La parabole des oiseaux et le combat spirituel

rouge gorge 01 fei

Les rouge-gorges sont de mignons petits êtres qui vivent en toute simplicité. Mettons-nous dans la peau de l’un de ces oiseaux pendant l’espace d’un instant. Nous sommes posés sur une branche aux côtés de l’un de nos compagnons. Celui-ci tremblote, s’ébroue pour enlever l’humidité de la nuit. Le soleil se lève lentement à l’horizon, l’air est un peu frais. Nous gazouillons allègrement pour fêter cette nouvelle journée avant de sautiller sur la branche. Las de rester sur cet arbre, nous nous envolons avec notre compagnon de route. Nous montons haut dans le ciel en battant vaillamment des ailes. L’air passe dans nos plumes, nous sentons les rayons du soleil frapper de sa chaleur notre petite tête. Nous battons encore des ailes pendant quelques instants avant d’atteindre le point culminant qui nous permet de redescendre en vol plané. Le paysage verdoyant défile, en dessous, à perte d’horizon. Nous avons pleinement conscience de cet extraordinaire moment, mais, étant un oiseau, nous vivons en toute simplicité sans avoir ni besoin de réfléchir, ni besoin de calculer.

Nous volons dans les airs par pur instinct, selon nos attributs naturels. Nous ne cherchons aucune complexité parce que nous n’en ressentons pas l’envie. Nous rejoignons soudainement un rassemblement de rouge-gorges. Nous volons en harmonie, nous ne formons plus qu’un seul corps qui flotte en totale synchronicité dans un ciel d’une beauté magnifique. Nos corps dessinent de magnifiques figures comme si nous formions un ballet de danseuses étoiles. Nous nous laissons porter par l’air en formant des compositions artistiques sans en avoir vraiment conscience car nous vivons dans l’instant présent. Nous, rouge-gorges, savons d’emblée ce qui est bon pour nous. Nous n’avons nullement besoin de penser au futur parce que le temps n’existe pas dans notre esprit. Nous n’avons ni crainte, ni doute, ni peur.

Après avoir volé un temps avec nos petits amis, nous nous rendons compte que nous avons faim. Mon compagnon et moi, redescendons lentement pour nous poser sur l’une des dernières branches d’un pin, à proximité de la cime. Nous sautillons pendant quelques instants avant de picorer quelques chenilles qui rampaient par là. Sans nous en soucier, nous trouvons naturellement notre nourriture. C’est notre instinct qui nous guide vers le meilleur endroit et il ne nous trompe jamais. Nous trouvons à chaque fois ce dont nous avons besoin. Nous sautillons de nouveau de ci et de là avant de nous envoler vers d’autres cieux. Nous déployons largement nos ailes pour rejoindre un autre groupe. Nous formons des spirales dans le ciel en même temps que nous chantons pour rendre hommage au Père créateur. Notre vie est d’une simplicité enfantine parce que nous nous laissons naturellement guider.

Le soir venu, nous atterrissons sur un arbre. D’emblée, nous savons qu’il y a un trou, formé dans le tronc de ce majestueux chêne, dans lequel nous pouvons nous abriter pour la nuit. Nous nous faufilons à l’intérieur et fermons nos petits yeux. Nous nous reposons pendant quelques heures, ce qui nous assure un parfait repos. Nous sommes agréablement blottis l’un contre l’autre dans ce douillet nid improvisé. Être un oiseau est merveilleux. Nous conservons éternellement cette simplicité.

Nous autres, humains, dominés par nos émotions et nos pensées devons apprendre à maîtriser notre cérébralité en recherchant cette simplicité qui se trouve dans la beauté de l’Amour. Vivre heureux, c’est chercher l’Amour du Père comme le font naturellement les animaux. Le secret est de parvenir à vivre ici et maintenant sans chercher à connaître le futur. Si nous pensons que c’est difficile, c’est parce que nous ne sommes pas encore maître de notre monture. Cela s’apprend par l’observation sans jugement. La simplicité est paradoxale parce que pour parvenir à l’atteindre il faut avoir assimilé le principe de la complexité. C’est la prise de conscience qui permet d’atteindre cet état cérébral. Cependant, nous ne devons pas en rester là parce qu’il existe autre chose par delà ce bonheur. Ce que je veux dire, c’est que comme le dis si bien le Dalaï Lama, nous ne devons jamais nous séparer de notre religion naturelle. Nous devons retourner à la religion Catholique qui a bercé notre pays, la France, depuis tant de siècles.

La simplicité nous arrache de tout imbroglio en nous faisant sortir la tête de l’eau. Par conséquent, cet état est intimement lié à la lucidité. C’est en combinant la clarté d’esprit à la foi Catholique que nous pouvons nous recentrer sur nous-mêmes. Nous devons être fiers de notre héritage culturel, religieux et génétique. Nous devons retrouver nos racines Chrétiennes sans être complexé. À l’inverse de ceux qui se sont acharnés, par leurs écrits, à expurger la religion Catholique de ses traditions ancestrales, nous devons ramer pour retourner au Saint Sacrement. Nous devons bouter ce redoutable ennemi, la gnose, de nos esprits. Tout comme nous devons nous détourner de ceux qui tentent de nous endoctriner par cette pensée politique issue de l’esprit de Machiavel.

