compréhension intime du Sacrifice Rédempteur.
    Elle est la fille du « Fiat ». Une âme unique !

    Dans cette région se trouvent honorées les reliques du Saint Corps de Saint Nicolas de Bari, évêque de Myre, contemporain de Constantin le Grand… et de l’hérésiarque Arius. Père conciliaire, du Saint Concile de Nicée. Par conséquent Père de notre Credo. Sachez que peu d’Européens s’agenouillent encore, mais des milliers de Russes orthodoxes se prosternent plus bas que terre pour vouer tout leur amour passionnel à cet Immense Saint Patron des enfants et des marins. Vladimir Poutine est même passé par là… c’est dire. Voire les Tsars Nicolas II et autre…

    Pardonnez-moi, cher ami de Jésus, d’envoyer ainsi à la volée ces pistes de réflexion, mais ce sont les faits d’armes de nos ancêtres les plus proches, ils nous présentent des portes d’Amour qu’on ne saurait résister à ouvrir, entrouvrir, afin d’apercevoir enfin la Lumière, contempler leur Lumière, la Lumière Béatifique, et donc marcher à la Gloire, par leur Gloire, pour la plus Grande Gloire du Roi du Ciel et de la terre.

    Ce que Dieu veut, nous le voulons aussi !
    L’Assemblée des Saints, le Camp des Saints accompli, ô Jérusalem Céleste.

    À bientôt dans le Christ Jésus Notre Seigneur d’Amour, si Dieu le veut, et comme la Glorieuse Marie voudra.

    J'aime

    • Bonsoir Olivier,

      Le monde a plus que jamais besoin de Jésus. Son Amour ardent doit renaître afin de sauver la planète des griffes de ceux qui détruisent la vie.
      Merci beaucoup pour votre commentaire rempli de cet Amour brûlant. Faire confiance à la Divine Providence, comme vous le faites, est essentiel.

      Jésus-Christ est Roi, Sauveur et Rédempteur.
      Dieu vous bénisse,

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s