Mettons un terme à cette agitation culpabilisante qui tente de nous interdire de renouer avec notre passé. Nos ancêtres nous ont transmis un héritage, une culture, un amour pour le Christ. Si nous refusons d’aimer leur patrimoine, nous nous faisons rebelle au commandement qui stipule que nous devons honorer notre père et notre mère. Nous ne devons plus refuser l’héritage culturel de notre pays. Toute tentative de déracinement est une manipulation. Nous devons tourner le dos à ces talentueux écrivains gnostiques, comme René Guénon, qui ont le don d’écrire la même chose sous de multiples formes afin de mieux nous endormir. La manipulation passe forcément par la lecture et l’écriture. C’est en injectant de subtiles idées dans les esprits que ces écrivains ont pu détourner des générations entières de la religion Catholique. Leurs écrits, chargés de magie et de mysticisme, servent à charmer les esprits pour mieux les déraciner en douceur. Une personne subjuguée est plus facile à manipuler qu’une personne qui a pris conscience des tentatives de manipulation littéraire.

Pour terrasser nos ennemis, nous devons utiliser les mêmes armes qu’eux. Le Glaive que nous allons saisir n’est pas fait de métal, il est fait de la Parole de Dieu. C’est en pourfendant leurs écrits, en les démontant un à un, que nous vaincrons l’illusion. Satan se combat en esprit, jamais dans la chair. Comme je l’ai déjà longuement expliqué, éliminer physiquement un ennemi est un péché mortel d’une gravité innommable. « Tuer la chair » n’élimine jamais le problème parce que les idées se trouvent dans l’esprit, pas dans le corps.

Un manipulateur qui excelle dans ce talent cherchera à faire s’entre-tuer les hommes parce qu’il maîtrise l’art politique. Un chercheur de vérité, lui, explique à l’humanité qu’il faut suivre les commandements de Dieu afin d’agir conformément au Saint Esprit. Pour expliquer cela, je vais prendre un exemple pertinent. Si un individu assassine une personne parce que celle-ci pensait que l’herbe était bleue, il aura éliminé non pas l’idée mais la personne porteuse de cette idée. Cela s’appelle se tromper de destination. Il s’agit par conséquent d’une mauvaise compréhension du problème, d’une surdité partielle, d’une illusion. Celui qui divise agit toujours par l’illusion, en esprit. Satan est le maître de l’illusion. Tous ceux qui l’imitent vivent pour et par l’illusion. Satan est à la fois un concept et une force qui nous dépasse. Il est beaucoup plus fort que nous parce qu’il sait endormir les consciences avec de belles paroles.

Saint Michel Archange a vaincu Satan grâce à la Parole de Dieu représentée par le Glaive. Il faut regarder sa statue non pas avec les yeux d’un matérialiste mais avec ceux d’un chercheur de Vérité. Si nous voulons imiter Saint Michel Archange, nous devons vaincre Satan en esprit. Nous devons détruire l’œuvre des gnostiques en démontant leurs écrits. Il faut revenir aux enseignements de la Sainte Église Catholique, si nous voulons réellement que la France se relève de ses cendres. Si nous ne faisons rien où si nous continuons de nous battre contre des moulins à vent nous n’obtiendrons que la guerre matérielle. La destruction profite seulement à ceux qui tirent les ficelles dans les coulisses. Cela permet d’alimenter une économie aberrante qui méprise autant la planète terre que la vie animale, végétale ou humaine.

Si nous comprenons que le combat est purement spirituel, l’humanité fera un grand pas en avant. Une idée est un concept abstrait. Nous avons confondu cette approche avec une thèse matérialiste. Nous avons assimilé une idéologie à un « visage humain ». Nous croyons que pour la détruire nous devons éliminer son porteur. Il s’agit d’un concept primitif qui nous transforme en hommes des cavernes devant un objet trop évolué, comme dans le film « 2001, l’Odyssée de l’espace ». La violence est toujours atteinte lorsque nous ne savons plus comment agir pour éliminer un problème. Nous sommes à l’aube de la guerre parce que l’humanité s’est engluée dans un matérialisme stérile qui nous transforme lentement en primates. Nous sommes victimes d’une involution causée par d’ingénieux stratèges qui nous ont illusionné comme de gentils petits enfants.

Ouvrons les yeux pour de bon. Cessons de nous comporter comme ces hommes d’un autre temps. Nous sommes des êtres humains encore trop dominés par leur cérébralité. Nous devons retrouver le chemin de la simplicité qui permet d’atteindre la lucidité. Lorsque nous cessons de juger, nous nous réveillons dans la douleur d’un nouvel accouchement mais cette seconde naissance est indispensable pour faire de nous des êtres spirituels, évolués, comparables à ceux de la Milice Céleste commandée par Saint Michel Archange. Nous devons apprendre à observer avec sagesse afin d’anoblir nos comportements. Tout cela se trouve à une portée de doigt.

J’invite tous mes lecteurs à diffuser largement ce message avant que la guerre ne détruise des vies par milliers ou millions. Nous avons moralement le devoir de nous mobiliser pour le combat spirituel. Nous devons retourner à nos livres pour démonter l’œuvre des gnostiques. C’est ainsi que nous pourrons dépouiller notre Église Catholique de ses scories. Le temple franc-maçon est en ruine, achevons-le d’un coup de Glaive Spirituel. C’est après cette étape que nous serons réellement heureux selon la loi du Christ Roi. La prophétie de la Paix sur terre se réalisera si nous acceptons dans nos cœurs les commandements du Père. Tous les autres chemins mènent inexorablement à l’échec. C’est pour cela qu’il est dit dans le Nouveau Testament que le chemin qui mène au Père est si étroit. Cependant, nous pouvons et devons tous l’emprunter. Telle est la voie du salut de l’humanité. Pour que la Paix puisse régner sur la terre pour les siècles des siècles.

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/07/15/la-parabole-des-oiseaux-et-le-combat-spirituel/

Publicités
Cet article, publié dans Article, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s